En ce mois de juin, l’amour du Sacré-Cœur de Jésus est particulièrement vif dans nos églises, ce mois étant dédié à cette grande dévotion. En regardant le Cœur du Christ nous rencontrons immédiatement à côté de Lui (ou même à l’intérieur), le Cœur de Marie qui bat à l’unisson avec celui de son Fils. Le sang qui coule du Cœur de Jésus a été entièrement pris du sang de Marie, les fibres de ce Cœur Immaculé ont nourri la Sainte Humanité du Christ, qui dans son Cœur, a une importance particulière. C’est pourquoi le Cœur de cette Mère est au Ciel avec son Fils ; il est l’unique Cœur que le Christ a porté avec soi : l’unique parce qu’il n’y en a qu’un ! 

 

 

 

On oublie parfois que Marie est montée au Ciel avec son âme et son corps. C’est un dogme de foi, proclamé par Pie XII le 1er novembre 1950. Ainsi le Cœur de chair de la Vierge Mère est au ciel, entièrement transfiguré à la ressemblance de celui de son Fils. Lui sur terre a pris ses traits humains, Elle au Ciel a reçu de son Fils les traits de gloire qui sont typiques de Lui : comme Lui, Elle est au ciel avec son corps ! Dans le calendrier liturgique, la mémoire du Cœur Immaculé de Marie suit la Solennité du Très Saint Cœur de Jésus. Un Cœur qui appelle l’autre, un Cœur qui suit l’autre. Il est beau de contempler le mystère de Marie dans le mystère du Fils et vice-versa ; de cette façon, la dévotion mariale n’est pas perçue comme quelque chose à part, mais est vécue comme une partie intégrante de l’amour de Jésus qui sur la Croix nous l’a donnée comme notre Mère. Les nombreux enseignements de Jean-Paul II, dans les longues années de son Pontificat, nous ont conduit beaucoup plus loin sur ce chemin, dans le sillon du Concile Œcuménique Vatican II. Justement le « Totus tuus » du Serviteur de Dieu - comme le rappelait le Pape Benoît XVI à une année de la mort de Jean-Paul II - « résume bien cette expérience spirituelle et mystique, dans une vie entièrement orientée vers le Christ par l’intermédiaire de Marie : « Ad Iesum per Mariam » (Homélie du 3 avril 2006). Cette orientation vers le Christ par Marie permet au chrétien de pouvoir vivre pleinement son rapport avec l’Eglise, laquelle est Corps mystique du Christ et aussi, par conséquent, fille de Marie. Le titre de « Mère de l’Eglise » proclamé par Paul VI éclaire d’avantage ce mystère de grâce. Retrouvons dans ce contexte nous les paroles prononcées par le Souverain Pontife Benoît XVI, lors de la Solennité de l’Immaculée Conception de Marie. Le Pape, contemplant le mystère de Marie dans le mystère du Christ et de l’Eglise, affirmait : « la Mère de la Tête est aussi la Mère de toute l’Eglise ; elle est, pour ainsi dire, totalement expropriée d’elle-même : elle s’est donnée entièrement au Christ et avec Lui elle s’est donnée à nous tous. En effet, plus la personne humaine se donne, plus elle se trouve elle-même. Le Concile voulait nous dire cela : Marie est tellement unie au grand mystère de l’Eglise qu’elle et l’Eglise sont inséparables, comme elle est inséparable du Christ » (Homélie du 8 décembre 2005). Ainsi, à l’école des Souverains Pontifes, il nous est rappelé qu’aimer le Christ, Marie et l’Eglise est pour le chrétien un amour indissociable, qui vit et se développe dans la Vérité de l’Evangile, dans la vie sacramentelle, dans la vie de prière, et dans la charité fraternelle !

 

Fides

• TEXTES LITURGIQUES (S. IUSTINI, MARTYRIS)

 

- 1 Corinthiens 1, 18-25 : Nous prêchons un Christ crucifié

- Psaume 34, 3 : Je veux bénir le Seigneur en tout temps

- Matthieu 5, 13-19 : Soyez le sel de la terre et la lumière du monde

 
 
 

• ANNÉE A - TEXTES LITURGIQUES (DOMINICA X "PER ANNUM")

 

- Osée 6, 3-6 : C'est l'amour que je désire, et non les sacrifices

- Psaume 50, 1 : Marchons sur Les pas du Seigneur

- Romains 4, 18-25 : Abraham déclaré juste à cause de sa foi

- Matthieu 9, 9-13 : Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs

 

• ANNÉE B - TEXTES LITURGIQUES (DOMINICA X "PER ANNUM")

 

- Genèse 3, 9-15 : Annonce de la lutte contre Satan

- Psaume 130, 1 : Auprès du Seigneur est la grâce

- 2 Corinthiens 4, 13 à 5, 1 : L'espérance de Paul dans ses épreuves

- Marc 3, 20-35 : Jésus contre Satan 

 

• ANNÉE C - TEXTES LITURGIQUES (DOMINICA X "PER ANNUM")

 

- 1 Roi 17, 17-24 : Élie, Dieu rend la vie au fils d'une veuve

- Psaume 30, 3 : Je t'exalte, Seigneur, toi qui me relèves

- Galates 1, 11-19 : L'Evangile de Paul n'est pas une invention

- Luc 7, 11-17 : Jésus rend la vie au fils de la veuve de Naïm

 

 

Introït de la Messe : "Dóminus illuminátio mea"

 

gfx172564.jpg« […] Notre Pape Benoît XVI a été victime d’un complot médiatique, il y a quelques mois, parce que ses paroles de vérité dérangent. Sommes-nous prêts à nous engager sans peur à ses côtés ? Sommes-nous prêts à nous compromettre pour la défense de la vérité et de la vie humaine, de sa conception à son terme naturel ? Sommes-nous prêts à témoigner du Christ, Notre-Seigneur et Notre Dieu, qui a pris chair dans le sein de la Vierge Marie, qui a accompli la Rédemption et qui est le seul Sauveur des hommes ? Jésus ne nous demande pas de réaliser des exploits, mais Il nous envoie proclamer l’évangile, comme il a envoyé les douze apôtres. Ceux-ci ont répondu et, après la Pentecôte, ils sont partis porter l’évangile jusqu’aux extrémités du monde. Ils ont généreusement donné leur vie pour le Christ. Et nous, sommes-nous prêts à répondre à l’appel de Jésus ? La mission, c’est urgent, mais beaucoup de baptisés sont tièdes et préfèrent la compromission à l’évangélisation. Jean-Paul II, après le souffle du Grand Jubilé de l’an 2000, a dû souffrir en constatant que l’élan et l’ardeur des baptisés étaient si vite retombés ! Quelques semaines avant sa mort, il nous a donné son dernier livre : « Levez-vous ! Allons ! ». Ce titre était tiré des paroles de Jésus après sa douloureuse agonie. Jean-Paul II, souffrant son douloureux évangile de la souffrance, ne voulait-il pas, comme Jésus, nous réveiller sans nous brusquer : « Levez-vous ! Allons ! » ? Ne voulait-il pas - au terme de son pontificat - nous dire : « Pourquoi n’avez-vous pas encore avancé au large et jeté les filets ? Il est temps de se donner totalement à l’évangélisation. Levez-vous ! Allons ! » ? […] « Pour un évêque, le manque de force est le début de la défaite. Pour un apôtre, le témoignage rendu à la vérité est essentiel. Et cela exige toujours la force. La plus grande faiblesse de l’apôtre est la peur. C’est le manque de foi dans la puissance du Maître qui réveille la peur ; cette dernière oppresse le cœur et serre la gorge. L’apôtre cesse alors de professer. Reste-t-il apôtre ? Les disciples, qui abandonnèrent le Maître, augmentèrent le courage des bourreaux. Celui qui se tait face aux ennemis d’une cause enhardit ces derniers. La peur de l’apôtre est le premier allié des ennemis de la cause. « Par la peur contraindre à se taire ». La terreur utilisée par toute dictature est calculée sur la peur des apôtres. Le Christ ne s’est pas laissé terroriser par les hommes. Sorti dans la foule, il dit avec courage : « c’est moi ». Ces paroles, disait Jean-Paul II, avaient été prononcées par l’énergique Cardinal Stefan Wyszynski. Jean-Paul II ajoutait : « Il n’y a pas d’espace pour des compromissions, ni pour un recours opportuniste à la diplomatie humaine. Il faut rendre témoignage à la vérité, même au prix de persécutions, jusqu’au prix du sang, comme le Christ Lui-même l’a fait et (comme les martyrs l’ont fait) ». Ces paroles fortes de Jean-Paul II, Benoît XVI les met héroïquement en pratique. Il nous donne le témoignage d’un vrai courage. Ses adversaires emploient les moyens des dictateurs décrits par Jean-Paul II pour l’intimider et le faire taire. Mais il ne se laisse pas intimider, il est fort contre la dictature du relativisme ! Prions et offrons pour lui et surtout : imitons-le, suivons-le : Levons-nous ! Allons ! ».

 

Photo : Sa Sainteté le Pape Jean-Paul II avec Son Eminence le Cardinal Stefan Wyszynski, Primat de Pologne

Texte : Extrait de l’homélie de Père Bernard Domini (15ème Dimanche du Temps Ordinaire), modérateur de la FMND

La Vierge Marie, à l'annonce de la grossesse de sa cousine par l'Ange Gabriel (Luc 1, 26-39), se met en route pour être aux côtés d'Elisabeth enceinte de six mois de Jean-Baptiste. Les deux femmes se retrouvent (Luc 1, 39-56). A peine la salutation de Marie retentit-elle aux oreilles d'Elisabeth que l'enfant qu'elle porte tressaille en elle. L'évangéliste Luc précise qu'aussitôt Elisabeth fut remplie de l'Esprit-Saint, déclarant Marie « pleine de grâce = kekharitoménè » et « Mère du Seigneur ». Le mystère de la Visitation nous propose, en condensé, toutes les dimensions du Salut apporté par Jésus : Leçons de charité et de zèle, de prévenance et d’amabilité ! Leçons de mortification, d’humilité, de sanctification des actions communes et des relations nécessaires avec le monde ! Confiteor + Kyriale IX (cum iubilo)

 

 

 

 

http://img.over-blog.com/453x500/0/21/41/34/2010/visitation.jpg« Dès son avènement, le Rédempteur de notre race vient aussitôt à son ami Jean, qui n’est pas encore né. De sein maternel à sein maternel, Jean plonge le regard, il secoue les limites de la nature et il s’écrie : « Je vois le Seigneur qui a fixé à la nature ses limites et je n’attends pas le moment de naître. Le délai de neuf mois, ici, ne m’est point nécessaire, car en moi est l’Éternel. Je sortirai de cet habitacle ténébreux, je prêcherai la connaissance substantielle de réalités admirables. Je suis un signe : je vais signaler l’avènement du Christ ; embouchant la trompette des hérauts, je vais annoncer à tous la rédemption réalisée par le Fils de Dieu fait homme. Pour le faire avec éclat, non seulement je bénirai la bouche de mon père pour lui rendre la parole, mais je vais tressaillir de vie dans le sein de ma mère ». Tu vois, ami, quel mystère nouveau et admirable ! Jean ne naît pas encore et déjà il parle par ses tressaillements; il ne paraît pas encore et déjà il profère des avertissements; il ne peut pas encore crier et déjà il se fait entendre par des actes; il n’a pas encore commencé sa vie et déjà il prêche Dieu; il ne voit pas encore la lumière et déjà il montre le Soleil; il n’est pas encore mis au monde et déjà il se hâte d’agir en précurseur. Le Seigneur est là : il ne peut se retenir, il ne supporte pas d’attendre les limites fixées par la nature, mais il s’efforce de rompre la prison du sein maternel et il cherche à faire connaître d’avance la venue du Sauveur. Il se dit donc : « Il est arrivé, celui qui brise les liens. Et quoi ? Moi, je reste assis enchaîné, et je suis encore tenu à demeurer ici ? Le Verbe vient pour tout rétablir et moi, je reste encore captif ? Je sortirai, je courrai devant lui et je proclamerai à tous : Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde ».

 

 

Mais, dis-nous, Jean, retenu encore dans l’obscurité du sein de ta mère, comment vois-tu et entends-tu ? Comment contemples-tu les choses divines ? Comment peux-tu tressaillir et exulter ? « Grand, dit-il, est le mystère qui s’accomplit, c’est un acte qui échappe à la compréhension de l’homme. A bon droit j’innove dans l’ordre naturel à cause de celui qui doit innover dans l’ordre surnaturel. Je vois, avant même que de naître, car je vois en gestation le Soleil de justice. A l’ouïe je perçois, car je viens au monde, voix du grand Verbe. Je crie, car je contemple, revêtu de sa chair, le Fils unique du Père. J’exulte, car je vois le Créateur de l’univers recevoir la forme humaine. Je bondis, car je pense que le Rédempteur du monde a pris corps. Je prélude à son avènement et, en quelque sorte, je vous devance par mon témoignage ».

 

Sermon de Saint Jean Chrysostome (Transmis par Syméon le Métaphraste, mais apocryphe) 

 

 

 


 

 

 


• TEXTES LITURGIQUES (In Visitatione Beatæ Mariæ Virginis)

 

- Sagesse 3, 14-18 : Mieux vaut la stérilité qu'une postérité impie

ou/et - Romains 12, 9-16 : Rapports mutuels

- Isaïe 12, 2 : Voici le Dieu de ma délivrance

- Luc 1, 39-56 : Visitation de la Vierge Marie à Elisabeth

 

 

Introït de la Messe : "Salve sancta parens"

 

   grego3.gif

 

*** Fête de la Visitation le 2 juillet pour la Slovaquie

et les régions allemandes (= Regionalkalendar).

Le 2 juillet aussi pour la forme extraordinaire

 

 


Liens : Hymne : Magnificat + Hymne : Virgo Dei Genetrix + Discours du Pape Benoît XVI pour la fin du mois de Marie au Vatican (2005) + (2006) + (2007) + (2008) + (2009) + (2010) + (2011) + "Mon âme exalte le Seigneur..." (Saint Bède le Vénérable) + "Le supérieur vient au secours de l'inférieur pour aider l'inférieur" (Saint Ambroise de Milan) + Prière de Saint Alphonse-Marie de Liguori pour la Visitation Historique de la fête de la Visitation + "Marie se mit en route rapidement" (Mère Teresa) + Messe et Commentaires Liturgiques (forme extraordinaire) + Discours de Saint Alphonse-Marie de Liguori sur la Visitation + Le Cœur de Marie et la Visitation, par Mgr Luciano Alimandi + « La Vierge de la Visitation », par Mgr Luciano Alimandi + Le « Magnificat » de la Mère devient le « Magnificat de ses enfants », par l’Abbé Luciano Alimandi

« Malheur au monde à cause des scandales. Malheur à ses corrupteurs conscients et volontaires du roman, du journal, de la revue, du théâtre, du film, de la mode indécente. Malheur à ces jeunes écervelés qui, par une blessure fine et légère, portent l'infection morale dans un coeur encore vierge. Malheur aux pères et mères qui, dépourvus d'énergie et de prudence, cèdent aux caprices de leurs fils et de leurs filles, renoncent à cette autorité paternelle qui est sur le front de l'homme et de la femme comme reflet de la majesté divine. Mais malheur aussi à tant de chrétiens de nom et d'illusion qui pourraient se dresser et qui verraient se lever derrière eux des légions de personnes intègres et droites, prêtes à lutter par tous les moyens contre le scandale. La Justice légale punit - et c'est son devoir - l'assassin d'un enfant. Mais ceux qui ont armé son bras, qui l'ont encouragé, qui, indifférents ou peut-être même avec un sourire indulgent l'ont laissé faire, quelle législation humaine osera jamais ou pourra, si elle le voulait, les punir comme ils le méritent ? Et pourtant, les vrais, les grands coupables, ce sont eux. Sur eux, corrupteurs conscients ou complices inertes, pèse terrible la Justice de Dieu.
Aucun pouvoir humain n'aura-t-il donc en soi-même la force d'émouvoir et de convertir ces coeurs corrompus ou corrupteurs ? La force d'ouvrir les yeux et de secouer la torpeur de tant de chrétiens insouciants ou timides ? Le sang de la martyre et les larmes du meurtrier repenti et pénitent feront ce miracle, Nous l'espérons » (Sa Sainteté le Pape Pie XII, au lendemain de la Béatification de Sainte Maria Goretti)

*** Une Messe pour la France est célébrée au Vatican ce jour-là (autel de Sainte Pétronille)

Sainte Pétronille est une des Patronnes Secondaires de la France, Fille Aînée de l’Eglise

Interrogé sur les bancs de l’Assemblée par le député Jean-Luc Pérat, pour le groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, au cours du débat sur la restructuration des hôpitaux le 4 mai dernier, le ministre de la Santé Roselyne Bachelot, s’est défendu de tout faire pour « faire progresser le droit des femmes dans ce domaine ». Une intervention qui mérite d’être conservée pour mémoire historique. Cette intervention sera une preuve supplémentaire que le gouvernement français est directement responsable du génocide de l’avortement depuis plus de 40 ans.

 

 roselyne-bachelot-la-ministre-de-la-sante.jpg

 

Intervention de Bachelot : « L’accès des femmes à l’interruption volontaire de grossesse est, dans le domaine de la santé publique, l’une de mes priorités. (Exclamations sur plusieurs bancs des groupes SRC et GDR.) D’ailleurs, un rapport de l’inspection générale des affaires sociales, remis il y a quelques semaines, a montré que le délai moyen pour la prise en charge d’une IVG dans notre pays est d’une semaine : nous sommes loin des chiffres que vous avez cités ; il vous faut donc les actualiser ! (Mêmes mouvements.)

Tout au long de mon mandat à la tête du ministère de la Santé, je n’ai eu de cesse d’assurer un très bon accès des femmes à l’IVG, en donnant à un certain nombre de structures la possibilité de réaliser des IVG, en particulier médicamenteuses : centres de santé, centres de planification familiale et médecins autorisés, par convention, à réaliser ce type d’IVG. J’ai également augmenté la tarification des IVG comme jamais auparavant : 60 % depuis 2008, et, cette année, elle a encore plus que doublé. Voilà la réalité de l’IVG et de sa prise en charge dans notre pays !

S’agissant de l’IVG instrumentale, je veux d’abord vous dire, monsieur le député, que les femmes préfèrent, et de loin, les IVG par voie médicamenteuse : mon but est donc d’augmenter le nombre de leurs prises en charge. Mais l’IVG par voie instrumentale doit être de qualité ; j’ai sur ce point confié aux directeurs des ARS le soin de qualifier au mieux des centres d’IVG.

Ainsi, les femmes verront une fois de plus, grâce au gouvernement de François Fillon, progresser leurs droits en ce domaine. (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP et sur plusieurs bancs du groupe NC.) »

 

 

 

Addendum : Mgr Marc Aillet répond à Roselyne Bachelot, ministre en chef du génocide

Confiteor Kyriale XII (Pater cuncta)

 

 

drapeau francais • TEXTES LITURGIQUES (S. IOANNÆ DE ARC, VIRGINIS (PATRONÆ SECUNDARIÆ GALLIÆ) - PROPRE A LA FRANCE)

 

- Sagesse 8, 9-15 ou 1 Corinthiens 1, 26-31 : La sagesse est nécessaire aux souverains ou Dieu a choisi ce qui est sans considération

- Psaume 27, 1 : Qu'une armée vienne camper contre moi, mon cœur ne craindra point

- Matthieu 16, 24-27 : Celui qui voudra sauver sa vie, la perdra; et celui qui perdra sa vie à cause de moi, la trouvera

Le Dimanche qui suit la Solennité de la Pentecôte, la Liturgie de l’Église nous invite maintenant à fêter la Solennité de la Très Sainte et Adorable Trinité. En une seule fête, l’Église récapitule un des plus grands mystères de notre Foi qui nous fait reconnaître et adorer UN SEUL DIEU en Trois Personnes égales et bien distinctes. Le Père tient de Lui-même l'unique substance divine. Le Fils procède du Père par génération éternelle et le Saint-Esprit procède éternellement du Père et du Fils comme d’un seul et même Principe, en tant qu’Ils sont un seul Dieu. Le Père, le Fils et le Saint Esprit se compénètrent mutuellement dans la plus parfaite "circumincession" d’Amour et agissent par une seule et même opération sur le monde. Il est juste que l'Église nous enseigne - après l'Esprit de Pentecôte qui nous commande d'annoncer le vrai Dieu aux païens et aux juifs - en quoi le Dieu chrétien est véritablement communion d'Amour. Introït de la Messe : « Benedícta sit sancta Trínitas atque indivísa Unitas : confitébimur ei, quia fecit nobíscum misericórdiam suam. Ps. Dómine, Dóminus noster, quam admirábile est nomen tuum in univérsa terra ! Glória Patri… Benedícta sit… » (« Bénie soit la sainte Trinité et son indivisible unité : glorifions-la, parce qu’elle a fait éclater sur nous sa miséricorde. Ps. Seigneur notre Maître, que votre nom est admirable dans toute la terre ! Gloire au Père… Bénie soit… ») Asperges Me + Kyriale et Credo du Dumont
 
 
 
 
 
Traditionnellement, en cette Solennité de la Sainte Trinité, il est d'usage (depuis le 10ème siècle)
d'interpréter le magnifique "Kyrie fons bonitatis" avec ses propres tropes médiévaux.
Au Moyen-Âge, il était de "tradition" d'augmenter la litanie du Kyrie d'invocations divers
selon les fêtes solennelles. C'est ce qu'on appelle en Liturgie des Kyrie "farcis". (exemple).
Pour la Solennité de la Sainte Trinité, les 3 premiers Kyrie sont adressés à Dieu le Père,
les 3 Christe sont adressés à Dieu le Fils et les 3 derniers Kyrie au Saint-Esprit.
      

 

 

 

 

 

http://img.over-blog.com/500x320/0/21/41/34/liturgie/adorabletrinite.jpg• ANNÉE A - TEXTES LITURGIQUES (SANCTISSIMÆ TRINITATIS)

 

- Exode 34, 4-6 ; 8-9 : Le Dieu tendre et miséricordieux se révèle à son peuple

- Daniel 3, 52 : A toi, louange et gloire éternellement !

- 2 Corinthiens 13, 11-13 : Dans l'amour trinitaire

- Jean 3, 16-18 : "Dieu a tant aimé le monde..."

 

• ANNÉE B - TEXTES LITURGIQUES (SANCTISSIMÆ TRINITATIS)

 

- Deutéronome 4, 32-34 ; 39-40 : Notre Dieu est le Dieu unique

- Psaume 33, 4 : Bienheureux le Peuple de Dieu !

- Romains 8, 14-17 : Notre adoption filiale dans l'Esprit-Saint

- Matthieu 28, 16-20 : Le Baptême au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit

 

• ANNÉE C - TEXTES LITURGIQUES (SANCTISSIMÆ TRINITATIS)

 

- Proverbes 8, 22-31 : La Sagesse est avec Dieu dès le commencement

- Psaume 8, 4 : Seigneur, notre Dieu, qu'il est grand, ton nom

- Romains 5, 1-5 : Dans I'Esprit nous sommes en paix avec Dieu

- Jean 16, 12-15 : L'Esprit nous conduira vers le mystère de Dieu

 

 

 

Introït de la Messe : "Benedicta sit"
 

  



 

 
 
 
Liens (divers) : La Très Sainte Trinité (Catéchisme de l'Église Catholique N°249-267) + Litanies à la Très Sainte Trinité + Hymne à la Sainte Trinité : "O Lux Beata Trinitas" + Hymne du Bréviaire maronite sur la Sainte Trinité + Messe et Commentaires Liturgiques (forme extraordinaire) + Propre de la Messe (forme ordinaire) + Hymne à la Sainte Trinité + Commentaire de la Parole de Dieu, par la bibliste Marie-Noëlle Thabut (ANNÉE B) + (ANNÉE C) + (ANNÉE A) + Supplique à la Très Sainte Trinité + Prière de l'Ange de l'Eucharistie à Fatima + L'habitation de la Sainte Trinité dans les âmes, par Son Eminence le Cardinal Charles Journet + Ô mon Dieu, Trinité que j'adore (Bienheureuse Elisabeth de la Trinité) + Ô Trinité éternelle (Sainte Catherine de Sienne) + O mon Dieu, Trinité que j'adore (Renouveau) + Avoir des relations humaines sur le modèle de la Sainte Trinité  + Les chrétiens n'ont pas le même Dieu que les musulmans, par l'Abbé Guy Pagès + L'erreur du Coran sur la Trinité, par l'Abbé Guy Pagès + Le Mystère de la Très Sainte Trinité (en 17 parties), par l'Abbé Guy Pagès + De la Sainte Trinité et de la Bible, par l'Abbé Guy Pagès + Comment clouer le bec à un athée sur le mystère de la Sainte Trinité ? + Rappels dogmatiques (Denzinger N°501 + N°525-532)

La Liturgie romaine connaît depuis très longtemps, à côté du cycle annuel, un cycle trimestriel, en ce sens que, dans chacune des quatre saisons de l'année, il y a une semaine particulièrement distinguée dite des Quatre-Temps. Trois jours de cette semaine, le mercredi, le vendredi et le samedi, sont fixés comme jours de jeûne (…). Il nous reste du pape Saint Léon le Grand une série de sermons pour les Quatre-Temps. Le dimanche qui précède la semaine des Quatre-Temps, il parle de la signification de la pénitence et du jeûne, et il termine par cette invitation : « Nous jeûnerons donc le mercredi et le vendredi, quant au samedi nous veillerons tous ensemble près de saint Pierre » (cf ; "La liturgie de l’Eglise romaine", J. A. Jungmann, SJ., 1957)

 

 

 

« Aux Quatre-Temps, l'Église a coutume de prier le Seigneur pour les divers besoins des

hommes, en particulier pour les fruits de la terre et les travaux des hommes,

et de lui rendre grâce publiquement » (Cæremoniale episcoporum, 1984)

 

 

 

***Ce n'est plus obligatoire, mais par tradition, le jeûne et l'abstinence sont observés

en ce jour
 appelé "Samedi des Quatre-Temps de Pentecôte (ou d'Eté)"

Veux-tu aimer la Sainte Vierge ? Eh bien ! fréquente-la. Comment ? En priant bien le Rosaire. Mais, dans le Rosaire... nous répétons toujours les mêmes choses ! Toujours les mêmes choses ? Et ceux qui s'aiment, ne se disent-ils pas toujours les mêmes choses l'un à l'autre ?... Comme les vertus surnaturelles grandiraient en nous, si nous parvenions à fréquenter vraiment Marie, qui est Notre Mère ! Ne craignons pas de lui répéter au long de la journée — avec le cœur, sans que les mots soient nécessaires — de petites prières, des oraisons jaculatoires. La dévotion chrétienne a réuni beaucoup de ces éloges enflammés dans les Litanies qui accompagnent le Saint Rosaire. Mais chacun est libre de les augmenter, de lui adresser de nouvelles louanges, de lui dire ce que — par une sainte pudeur qu'Elle comprend et approuve — nous n'oserions pas exprimer à voix haute. Je te conseille — pour terminer — de faire, si tu ne l'as pas encore faite, l'expérience personnelle de l'amour maternel de Marie. Il ne suffit pas de savoir qu'Elle est Mère, de la considérer de cette façon, de parler ainsi d'Elle. Elle est ta Mère et tu es son fils; Elle t'aime comme si tu étais son fils unique en ce monde. Parle-lui en conséquence : raconte-lui tout ce qui t'arrive, honore-la, aime-la. Personne ne le fera pour toi aussi bien que toi, si tu ne le fais pas. Je t'assure que si tu prends ce chemin, tu trouveras aussitôt tout l'amour du Christ : et tu te trouveras plongé dans cette vie ineffable de Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit. Tu y puiseras des forces pour accomplir entièrement la Volonté de Dieu, tu t'empliras de désirs de servir tous les hommes. Tu seras le chrétien que tu rêves d'être parfois : débordant d'œuvres de charité et de justice, joyeux et fort, compréhensif envers autrui et exigeant envers soi-même. Telle est sans plus, la trempe de notre foi. Accourons à Sainte Marie qui nous accompagnera avec énergie et constance.

 

Saint Josemaría Escrivá de Balaguer, Fondateur de l’Opus Dei

La Liturgie romaine connaît depuis très longtemps, à côté du cycle annuel, un cycle trimestriel, en ce sens que, dans chacune des quatre saisons de l'année, il y a une semaine particulièrement distinguée dite des Quatre-Temps. Trois jours de cette semaine, le mercredi, le vendredi et le samedi, sont fixés comme jours de jeûne (…). Il nous reste du pape Saint Léon le Grand une série de sermons pour les Quatre-Temps. Le dimanche qui précède la semaine des Quatre-Temps, il parle de la signification de la pénitence et du jeûne, et il termine par cette invitation : « Nous jeûnerons donc le mercredi et le vendredi, quant au samedi nous veillerons tous ensemble près de saint Pierre » (cf ; "La liturgie de l’Eglise romaine", J. A. Jungmann, SJ., 1957)

 

 

 

« Aux Quatre-Temps, l'Église a coutume de prier le Seigneur pour les divers besoins des

hommes, en particulier pour les fruits de la terre et les travaux des hommes,

et de lui rendre grâce publiquement » (Cæremoniale episcoporum, 1984)

 

 

***Ce n'est plus obligatoire, mais par tradition, le jeûne et l'abstinence sont observés

en ce jour
 appelé "Vendredi des Quatre-Temps de Pentecôte (ou d'Eté)"

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







 

 

 

 

Intentions de prières

 

Actualité du livre

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg