flags of Germany *** Mémoire facultative propre à l'Allemagne

 

 

 

 

 


Extrait de la conférence de Mgr Jacques Suaudeau, lors du Colloque organisé
en janvier 2010 par la commission bioéthique du Diocèse de Fréjus-Toulon (83)

La liturgie dans les propos du Cardinal Ratzinger :

 

- L'effrayant appauvrissement qui se manifeste là où l'on chasse la beauté est devenu de plus en plus évident.
- Le fait de s'en tenir à la seule notion d' "accessible à tous" n'a pas rendu les liturgies véritablement plus compréhensibles ou plus ouvertes, mais seulement plus indigentes.

- C'est justement dans notre monde d'aujourd'hui que nous avons besoin du silence, du mystère supra-individuel, de la beauté.

- Le Concile a été tout simplement dépassé.

- Après le concile de nombreux prêtres ont délibérément érigé la désacralisation au niveau d'un programme d'action.

- Dans l'histoire de l'après-Concile, la Constitution sur la Liturgie ne fut plus comprise à partir de ce primat fondamental de l'adoration, mais plutôt comme un livre de recettes sur ce que nous pouvons faire avec la liturgie.

- Aujourd'hui, on peut se demander si, après tout, il y a encore un rite latin; la conscience de ce rite n'existe certainement plus guère.

- Aux yeux de la plupart, la liturgie apparaît plutôt comme une chose à réaliser par chaque communauté, tâche en vue de laquelle les groupes concernés bricolent de semaine en semaine leurs "liturgies" propres avec un zèle aussi admirable que déplacé.

- La réforme liturgique, dans sa réalisation concrète, s'est éloignée toujours davantage de son origine. Le résultat n'a pas été une réanimation mais une dévastation.

- On a une liturgie dégénérée en "show", où l'on essaie de rendre la religion intéressante à l'aide de bêtises à la mode.

- Des centres où la liturgie est célébrée sans affectation, mais avec respect et grandeur, attirent, même si l'on ne comprend pas chaque mot.

- La tolérance envers des fantaisies [liturgiques] aventureuses est chez nous presque illimitée. On est sûrement ainsi sur le mauvais chemin.

- Je suis convaincu que la crise de l'Eglise que nous vivons aujourd'hui repose largement sur la désintégration de la liturgie.

- On aurait besoin pour le moins d'une nouvelle conscience liturgique, pour faire disparaître cet esprit de bricolage.

- Il est nécessaire de restaurer non pas certaines cérémonies, mais l'idée fondamentale de la liturgie.

- Une nouvelle impulsion spirituelle est nécessaire pour que la liturgie soit à nouveau une activité communautaire de l'Eglise et qu'elle soit arrachée à l'arbitraire des curés et de leurs équipes liturgiques.

 

 

 

La liturgie dans les enseignementS du pape Benoît XVI :

 

- En de nombreux endroits on ne célébrait pas fidèlement selon les prescriptions du nouveau Missel; au contraire, celui-ci finissait par être interprété comme une autorisation, voire même une obligation de créativité; cette créativité a souvent porté à des déformations de la Liturgie à la limite du supportable.
- J'ai constaté combien les déformations arbitraires de la Liturgie ont profondément blessé des personnes qui étaient totalement enracinées dans la foi de l'Eglise.

- Il est nécessaire de vivre l'Eucharistie comme mystère de la foi authentiquement célébré, dans la conscience claire que l'intellectus fidei est toujours originellement en rapport avec l'action liturgique de l'Eglise.

- La relation entre mystère auquel on croit et mystère que l'on célèbre se manifeste d'une façon particulière dans la valeur théologique et liturgique de la beauté.

- La beauté de la liturgie est expression très haute de la gloire de Dieu et elle constitue, en un sens, le Ciel qui vient sur la terre.

- La beauté n'est pas un facteur décoratif de l'action liturgique; elle en est plutôt un élément constitutif, en tant qu'elle est un attribut de Dieu lui-même et de sa révélation.

- Puisque la liturgie eucharistique est essentiellement actio Dei dont nous sommes participants en Jésus par l'Esprit, son fondement n'est pas à la disposition de notre arbitraire et il ne peut subir la pression des modes du moment.

- Le premier moyen de favoriser la participation du peuple de Dieu au Rite sacré est la célébration appropriée du Rite lui-même.

- L'ars celebrandi est la meilleure condition pour une actuosa participatio.

- L'ars celebrandi découle de l'obéissance fidèle aux normes liturgiques dans leur totalité.

- En tant que premier dispensateur des mystères de Dieu dans l'Eglise particulière qui lui est confiée, l'évêque est le guide, le promoteur et le gardien de toute la vie liturgique. ll revient à l'évêque de sauvegarder l'unité unanime des célébrations dans son diocèse.

- Les célébrations liturgiques présidées par l'Evêque dans l'église cathédrale doivent se dérouler dans le plein respect de l'ars celebrandi, afin qu'elles puissent être considérées comme le modèle pour toutes les églises présentes sur le territoire.

- L'ars celebrandi doit favoriser le sens du sacré et l'utilisation des formes extérieures qui éduquent à un tel sens, comme par exemple l'harmonie du rite, des vêtements liturgiques, de l'ameublement et du lieu sacré.

- L'attention et l'obéissance à la structure propre du rite, tout en exprimant la reconnaissance du caractère de don de l'Eucharistie, manifestent la volonté du ministre d'accueillir, avec une docile gratitude, ce don ineffable.

 

Pro Liturgia

Sainte Marie, Mère de Dieu et notre Mère, --> priez pour nous.


Notre-Dame de la Jeunesse, --> priez pour nous.


Notre-Dame de toute joie --> priez pour nous.


Notre-Dame pleine de foi
--> priez pour nous.


Notre-Dame pleine d'espérance
--> priez pour nous.


Notre-Dame toujours prête à aimer Dieu et le prochain.
 --> priez pour nous.


Notre-Dame du Bel Amour,

 --> priez pour nous.


Nos saints patrons,
 --> priez pour nous.


Saint Philippe Néri, modèle de joie pour la Jeunesse, --> priez pour nous.


Saint Jean Bosco, Père et Maître de la Jeunesse --> priez pour nous.


Vous tous, Saints et Bienheureux Educateurs des jeunes,
 --> priez pour nous.


 

Sainte Agnès, --> priez pour nous.


Sainte Blandine, --> priez pour nous.


Saint Tarcisius, 
--> priez pour nous.


Saint François d'Assise, 
--> priez pour nous.


Sainte Claire d'Assise,
 --> priez pour nous.


Saint Benoît,
--> priez pour nous.


Sainte Scolastique,
--> priez pour nous.


Sainte Jeanne d'Arc, 
--> priez pour nous.


Saint Dominique Savio, 
--> priez pour nous.


Saint Stanislas Kostka, 
--> priez pour nous.


Sainte Maria Goretti,
 --> priez pour nous.


Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus,
 --> priez pour nous.


Sainte Jeanne Beretta Molla
--> priez pour nous.


Bienheureux Marcel Callo,
 --> priez pour nous.


Bienheureux Pier-Giorgio Frassati--> priez pour nous.


Bienheureux Ivan Merz --> priez pour nous.


Bienheureuse Mère Teresa de Calcutta,
 --> priez pour nous.


Serviteur de Dieu Charles de Foucauld
--> priez pour nous.


Serviteur de Dieu Jean-Paul II

--> priez pour nous.


Gilles Bouhours (1944-1960)
 --> priez pour nous.


Bertrand Marie d'Avigneau
--> priez pour nous.


Jeanne-Marie Kegelin (martyre en 2004)


 --> priez pour nous.


Vous tous, jeunes qui partagez le Bonheur et la Paix de Dieu,
 --> priez pour nous.


 

D'une jeunesse chrétienne, --> fais-nous la grâce, Seigneur.


D'une jeunesse généreuse, --> fais-nous la grâce, Seigneur.


D'une jeunesse qui cherche à vivre selon l'Evangile, --> fais-nous la grâce, Seigneur.


D'une jeunesse ardente à rechercher et à accomplir le bien,
 --> fais-nous la grâce, Seigneur.


D'une jeunesse pure et respectueuse de la vie,
 --> fais-nous la grâce, Seigneur.


D'une jeunesse toujours prête à servir,
 --> fais-nous la grâce, Seigneur.


D'une jeunesse ardente au travail, --> fais-nous la grâce, Seigneur.


 

D'une jeunesse égoïste et repliée sur elle-même, --> préserve-nous, Seigneur.


D'une jeunesse sans foi, --> préserve-nous, Seigneur.


D'une jeunesse sans idéal élevé, --> préserve-nous, Seigneur.


D'une jeunesse triste,
 --> préserve-nous, Seigneur.


D'une jeunesse qui n'apprécierait pas la vie,
 --> préserve-nous, Seigneur.


 

Dans la rencontre quotidienne de la prière, --> rends-nous forts, Seigneur


Dans la rencontre eucharistique hebdomadaire, --> rends-nous forts, Seigneur


Dans le Sacrement de Ta Miséricorde,  --> rends-nous forts, Seigneur


 

Rends fort ce qui est faible en nous, --> par ta grâce, Seigneur.


Rends droit ce qui est tordu en nous, --> par ta grâce, Seigneur.


Rends chaud ce qui est froid en nous,
 --> par ta grâce, Seigneur.


Rends lumineux tout ce qui est obscur en nous,

 --> par ta grâce, Seigneur.


Donne-nous toujours le désir de faire de notre vie quelque chose de beau, --> pour ta Gloire, Seigneur.




 

Prions : Seigneur notre Dieu, qui nous donnes de vivre notre jeunesse comme un temps précieux pour nous ouvrir à Toi et faire de notre vie un "je t'aime" : envoie Ton Esprit, afin qu'Il illumine notre coeur et notre intelligence, guidant nos pas sur le Chemin de Vérité. Que nous sachions reconnaître le signe de Ton Amour en la recherche active de nos talents pour servir nos frères dans la Charité. Que nous puissions , Seigneur notre Dieu, avoir une soif de Toi toujours plus grande, jusqu'au jour où nous contemplerons Ton Visage, dans l'Eternité, avec ceux que nous aurons aimés sur cette terre. Nous te le demandons, par l'intercession de la Vierge Marie que Tu nous as donnée pour Mère. Nous Te le demandons par Ton Fils Jésus-Christ, notre Sauveur.
Ainsi soit-il.




De plus en plus de fidèles (apparemment plus de laïcs que de clercs) se mettent peu à peu au diapason de Benoît XVI et souhaitent une "réforme de la réforme" de la liturgie. C'est-à-dire qu'ils souhaitent des messes plus dignes, plus priantes, célébrées d'une façon que l'on pourrait qualifier de "plus classique"...
Dans le même temps, certains de ces fidèles pensent ou enseignent que le Missel romain dit "de Paul VI", c'est-à-dire celui qui a été révisé selon les principes conciliaires et approuvé par Jean-Paul II dans sa version actuelle, celui que devraient utiliser ordinairement les célébrants (mais qu'on ne trouve pas en France !), ne permet pas de mener cette "réforme de la réforme" dans la mesure où il contiendrait un certain nombre de pratiques qui, étant optionnelles, permettent à chaque célébrant de donner un tour personnel à la liturgie. En clair, le Missel "de Paul VI" favoriserait les improvisations en liturgie et tolérerait une part de désacralisation. Tel quel, il serait donc inutilisable pour mener à bien la "réforme de la réforme". Que penser d'une telle affirmation ? Abordons le sujet point par point.

 

 

 

1475616270.jpgPoint 1/4. Le Missel "de Paul VI" contient-il des parties "optionnelles" ?
Réponse : à l'article 24 de la Présentation générale du Missel romain (PGMR), on ne parle pas d' "options" mais d' "adaptations" qui "pour la plupart, consistent dans le choix de certains rites ou de certains textes, comme les chants, les lectures, les prières, les monitions et les gestes, qui répondent mieux aux besoins, à la formation et à la mentalité des participants, et qui sont confiés au prêtre célébrant." Il est clair qu'un célébrant ne peut pas choisir de son propre chef de faire ou de ne pas faire tel ou tel rite; il a uniquement la possibilité d'adapter certaines parties clairement précisées dans le Missel. Mais l'adaptation est légitime uniquement quand des circonstances indépendantes du célébrant font qu'on ne peut pas mettre en oeuvre l'intégralité du rite. Il ne faudrait jamais oublier que le Missel romain n'a pas été élaboré "que" pour quelques grandes paroisses parisiennes: il doit pouvoir être utilisé aussi bien par les catholiques du grand nord canadien que par ceux de Papouasie, aussi bien par un prêtre népalais que par un bénédictin de Solesmes... D'où une marge d' "adaptations" possibles. Au demeurant, de telles "adaptations" étaient déjà prévues avec le Missel dit "de S. Pie V" : il était possible, par exemple, de psalmodier le Graduel au lieu de le chanter, et aussi de remplacer les pièces grégoriennes du Propre par des cantiques... ce qui s'est d'ailleurs toujours fait dans 90% des paroisses de France et aussi dans grand nombre de paroisses des pays germaniques où était généralisée la Singmesse depuis le XVIIIè siècle. N'oublions pas non plus que dans les pays d'Afrique - pour ne prendre que cet exemple-là -, bien des missionnaires prenaient sur eux, avant Vatican II, d' "adapter" la liturgie au gré des circonstances rencontrées, tandis que d'autres adressaient à Rome une demande d'indult qui, généralement, était accordé mais arrivait trop tard vue la lenteur des services postaux à l'époque. Personne n'avait jamais été choqué ou offusqué de voir un célébrant se "débrouiller" le mieux possible avec les moyens du bord. Il faut donc comprendre que ce n'est pas tant l' "adaptation" qui pose problème ou qui peut choquer, mais l'esprit dans lequel elle est faite. Ce qui, par contre, n'a jamais été admis, c'est que des célébrants se permettent de transformer la liturgie de l'Eglise en une succession d' "adaptations" qu'ils ont eux-mêmes imaginées puis imposées. A ce sujet, la PGMR, au même art. 24, rappelle au prêtre "qu'il est le serviteur de la liturgie et ne peut de son propre chef ajouter, enlever ou changer quoi que ce soit dans la célébration de la messe."
Point 2/4. Le Missel "de Paul VI" favorise-t-il des célébrations où la dignité est moindre ou même absente ?
La PGMR précise, à l'art. 22 : "l'évêque doit s'appliquer à ce que les prêtres, les diacres et les fidèles laïcs comprennent toujours plus profondément le sens authentique des rites et des textes liturgiques et soient ainsi conduits à une célébration active et fructueuse de l'eucharistie. Dans le même esprit, il doit veiller à une dignité toujours plus grande des célébrations elles-mêmes, ce à quoi contribue tout particulièrement la beauté de l'espace sacré, de la musique et des oeuvres d'art." Il est donc clair que le Missel "de Paul VI" n'a jamais autorisé que l'Eucharistie soit célébrée par des prêtres se tenant mal, s'habillant mal, se groupant autour d'une caisse en guise d'autel, se réunissant dans un hangar au lieu d'aller dans une église. La désacralisation et l'enlaidissement des célébrations liturgiques que l'on constate dans une majorité de paroisse ne saurait donc en aucun cas être imputés à la liturgie post-conciliaire.
Point 3/4 : le Missel "de Paul VI" a-t-il introduit la célébration "face au peuple" ou a-t-il obligé à célébrer l'Eucharistie le prêtre étant tourné vers les fidèles ?
La réponse est très clairement "non". La généralisation de la célébration "face au peuple" est le résultat d'un autoritarisme exercé par des clercs peu formés à la liturgie.


 

Point 4/4 : le Missel "de Paul VI" a-t-il limité ou supprimé l'usage du latin et du chant grégorien ?
Là encore, la réponse est clairement "non". La PGMR, à l'art. 12, précise qu'aucun catholique ne peut nier "que le rite accompli en langue latine [est] légitime et efficace." A l'art. 41, la même PGMR rappelle que "le chant grégorien, en tant que chant propre de la liturgie romaine, doit, toutes choses égales d'ailleurs, occuper la première place."
On voit donc clairement qu'en respectant le Missel romain "de Paul VI" - comme le respectent de plus en plus de jeunes prêtres - il est possible de donner à la liturgie de la stabilité, de la beauté et de la dignité... comme l'ont souligné les Auteurs du "Cérémonial de la sainte Messe à l'usage ordinaire des paroisses" qui devrait être le livre de chevet de tout prêtre et de tout fidèle membre d'une équipe liturgique.
Ce qui pose problème - si problème il y a - ce n'est donc pas le Missel actuel restauré à la suite de Vatican II, mais le défaut d'obéissance chez un bon nombre de clercs et aussi, comme l'avait souligné le Cardinal Arinze dans une conférence donnée à Paris, le manque de formation solide de ces mêmes clercs. Probablement manque-t-il aussi une volonté épiscopale de mettre réellement en oeuvre les enseignements de la Constitution conciliaire Sacrosanctum Concilium ? Plus que d'une "réforme de la réforme" de la liturgie, c'est d'une réforme des mentalités dont nous avons grandement besoin.

 

Pro Liturgia


Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg