© Communauté des Béatitudes

R. Venez crions de joie, pour le Seigneur,

Acclamons le rocher qui nous sauve,
Allons devant sa face avec action de grâce.


1. Venez, crions de joie pour le Seigneur, 
Acclamons le rocher qui nous sauve, 
Allons devant sa face avec actions de grâces, 
Au son des musiques, acclamons-le.

2. Car c'est un Dieu grand que le Seigneur, 
Un Roi grand par-dessus tous les dieux. 
En sa main sont les creux de la terre, 
Et les hauts des montagnes sont à Lui, 
A Lui la mer, c'est Lui qui l'a faite, 
La terre ferme, ses mains l'ont façonnée.

3. Entrez, courbons-nous, prosternons-nous, 
A genoux devant le Dieu qui nous a faits. 
Car c'est Lui notre Dieu, 
Et nous le peuple dont II est le berger, 
Le troupeau que mène sa main.

4. Aujourd'hui puissiez-vous écouter sa voix : 
« Ne fermez pas vos cœurs comme à discorde
comme aux jours de tentation dans le désert, 
quand vos pères m'ont éprouvé et tenté 
et pourtant ils voyaient mes actions »

 

© Communauté du Lion de Juda et de l’Agneau Immolé (1984)

1. Faut-il nous quitter sans espoir

Sans espoir de retour ?

Faut-il nous quitter sans espoir

De nous revoir un jour ?

 

R. Ce n'est qu'un au revoir, mes frères,

Ce n'est qu'un au revoir.

Oui, nous nous reverrons, mes frères,

Ce n'est qu'un au revoir.

 

2. Formons de nos mains qui s'enlacent

Au déclin de ce jour,

Formons de nos mains qui s'enlacent

Une chaîne d'amour.

 

3. Aux scouts unis par cette chaîne

Autour des mêmes feux,

Unis par cette douce chaîne

Ne faisons point d'adieu.

 

4. Car Dieu qui nous voit tous ensemble

Et qui va nous bénir,

Car Dieu qui nous voit tous ensemble

Saura nous réunir.


Adoramus te, Christe, et benedicimus tibi.

Quia per sanguinem tuum pretiosum redemisti mundum.

Miserere nobis.

 

Nous t'adorons, Ô Christ, et te bénissons,

Toi qui, par ton sang précieux, as racheté le monde.

Aie pitié de nous.

« Récite ton chapelet, dit Dieu, et ne te soucie pas de ce que raconte tel écervelé : que c’est une dévotion passée et qu’on va abandonner. Cette prière-là, je te le dis est un rayon de l’Evangile : on ne me le changera pas. Ce que j’aime dans le chapelet, dit Dieu, c’est qu’il est simple et qu’il est humble. Comme fut mon Fils. Comme fut ma Mère.

 
Récite ton chapelet : tu trouvera à tes côtés toute la compagnie rassemblée en l’Evangile : la pauvre veuve qui n’a pas fait d’études et le publicain repentant qui ne sait plus son catéchisme, la pécheresse effrayée qu’on voudrait accabler, et tous les éclopés que leur foi a sauvés, et les bons vieux bergers, comme ceux de Bethléem, qui découvrent mon Fils et sa Mère...
 
Récite ton chapelet, dit Dieu, il faut que votre prière tourne, tourne et retourne, comme font entre vos doigts les grains du chapelet. Alors, quand je voudrai, je vous l’assure, vous recevrez la bonne nourriture, qui affermit le cœur et rassure l’âme. Allons, dit Dieu, récitez votre chapelet et gardez l’esprit en paix. »

Par cette neuvaine consacrée à Saint Benoît (co-patron de l’Europe), n’ayons pas peur de demander avec insistance la conversion de l’Europe…

 

 
 
 
 
 
Premier jour
Seigneur tu m'as donné la vie. Soutiens-moi et assiste-moi chaque jour pour que j'apprenne à toujours mieux te connaître, t'aimer, te servir. Je te le demande par Saint Benoît. Par l'intercession de Saint Benoît, je te demande instamment de daigner m'accorder la grâce de ...
 
Cœur Sacré de Jésus, j'ai confiance en vous.
Cœur Immaculé de Marie, priez pour moi.
Saint Benoît, intercède pour nous.
 
 
 
 
 
Deuxième jour
Seigneur, tu es mon Père. Tu m'appelles, Tu m'invites à partager avec Toi la vie qui ne finira pas, où il n'y aura plus ni larmes ni souffrance ni mort. Seigneur, fortifie ma foi en ta promesse, je te le demande par Saint Benoît. Par l'intercession de Saint Benoît, je te demande instamment de daigner m'accorder la grâce de ...
 
Cœur Sacré de Jésus, j'ai confiance en vous.
Cœur Immaculé de Marie, priez pour moi.
Saint Benoît, intercède pour nous.
 
 
 
 
Troisième jour
Seigneur, tu as mis en mon âme la connaissance du bien. Rends-moi attentifs à l'appel du Bien, de la Vérité, de la Justice, de la Paix, de l'Amour. Aide-moi à résister à ce qui est mal, je te le demande par Saint Benoît. Par l'intercession de Saint Benoît, je te demande instamment de daigner m'accorder la grâce de ...
 
Cœur Sacré de Jésus, j'ai confiance en vous.
Cœur Immaculé de Marie, priez pour moi.
Saint Benoît, intercède pour nous.
 
 
 
 
Quatrième jour
Père, pour nous arracher au pouvoir du mal tu as envoyé ton Fils unique conçu de l'Esprit-Saint, né de la Vierge Marie. Il a été crucifié mais le troisième jour Il est ressuscité nous donnant ainsi le gage de notre propre résurrection. Seigneur, que cette certitude illumine chaque jour ma vie terrestre, je te le demande par Saint Benoît. Par l'intercession de Saint Benoît, je te demande instamment de daigner m'accorder la grâce de ...
 
Cœur Sacré de Jésus, j'ai confiance en vous.
Cœur Immaculé de Marie, priez pour moi.
Saint Benoît, intercède pour nous.
 
 
 
 
Cinquième jour
Jésus, tu as promis à ton Eglise l'assistance de l'Esprit-Saint affirmant que "les portes de l'Enfer ne prévaudront pas contre elle". Seigneur assiste ton Eglise, son chef suprême, notre Saint Père le Pape et tous ceux qui sont en communion avec lui pour le bien de tous. Père, aide-moi à rester fidèle à l'Eglise du Christ et à ta sainte Parole révélée par Jésus, je te le demande par Saint Benoît. Par l'intercession de Saint Benoît, je te demande instamment de daigner m'accorder la grâce de ...
 
Cœur Sacré de Jésus, j'ai confiance en vous.
Cœur Immaculé de Marie, priez pour moi.
Saint Benoît, intercède pour nous.
 
 
 
 
Sixième jour
Je suis bien faible, Seigneur, je sais pourtant que malgré mes fautes, mes péchés, tu m'aimes toujours d'un amour infini et ton grand désir est de me voir revenir à toi, pour me pardonner, car tu es mon Père rempli d'amour et de miséricorde. Accorde-moi je t'en supplie de ne jamais douter ni désespérer de ta miséricorde et de ton amour, je te le demande par Saint Benoît. Par l'intercession de Saint Benoît, je te demande instamment de daigner m'accorder la grâce de ...
 
Cœur Sacré de Jésus, j'ai confiance en vous.
Cœur Immaculé de Marie, priez pour moi.
Saint Benoît, intercède pour nous.
 
 
 
 
Septième jour
Mystère de foi et d'amour : Jésus est toujours présent parmi nous vivant et vrai avec son corps ressuscité, comme il s'est montré à ses Apôtres. Oui, Jésus est là vivant au Saint Sacrement de l'autel, dans l'hostie consacrée. Seigneur, mets en mon âme cette certitude et donne-moi le grand désir de te recevoir dignement dans la communion, toi Jésus, le pain de vie pour mon âme. Je te le demande par Saint Benoît. Par l'intercession de Saint Benoît, je te demande instamment de daigner m'accorder la grâce de ...
 
Cœur Sacré de Jésus, j'ai confiance en vous.
Cœur Immaculé de Marie, priez pour moi.
Saint Benoît, intercède pour nous.
 
 
 
 
Huitième jour
Jésus, tu as toujours accueilli avec tant d'amour les petits, les faibles, les humbles, les malades, les pécheurs. Aide-moi, Seigneur, à être accueillant, bon et généreux envers tous ceux que je rencontre et tous ceux qui souffrent, je te le demande par Saint Benoît. Par l'intercession de Saint Benoît, je te demande instamment de daigner m'accorder la grâce de ...
 
Cœur Sacré de Jésus, j'ai confiance en vous.
Cœur Immaculé de Marie, priez pour moi.
Saint Benoît, intercède pour nous.
 
 
 
 
Neuvième jour
Tout au long de sa vie terrestre la Très Sainte Vierge Marie a été fidèle à sa mission de Mère du Rédempteur. Saint Benoît, tu avais une grande confiance en la Vierge Marie. Aide-moi à toujours mieux répondre à l'amour maternel, à la tendresse de Marie, notre Mère. Saint Benoît, avec Marie, prie pour moi et intercède auprès du Seigneur pour m'obtenir la grâce que je demande. Seigneur, par l'intercession de Saint Benoît, je te demande instamment de daigner m'accorder la grâce de ...
 
Cœur Sacré de Jésus, j'ai confiance en vous.
Cœur Immaculé de Marie, priez pour moi.
Saint Benoît, intercède pour nous.

Imaginons un savant génial et maléfique. Il a déposé un virus non dans les corps, mais dans les âmes. Et voilà les esprits persuadés de l’intérieur qu’aucun progrès n’est à attendre de l’avenir : « Méfiez-vous des promesses, méfiez-vous de l’espérance, gardez-vous des mondes meilleurs, futurs et à venir. Mangez et buvez ici et maintenant ; oubliez l’avenir »... 




http://img.over-blog.com/200x325/0/21/41/34/allsouls.jpgImaginons une humanité ainsi attaquée à la racine de sa vitalité. A l’âme même du désir, de l’audace, des ambitions et de l’innovation, se glisse sournoisement la peur du nouveau, la hantise du futur. Quand la vitalité de la jeunesse devrait se tendre vers la quête d’une identité toujours plus libre, plus haute, plus pleine, elle se met à tourner dans le vide, comme verrouillée, stérilisée, repliée sur elle-même. Telle est la plaie de ce virus, de cette contre-culture de mort. Regardons alors vers le Christ. A ce fléau, il oppose le seul vrai contre-poison : l’appel à la sainteté, la révélation de la sainteté. Que nous dit en effet l’Évangile ? Que notre chemin ici-bas est comme la jeunesse de notre vie, c’est-à-dire à la fois son enfance et son adolescence ; que la maturité de notre vie, son véritable âge adulte, ce sera la béatitude, la plénitude de la communion avec Dieu et en Dieu. La vérité de notre existence, c'est que nous sommes tous appelés à cette plénitude de vie, tous appelés à la sainteté. La savant diabolique redoute la sainteté. Il sait qu’elle est notre seule vraie plénitude, notre véritable taille adulte. Alors, il la moque, la raille, la contrefait, pour mieux nous en détourner : « La sainteté, dit-il, c’est un leurre, une tromperie, une illusion ; on vous promet un avenir de bonheur pour mieux vous dépouiller du présent ». Vous reconnaissez là ce discours maléfique qui voudrait nous immobiliser, nous paralyser, nous empêcher de réaliser notre vocation, nous empêcher de parvenir à notre plénitude. La Solennité de Tous les Saints est justement là pour nous remettre sous les yeux la vérité de notre identité, la vérité de cette maturité à laquelle nous sommes tous appelés. La sainteté n’est pas réservée à une élite ! Elle est l’épanouissement voulu par Dieu pour tous les hommes. De même que tout enfant est appelé à grandir et à devenir adulte, de même tout homme est appelé à entrer dans la plénitude de la gloire de Dieu. La sainteté n’est pas un idéal inaccessible et inhumain. Certes, elle dépasse, et de loin, nos seules forces. Mais quel enfant ou adolescent n’a pas un jour été angoissé devant son avenir : « Comment vais-je parvenir à l’âge adulte ? N’est-ce pas chose impossible pour moi ? Tellement de défi à relever pour y parvenir ! ». Mais le propre de l’enfance, c’est justement d’être protégée, entourée, portée sur les bras ; puis le propre de l’adolescence, dans sa quête d’identité, c’est d’être accompagnée, éduquée, fortifiée, par des adultes déjà mûrs et forts, quoique bienveillants et respectueux. Tel est précisément le rôle de notre Père du Ciel, de sa grâce prévenante qui ne cesse de nous porter, de nous relever, aussi souvent que nous puissions tomber. Tel est aussi le rôle de nos aînés, les Saints du Ciel, qui ne cessent de nous accompagner de leurs prières, et, par leur exemple, de guider notre liberté vers sa maturité. La sainteté n’est pas une autre vie, édifiée en opposition à la vie d’ici-bas. Nous, les chrétiens, n’avons pas deux vies, deux vocations, deux projets distincts de bonheur. La sainteté ne vient pas nous retirer de la vie de ce monde ; elle vient insuffler dans notre unique existence un principe de croissance, de progrès ; elle vient nous préparer, de l’intérieur, à la plénitude de notre unique identité.

 

Vous l’avez compris, la fête de Tous les Saints résonne pour nous comme un appel pressant à ne pas nous laisser voler notre jeunesse, à ne pas nous la laisser confisquer. Le propre de la jeunesse, c’est d’avoir un avenir, de vivre d’avenir. Nous, chrétiens, par la grâce de Jésus-Christ, nous avons reçu la révélation de notre avenir, de l’avenir de tout homme : la sainteté. Notre urgente vocation, ici-bas, c’est de mûrir dans le Christ, afin de pouvoir un jour entrer en adulte dans son Royaume de gloire. Nous, chrétiens, sommes dépositaires de la jeunesse de l’humanité. Nous avons mission d’en témoigner devant tous les hommes. Car le monde, laissé à lui-même, se laisse toujours guetter par le virus de la fatigue, de la résignation, d’un regard bas, tiède et ennuyé. Quel que soit notre âge terrestre, que nous sachions à peine lire et écrire ou que nos cheveux blanchissent, que nous soyons à l’âge des études, du travail, de la retraite ou de la maladie, devant Dieu, nous sommes tous en pleine jeunesse, en pleine croissance vers notre plénitude, la sainteté. Voilà la grandeur de notre vocation ici-bas : vivre d’espérance, vivre d’avenir, vivre dans la joie d’un bonheur qui bientôt sera total.



Source


© Communauté de l’Emmanuel

En ce mois de juillet, l’Eglise nous invite à faire mémoire du Très Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus-Christ… Ne l'oublions pas, le Précieux Sang est une source intarissable dont les eaux fécondes coulent sur les âmes en les emportant vers l'abîme sans fond de l'amour ! Travaillons donc à développer de plus en plus dans nos âmes cette dévotion précieuse que l'Eglise cherche aujourd'hui à raviver en nous...

 
 
 
 

 

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg