Depuis que le pape Benoît XVI a publié différents documents libéralisant la forme "tridentine" de la liturgie et levant l'excommunication des évêques sacrés par Mgr Lefebvre, il se dit tout et n'importe quoi.
Pour certains "traditionalistes", on aurait à présent la preuve que le pape veut prendre ses distances avec Vatican II et généraliser peu à peu la messe d'avant le Concile. Victoire ! Pour les très nombreux prétendus "conciliaires" (ceux qui parlent sans cesse de Vatican II en se gardant bien d'en appliquer les enseignements) on a la preuve que le pape cherche le moyen de ne pas appliquer le Concile. Horreur !
Chacun y va de ses interprétations qui sont uniquement le reflet des espérances ou des craintes de l'instant. Les uns crient victoire : avec Benoît XVI, c'est le retour de la "tradition" et le rétablissement définitif de la messe "de toujours", de la liturgie prétendue "traditionnelle"... Les autres crient au scandale : le pape donne les clés de l'Eglise aux "intégristes". C'est un "retour en arrière" !

 

 

 

messeplage.jpegPartout on suppute, on imagine, on interprète, on espère, on craint... et tout ceci sans même prendre le temps de lire les documents officiels qui permettraient de comprendre ce que veut le Successeur de Pierre. Mais que veut-il, pour le bien de l'Eglise du Christ qui lui a été confiée sur cette terre ?
Benoît XVI veut-il s'écarter du Concile ? Disons très clairement "non". Il l'a dit dès le début de son pontificat et l'a répété à plusieurs occasions : il n'est absolument pas question de revenir sur le Concile ou d'en critiquer le bien-fondé. Benoît XVI a même déclaré aux fidèles qui ont suivi Mgr Lefebvre que si ces derniers voulaient avoir leur place dans l'Eglise, ils devraient accepter Vatican II selon une herméneutique de "non-discontinuité", de "non-rupture" avec la Tradition. Les choses sont donc claires et il faudrait qu'on cesse de raconter n'importe quoi d'un côté comme de l'autre. La seule chose que l'on puisse affirmer sans craindre de se tromper, c'est que Benoît XVI veut corriger tout ce qui s'est fait durant des années en se couvrant abusivement de l'autorité de Vatican II. Et dans ce domaine, il y a énormément de travail ! Autre question : Benoît XVI veut-il dispenser les fidèles "traditionalistes" de participer à la liturgie voulue par le Concile (la forme "ordinaire" du rite romain) ? Là encore, il faut répondre clairement "non". 
Celui qui prend le temps de lire attentivement le Motu proprio Summorum pontificum, s'aperçoit que le Souverain Pontife n'a jamais voulu pérenniser (comme l'espèrent ou le font croire certains "traditionalistes") la liturgie en usage avant le Concile. Il faut être très clair là-dessus. 
Benoît XVI écrit aux évêques (insistons : c'est le pape lui-même qui écrit et qui explique aux évêques) : « J'en arrive ainsi à la raison positive qui est le motif (notons bien les mots employés : "raison positive" et "motif") qui me fait actualiser par ce Motu Proprio celui de 1988. Il s'agit de parvenir à une réconciliation interne au sein de l'Eglise ». Le seul but que poursuit Benoît XVI est la réconciliation interne au sein de l'Eglise. Il n'a rien d'autre en vue. Et c'est déjà essentiel !
Autrement dit, le Souverain Pontife veut que tous les fidèles puissent trouver leur place au sein de l'Eglise. Il le redit quelques lignes plus loin dans son message aux évêques : l'histoire de l'Eglise « nous impose aujourd'hui une obligation : faire tous les efforts afin que tous ceux qui désirent réellement l'unité aient la possibilité de rester dans cette unité ou de la retrouver à nouveau ». L'unité dans l'Eglise est le souci majeur du Saint-Père et il faut avoir un souci particulier pour tous les fidèles qui la désirent "réellement".
La possibilité de célébrer selon l'ancienne liturgie et la levée des excommunications ne sont en aucun cas des fins, mais sont des moyens que donne le Saint-Père pour atteindre un but qui découle de sa mission à la tête de l'Eglise.
Ceux qui se limitent à des histoires de rites montrent qu'ils n'ont peut-être pas compris grand-chose au vrai projet initié par Benoît XVI pour redynamiser l'Eglise : ce projet vise l'unité de l'Eglise et rien d'autre.

 

Pro Liturgia

 

jesuspretre.jpeg

 

 

• TEXTES LITURGIQUES (PROPRE A LA COMPAGNIE DES PRÊTRES DE ST-SULPICE)


- Hébreux 5, 1-10 : Jésus, Grand-Prêtre proche des hommes

- Psaume 39 : Me voici Seigneur pour accomplit Ta Volonté

- Luc 22, 14-20 : La Nouvelle Alliance

 

• TEXTES LITURGIQUES (PROPRE A L'ESPAGNE)


- Hébreux 10, 12-23 : Supériorité du Sacrifice unique et efficace

ou Isaïe 52, 13 à 53, 12 : Grande prophétie du Serviteur souffrant

- Psaume 39 : Me voici Seigneur pour accomplit Ta Volonté

- Luc 22, 14-20 : La Nouvelle Alliance


*** Fête propre à l'Espagne, au Chili et à la Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice

La Liturgie romaine connaît depuis très longtemps, à côté du cycle annuel, un cycle trimestriel, en ce sens que, dans chacune des quatre saisons de l'année, il y a une semaine particulièrement distinguée dite des Quatre-Temps. Trois jours de cette semaine, le mercredi, le vendredi et le samedi, sont fixés comme jours de jeûne (…). Il nous reste du pape Saint Léon le Grand une série de sermons pour les Quatre-Temps. Le dimanche qui précède la semaine des Quatre-Temps, il parle de la signification de la pénitence et du jeûne, et il termine par cette invitation : « Nous jeûnerons donc le mercredi et le vendredi, quant au samedi nous veillerons tous ensemble près de saint Pierre » (cf ; "La liturgie de l’Eglise romaine", J. A. Jungmann, SJ., 1957)

 

 

 

« Aux Quatre-Temps, l'Église a coutume de prier le Seigneur pour les divers besoins des

hommes, en particulier pour les fruits de la terre et les travaux des hommes,

et de lui rendre grâce publiquement » (Cæremoniale episcoporum, 1984)

 

 

***Ce n'est plus obligatoire, mais par tradition, le jeûne et l'abstinence sont observés

en ce jour
 appelé "Mercredi des Quatre-Temps de Pentecôte (ou d'Eté)"

• TEXTES LITURGIQUES (S. AUGUSTINI CANTUARIENSIS, PRESBYTERI)


- Philippiens 4, 4-9 : La joie et la paix dans le Seigneur

- Psaume 84, 3 : Mon s'épuise auprès des parvis du Seigneur

- Luc 6, 43-45 : Chaque arbre se reconnaît à son propre fruit

 

*** Fête pour l'Angleterre ; Mémoire facultative pour l'Eglise universelle

Confiteor Kyriale XII (Pater cuncta)

 

• TEXTES LITURGIQUES (S. PHILIPPI NERI, PRESBYTERI)

 

- Philippiens 4, 4-9 : Réjouissez-vous sans cesse dans le Seigneur

- Psaume 84, 3 : Mon âme soupire et languit après les parvis du Seigneur

- Luc 6, 43-45 : Chaque arbre se reconnaît à son propre fruit

• TEXTES LITURGIQUES (S. BEDÆ LE VENERABILIS, PRESBYTERIS ET ECCLESIAE DOCTORIS)


- 1 Jean 2, 15-17 : N'aimez point le monde, ni ce qui est dans le monde

- Psaume 37, 3 : Mets ta confiance dans le Seigneut et fais le bien

- Matthieu 7, 21-29 : Faire la Volonté du Père pour entrer dans le Royaume

 

• TEXTES LITURGIQUES (S. GREGORII VII, PAPÆ)


- Ezéchiel 3, 16-21 : Le prophète comme guetteur

- Psaume 110, 1 : Assied toi à ma droite

- Jean 6, 60-69 : Seigneur, à qui irions-nous ?

 

• TEXTES LITURGIQUES (S. MARIÆ MAGDALENÆ  DE' PAZZI)

 

 

- Cantique des Cantiques 8, 6-7 : L'amour est plus fort que la mort

- Psaume 17, 2-7 : Qu'en toutes choses, notre Dieu soit béni !

- Luc 10, 38-42 : Marie a choisi la meilleure part

 

 

*** Mémoire obligatoire propre de Ste M-M de Pazzi pour l'Ordre du Carmel ;

Mémoire obligatoire de Saint Bède le Vénérable pour l'Angleterre ;

Mémoires facultatives des trois saints pour l'Eglise universelle

 

Prière de Louange, d'Action de Grâce,

de Repentance, d'Intercession

et de Consécration pour la France

en vue d'une nouvelle Pentecôte d'Amour

 

 

 

 

INTRODUCTION : Père Tout Puissant et plein d’Amour, nous te louons et nous te bénissons par Jésus ton Fils notre Sauveur et Rédempteur, par l’Esprit Saint, qui prie en nous « par des gémissements ineffables » afin que nous te servions filialement dans la Joie, la Paix et la Confiance. Nous voulons te louer, te bénir et te rendre grâces Sainte Trinité, pour la multiplicité de tes dons dans nos âmes et dans nos vies. Nous voulons te rendre gloire pour le don suprême de l’Eucharistie par lequel la vie divine vient demeurer en nous, transfigurant notre nature humaine, avant-goût du ciel sur la terre. Nous te rendons gloire Père, car par Jésus nous recevons la gloire que tu Lui as donnée. « Pour moi, je leur ai donné la gloire que Tu m’as donnée, pour qu’ils soient un, comme nous sommes uns : Moi en eux, et Toi en Moi, pour qu’ils soient parfaitement un, et que le monde croit que c’est Toi qui m’as envoyé, et que Tu les as aimés comme Tu m’as aimé » (Jean 17, 22-23). Tu nous as fait, Seigneur, pour être une éternelle louange à ta gloire. Tu connais, Seigneur, toute notre nature, et la nôtre demeure pécheresse mais par la grâce surnaturelle de l’Esprit Saint, Tu nous conduis vers la sainteté, il nous suffit de dire comme Marie « Oui », Fiat. Aujourd’hui que notre Fiat devienne Magnificat. Tu es fidèle Dieu dans tes dons ; ton Alliance est de toujours à toujours, et ta Miséricorde renouvelle sans cesse ta vie divine en chacun de nous lorsque nous nous écartons de ta Sagesse. Mais, hélas, nous avons abandonné tes commandements, nous nous sommes jetés dans l’iniquité, plus que les générations passées. Notre nation s’est détournée de ton appel, de sa vocation, des promesses de son baptême. La Fille aînée de l’Eglise est devenue une rebelle, une courtisane aux mille amants, mais ton prophète nous dit : « car voici ce que dit le Seigneur, le Saint d’Israël. C’est dans la conversion et le calme qu’est votre salut, c’est dans le repos et la confiance que réside votre force… C’est pourquoi le Seigneur est impatient de vous faire grâce. C’est pourquoi Il se lève pour vous faire miséricorde, car le Seigneur est un Dieu juste : heureux ceux qui espèrent en Lui ». (Isaïe 30, 15-18). Aussi aujourd’hui nous sommes dans la joie parce que nous sommes remplis de cette Espérance que toi-même mets dans nos cœurs, en nous mettant à genoux devant Toi, ô Père tout Puissant, nous voulons implorer ta Miséricorde pour la multitude de nos péchés, ceux de nos frères, ceux de notre nation. Que l’Esprit Saint nous obtienne une vraie contrition de nos fautes, de celles de notre nation consacrée au Cœur Immaculé de Marie et en attente d’être consacrée à Ton Cœur Sacré. De ce Cœur coulent des fleuves d’Eau Vive qui lavent « ton enfant rebelle ». « Je te fiancerai à Moi pour toujours, je te fiancerai à Moi par la justice et le droit, l’amour et la tendresse. Je te fiancerai à Moi par la fidélité et tu connaîtras le Seigneur » (Osée 2,21-22). Reçois Père l’offrande des Plaies de Jésus, en réparation de toutes nos offenses, pour la guérison de nos âmes et de l’âme de notre pays ! « Pourquoi ces nations en tumulte, ces peuples aux projets stupides, ces rois de la terre qui se groupent, ces grands qui conspirent entre eux contre le Seigneur et son Messie ? Et c’est vrai : on a conspiré dans cette ville ("dans notre pays") contre Jésus, ton Saint, ton Serviteur, que Tu as consacré comme Messie. Et maintenant Seigneur sois attentif à leurs menaces, donne à ceux qui Te servent d’annoncer ta parole avec une parfaite assurance. Etends donc ta main pour guérir les malades, accomplis des signes et des prodiges par le Nom de Jésus, ton Saint, ton Serviteur » (Actes 4, 25-31). Pour nous nous préférons « obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » (Actes 5, 29) :

 

 

 

 

  

PREMIERE PARTIE : Avec des cœurs emplis de louange, de confiance et d’action de grâces nous osons avec la force de la Foi, supplier l’Esprit Saint et implorer ta Miséricorde :

 

 

1. Que l’Eglise vive de la Vérité. Là où tes yeux la voient corrompue, affaiblie, nous Te supplions de la purifier, de la relever, de l’unifier. Kyrie eleison.

 

2. Pour tous les manques d’Amour au cœur de l’Eglise à cause de l’endurcissement de nos cœurs, de notre étroitesse d’esprit face aux différentes familles spirituelles, pour les grâces que nous voulons nous approprier pour être les meilleurs, nous poussant au jugement, et à nous comparer entre frères, sans tenir compte de ta Sagesse et de ton Amour, pour ces divisions fraternelles qui transpercent ton Cœur de Père et retardent l’Unité nous implorons ton Saint Esprit : Christe eleison.

 

 

 

 

 

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

 

 

 

 

 

 

DEUXIEME PARTIE : Nous implorons ta Miséricorde pour les péchés du monde et plus spécialement pour notre nation, Fille aînée de l’Eglise :

 

 

 

 

1. Pour toutes les lois iniques qui s’opposent à ta Sagesse, à ton Amour, parce que dans son orgueil notre nation a décidé de vivre sans Toi : pour cet orgueil, pour cette rébellion nous implorons une grâce de Lumière et attendons tout de ta Miséricorde. Kyrie eleison.

 

2. « Jésus répondit : tu n’aurais aucun pouvoir sur moi s’il ne t’avait été donné d’en haut » (Jean 19, 11). Parce que toute autorité, tout pouvoir ne peut venir que de Toi, Père du ciel et de la terre, notre nation, en place d’une saine laïcité, fait de la laïcité une loi absolue sans référence à Jésus Christ, l’unique, seul et vrai Roi, nous implorons ta Miséricorde : Christe eleison.

 

3. Toi, Jésus tu nous as dit : « Vous ne pouvez servir Dieu et l’argent » (Luc 16, 13), et l’apôtre Paul nous enseigne : « car la racine de tous les maux c’est l’amour de l’argent » (1 Tim 6, 10). Aujourd’hui le monde, chaque nation (la nôtre) est dominé par l’amour de l’argent qui défigure l’homme, le travail, l’économie ainsi ce « veau d’or » écrase la dignité de la personne humaine et devient source de conflits entre les hommes. Viens éclairer, Père, par ton Saint Esprit nos cœurs et nos intelligences pour nous arracher « à cette ruine et à ces tourments », que l’argent soit au service de l’homme selon ton plan et non l’homme au service de l’argent, nous t’en supplions. Kyrie eleison.

 

4. « Dieu bénit le septième jour et le sanctifia » (Gn 2, 3). Pour tous ces dimanches, jour de bénédictions où l’homme, dans son aveuglement, choisit délibérément de travailler, au lieu de te rendre grâces et de te glorifier, nous implorons ton pardon. Christe eleison.

 

5. « De sorte qu’ils ne sont plus deux mais une seule chair. Donc ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas » (Marc 10, 8-9). Seigneur tu as fait le mariage pour le bonheur des hommes et des familles. Tu vois comme nous justifions notre infidélité en appelant bien ce qui est mal, au point que nous avons légalisé le divorce jusqu’à le faciliter. Viens au secours des foyers brisés. Donne ta lumière, ta force et le courage de voir clair pour comprendre ta Volonté et le courage de saisir le secours que tu veux nous donner. Nous implorons ton pardon : Kyrie eleison

 

6. Père, pour ces lois abominables légalisant le concubinage et le Pacs, qui s’opposent à la splendeur de l’Amour vrai dans le seul mariage entre un homme et une femme, accueilli et donné, à l’image de ton Amour éternel, nous implorons, pour ces victimes, ta Miséricorde : Christe eleison

 

7. Père, pour cette loi contre-nature qui normalise l’homosexualité, bafouant ainsi le grand don de la sexualité que tu fais à l’homme et à la femme en vue de leur fécondité afin qu’ils soient procréateurs avec Toi, donne la lumière aux législateurs, et la force aux victimes tombées dans ce vice infâme, pour accueillir ta Volonté, car tu as compassion de ces enfants assoiffés d’Amour. Nous avons Foi en ta Puissance miséricordieuse, guérissante, et pour cela nous implorons ton pardon : Kyrie eleison.

 

8. « Tu garderas les observances du Seigneur… tu observeras ses commandements, ses décrets et ses préceptes, et ses enseignements… ainsi tu réussiras dans tout ce que tu feras et entreprendras » (1R 2, 3). Seigneur, au lieu d’observer tes ordres et tes commandements, la corruption érigée en principe de liberté et en loi s’est infiltrée partout, appelant bien ce qui est mal (« fornication, débauche, gloutonnerie, adultère, union libre, contraception, homosexualité, drogue destructrice… »), et intolérable ce qui est bien. Dans notre aveuglement, nous nous opposons à cette loi d’Amour inscrite au cœur de l’homme et nous avons légalisé ces comportements par des lois, abusant ainsi des millions d’innocents, pour en faire « le nouveau bien » de l’homme indépendant, coupé de ta Lumière et de ton Amour. O Père, pour toutes ces offenses et blessures faites à ton Amour, et pour ceux qui dans leur aveuglement incitent à poser ces actes, nous implorons, en nous humiliant, ta Miséricorde : Christe eleison.

 

9. « Tu ne tueras point » (Dt 5, 17). Seigneur, nous n’avons pas protégé la vie des enfants dans le sein maternel. Pour ces petits sans défense, pour ces Papas et Mamans, trompés par ces lois criminelles autorisant l’avortement et la contraception, afin que ton Amour et ta Miséricorde les relèvent et les restaurent, car tu ne condamnes pas tes enfants, mais tu les invites à la conversion, à « renaître d’en haut ». Pour ce péché contre la vie qui est sacrée, nous implorons ton Infinie Miséricorde : Kyrie eleison.

 

10. Seigneur, la personne humaine n’est plus reconnue comme digne de vivre, elle qui est faite à ton image et ta ressemblance, reflet de ta splendeur, dés lors qu’elle présente un handicap. Pour ces êtres rejetés par l'eugénisme embryonnaire, pour l’euthanasie appelée « une mort digne », nous implorons ta Miséricorde : Christe eleison.

 

11. « A l’image de Dieu Il le créa, homme et femme Il les créa. Dieu les bénit. Soyez féconds, dit-il, multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la » (Gn 1, 27-28). Seigneur, c’est Toi qui donnes la vie, « qui nous façonnes dans le sein de notre mère, qui nous appelles par notre nom ». Pour tous ces enfants créés par la « volonté et la chair de l’homme », pour le non-respect des enfants conçus en dehors du sein maternel (fécondation in vitro), pour ces enfants congelés, pour ceux massacrés sur l’autel de la science (clonage), pour les parents trompés par ces nouvelles normes, appelées lois bioéthiques, nous implorons ta Miséricorde : Kyrie eleison.

 

12. Dieu, Toi qui es Père et as tout créé par Amour, Tu nous as donné une terre riche à soumettre et une création à explorer en Te rendant grâces. Parce que nous rejetons cette nature en prétendant faire une œuvre supérieure à la tienne, ne la respectant pas, la polluant, en l’exploitant sans référence aux lois d’équilibre et de sagesse que Tu as inscrites en elle, n’y voyant qu’une source de profit insatiable, nous reconnaissons nos torts et implorons, Père tout Puissant, ta Miséricorde : Christe eleison.

 

13. « Le diable L’emmena (Jésus) encore sur une haute montagne et Lui montra tous les royaumes du monde avec leur opulence : tout cela, lui dit-il, je Te le donnerai, si Tu Te prosternes pour me rendre hommage » « Arrière, Satan, lui dit alors Jésus, car il est écrit : « tu adoreras le Seigneur ton Dieu, et tu ne serviras que Lui seul (Dt 6, 13) ». (Mat. 4, 8-10). Seigneur Dieu, nous te demandons pardon pour tous les efforts qui nous poussent à l’adoration matérialiste de la créature au lieu du Créateur, pour l’individualisme, pour le culte idolâtre du corps et de la personne humaine, pour la plupart des moyens médiatiques qui érigent « le pain, les jeux, le sexe » en divinités pour combler nos appétits, pour tous ces choix de mort. Père nous implorons, dans la confiance, ta Miséricorde : Kyrie eleison.

 

14. Seigneur, « en raison du lien qui, dans le Corps mystique nous unit les uns aux autres… nous tous portons le poids des erreurs et des fautes de ceux qui nous ont précédés » (Jean Paul II). Afin que nos mémoires soient purifiées par ta grâce, c’est dans la Foi et l’humilité que nous implorons ta Miséricorde : Christe eleison.

 

15. Nous voyons, Père, dans toutes ces situations la responsabilité de nos propres péchés. Par le Sang de Jésus qui nous purifie et nous sanctifie, par l’Esprit Saint qui renouvelle en nous la Foi, l’Espérance et la Charité, nous crions vers Toi : « Abba, aie pitié de nous ». Kyrie eleison.

 

16. « Bénissez ceux qui vous persécutent, souhaitez-leur du bien et non du mal » (Rom 12, 14). Seigneur, par ces paroles de l’apôtre, nous disons pour ceux qui nous haïssent à cause de ton Nom et qui Te haïssent Toi, Dieu Sauveur et Rédempteur : qu’ils tombent maintenant, là où ils sont, sous tes bénédictions dans l’adoration à genoux devant ton trône. O, adoramus te Domine (3 fois).

 

 

 

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

 

 

 

TROISIEME PARTIE : Maintenant nous voulons te bénir parce que Toi Jésus, Tu nous as donné Marie pour Mère alors que tu expiais pour chacun de nous et pour nos péchés sur la Croix. C’est par la prière de Marie, et avec elle, que nous voulons prier pour hâter ton retour, en mémoire de ce qui advint à Cana : « Et le troisième jour il y eut une noce à Cana de Galilée, et la mère de Jésus y était… Ils n’ont plus de vin. Et Jésus lui dit : que Me veux-tu, femme ? Mon heure n’est pas encore arrivée. Sa mère dit aux servants : « faites tout ce qu’Il vous dira ». (Jean 2, 1-5). En suivant Marie et par Elle, nous voulons consacrer la France, Fille aînée de l’Eglise, à l’Amour de Dieu. Que chacun de nous dise en son cœur, qu’il soit couché debout, au travail, au repos :

 

 

1. « Jésus, je T’aime et je consacre la France à ton Amour. Ainsi chacun étant la France, chacun ainsi consacre la France à travers chacun » (Petit Marcel Van).

 

2. Oui Seigneur, que le Saint Esprit descende sur chacun de nous et fasse de nous des témoins de ton Amour, de ta Miséricorde afin que nous soyons Lumière, Espérance et Paix dans ce monde qui agonise.

 

3. Que ta Gloire, alors que nous veillons avec Marie au Cénacle, descende sur chacun de nous, de sorte que plongés dans ce Fleuve d’Amour, le monde croie que Tu es, Toi Jésus, notre seul Sauveur et Rédempteur, et que cette nouvelle Pentecôte d’Amour annoncée par ta servante Marthe Robin (1936), par notre Bienheureux Pape Jean XXIII, et ses successeurs, enflamme le monde comme Tu nous l’as annoncé : « Je suis venu apporter le Feu sur la terre et combien je voudrais qu’Il brûle » (Luc 12,49). Amen ! Maranatha ! Viens Seigneur Jésus.

C’est le Pape Pie VII qui institua une fête solennelle en l'honneur de la Vierge secourable sous le titre de "Notre-Dame Auxiliatrice",
qu'il fixa à perpétuité au 24 mai, jour anniversaire de son heureux retour dans la ville de Rome en 1814…

 
      Maria_Auxilium_Christianorum.jpg
 
 
Le secours de la Mère de Dieu s'est souvent fait sentir au peuple chrétien d'une manière miraculeuse, lorsqu'il s'agit de repousser les ennemis de la religion. C'est ainsi que l'importante victoire remportée par les chrétiens sur les Turcs dans le golfe de Lépante est due à l'intercession de la Bienheureuse Vierge Marie (7 octobre). Pour cette raison, le Saint Pontife Pie V ordonna qu'en reconnaissance, on insérerait dans les litanies de Lorette l'invocation suivante : "Auxilium Christianorum, Secours des Chrétiens". Mais un des faits les plus mémorables de la protection de Marie est celui qui se rapporte au souverain pontife Pie VII. Violemment arraché du siège apostolique de Pierre par le conseil des impies secondés de la force armée, il fut détenu dans une étroite prison pendant plus de cinq ans, à Savone, puis à Fontainebleau. Toujours sous une garde sévère et réduit à l'impuissance de gouverner l'Eglise de Dieu, il ne pouvait avoir aucune communication avec l'extérieur. Après ce laps de temps, lorsqu'on y songeait le moins, le pape Pie VII se vit tout à coup rétabli sur le trône pontifical aux applaudissements universels. C'était la réponse de Marie Auxiliatrice aux prières du souverain pontife. Ce prodige se renouvela l'année suivante. Une nouvelle tempête avait contraint le pape de sortir de Rome et de se retirer à Gênes, en Ligurie, en compagnie du sacré collège des cardinaux. L'assistance bien visible de Dieu apaisa encore subitement cet orage et le Pontife put revenir à Rome au milieu des transports de joie de toute la chrétienté. Mais Pie VII n'avait pas voulu prendre le chemin du retour vers la ville éternelle sans réaliser auparavant un pieux désir que sa captivité l'avait empêché de satisfaire. Docile à seconder les inspirations de la grâce, le souverain pontife plaça de ses propres mains une couronne d'or sur la tête de l'insigne image de la Mère de Dieu honorée solennellement à Savone sous le nom de : "Mère de Miséricorde" !

*** Solennité pour l'Australie ; Mémoire obligatoire pour la Nouvelle-Zélande ; Mémoire facultative pour l'Argentine

 

• TEXTES LITURGIQUES (S. RITÆ DE CASCIA, RELIGIOSÆ)

 

*** Mémoire facultative le 23 mai pour la Finlande ;

Mémoire facultative le 22 mai pour l'Eglise universelle

• TEXTES LITURGIQUES (SS. CHRISTOPHORI MAGALLANES, PRESBYTERI, ET SOCIORUM, MARTYRUM - MARTYRES IN MEXICO)

« En considérant l’importance du mystère de la maternité spirituelle de Marie qui, dans l’attente de l’Esprit Saint à la Pentecôte (cf. Ac 1, 14), n’a jamais cessé de prendre soin maternellement de l’Église pèlerine dans le temps, le Pape François a décidé que, le lundi après la Pentecôte, la mémoire de "Marie Mère de l’Église" soit obligatoire pour toute l’Église de Rite Romain. Le lien entre la vitalité de l’Église de la Pentecôte et la sollicitude maternelle de Marie à son égard est évident. [...] Le vœu est que cette célébration, étendue à toute l’Église, rappelle à tous les disciples du Christ que, si nous voulons grandir et être remplis de l’amour de Dieu, il faut planter notre vie sur trois grandes réalités : la Croix, l’Hostie et la Vierge : Crux, Hostia et Virgo. Ce sont trois mystères que Dieu a donnés au monde pour structurer, féconder, sanctifier notre vie intérieure et nous conduire vers Jésus. Ce sont trois mystères à contempler dans le silence » (Cardinal Robert Sarah — Extrait du commentaire du décret instituant la Mémoire obligatoire de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de l'Église). ConfiteorKyriale IX (cum iubilo)

 

 

La Bienheureuse Vierge Marie, Mère de l'Église

Mater Ecclesiæ, Regina mundi,

da nobis pacem, da nobis pacem !

 

 

 

« Qu’elle soit louée, cette grande Mère, aux genoux de qui nous avons en effet tout appris, et nous continuons chaque jour à tout apprendre ! Mère chaste, elle nous infuse et nous conserve une foi toujours intègre, qu’aucune décadence humaine, aucun affaissement spirituel, si profond qu’il soit, jamais n’atteint. Mère féconde, elle ne cesse de nous donner de nouveaux frères. Mère universelle, elle a soin également de tous, des petits comme des grands, des ignorants et des savants, de l’humble peuple des paroisses comme du troupeau choisi des âmes consacrées. Mère vénérable, elle nous assure l’héritage des siècles et tire pour nous de son trésor les choses anciennes et les nouvelles. Mère patiente, elle recommence toujours, sans se lasser, son œuvre de lente éducation et reprend, un à un, les fils de l’unité que ses enfants déchirent toujours. Mère attentive, elle nous protège contre l’Ennemi, qui rôde autour de nous cherchant sa proie. Mère aimante, elle ne nous replie pas sur elle mais nous lance à la rencontre du Dieu qui est tout Amour. Mère ardente, elle met au cœur de ses meilleurs enfants un zèle toujours attentif et les envoie partout en messagers de Jésus-Christ. Mère sage, elle nous évite les excès sectaires, les enthousiasmes trompeurs suivis de revirements ; elle nous apprend à aimer tout ce qui est bon, tout ce qui est vrai, tout ce qui est juste, à ne rien rejeter qui n’ait été éprouvé. Mère douloureuse, au cœur percé du glaive, elle revit d’âge en âge la Passion de Son Epoux. Mère forte, elle nous exhorte à combattre et à témoigner pour le Christ…

 
…Mère sainte, mère unique, mère immaculée ! O grande mère ! Sainte Église, Eve véritable, seule vraie Mère des Vivants ! ».
 
 
Méditation sur l'Église, Cardinal de LUBAC +
 

 


 

 

 
• TEXTES LITURGIQUES (BEATÆ MARIÆ VIRGINIS ECCLESIÆ MATRIS)

 

- Genèse 3, 9-15.20 : Je mettrai une hostilité entre toi et la femme 

ou - Actes 1, 12-14 : Prière des apôtres avec la Vierge Marie

- Psaume 86 (87) : On appelle Sion "Ma Mère" car en elle, tout homme est né

- Jean 19, 25-34 : Jésus dit à sa Sainte Mère : "Femme, voici ton fils"

 

 

*** Mémoire obligatoire instituée en 2018 au Calendrier Romain Général. Dans l'Ordo lectionum missæ,

la rubrique 572 bis indique expressément que les lectures sont propres à ce jour et que même s'il ne s'agit

que d'une "Mémoire" et non d'une "Fête" liturgique, ces lectures doivent être adoptées à la place des lectures

du jour. En cas de coïncidence dans le calendrier avec une autre "Mémoire" d'un saint ou d'un bienheureux,

la Mémoire de la Bienheureuse Vierge Marie doit être privilégiée, selon la prévalence entre les personnes.

 

 

 

 

Liens : Additiones in Libris liturgicis Ritus RomaniDécret du 11 février 2018 de la Congrégation du Culte Divin et la Discipline des Sacrements + Commentaire de Son Eminence le Cardinal Robert Sarah + CATÉGORIE D'ARTICLES : "Marie, Mère de l'Église" + Marie, Mère de l'Église, par le père Guillaume de la Menthière + Marie, Mère de l'Église, par Sœur Dominique Waymal + Marie, Mère de l'Église, par le père Adam Sejbuk + Marie, Mère de l'Église, par le père Pierre Diarra + Marie, Mère de l'Église, par Mgr Patrick Chauvet + Marie, Mère de l'Église, par Sœur Caroline + Marie, Mère de l'Église, par le père Muhannad al TawilConstitution Dogmatique du Concile Vatican II : Lumen Gentium + CATÉGORIE D'ARTICLES : L'Église, Épouse du Christ

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







 

 

 

 

Intentions de prières

 

Actualité du livre

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg