Vierge de Fatima, Mère de miséricorde, Reine du Ciel et de la terre, refuge des pécheurs, nous qui appartenons au Mouvement Sacerdotal Marial, nous qui avons été appelés à former la cohorte de tes Prêtres, aujourd'hui nous nous consacrons de manière très spéciale à ton Cœur Immaculé. Par cet acte de consécration, nous entendons vivre, avec toi et grâce à toi, tous les engagements que nous avons assumés par notre consécration baptismale et sacerdotale. Nous nous engageons aussi à opérer en nous cette conversion intérieure qui nous libère de tout attachement humain à nous-mêmes, à notre carrière, à notre confort, aux faciles compromis avec le monde, afin d'être, comme toi, uniquement disponibles pour faire toujours la volonté du Seigneur. Et alors que nous entendons te confier notre sacerdoce, à toi, Mère très douce et miséricordieuse, pour que tu en disposes en faveur de tes desseins de salut, en cette heure décisive qui pèse sur le monde, nous nous engageons à le vivre selon tes désirs ; en particulier, pour tout ce qui concerne le renouvellement de l'esprit de prière et de pénitence, la célébration fervente de la sainte Eucharistie et de l'Office divin, la récitation quotidienne du Chapelet, l'offrande en ton honneur de la sainte Messe le premier samedi de chaque mois, et un mode de vie religieux et austère, qui soit un bon exemple pour le monde. Nous te promettons aussi la plus grande fidélité à l’Evangile, dont nous serons toujours les messagers intègres et courageux, allant jusqu'à l'effusion de notre sang si c'est nécessaire ; et fidélité à l'Église, au service de laquelle nous avons été consacrés. Surtout, nous voulons être unis au Saint-Père et à la Hiérarchie, par notre ferme adhésion à toutes ses directives, de manière à opposer une barrière au processus de contestation dirigé contre le Magistère, qui menace les fondements mêmes de l'Eglise. Bien plus, sous ta maternelle protection, nous voulons être les apôtres de l'unité de prière et d'amour envers le Pape, unité si nécessaire aujourd'hui, et nous implorons de toi une protection spéciale sur le Saint-Père. Enfin, nous te promettons de conduire les fidèles confiés à nos soins à une dévotion renouvelée envers toi. Sachant que l'athéisme a provoqué le naufrage de la foi en un grand nombre de fidèles, que la désacralisation est entrée dans le temple saint de Dieu, n'épargnant même pas tant de nos frères Prêtres, sachant que le mal et le péché déferlent de plus en plus sur le monde, pleins de confiance, nous osons lever les yeux vers toi, Mère de Jésus et notre Mère miséricordieuse et puissante ; nous osons t'invoquer aujourd'hui encore et attendre de toi le salut de tous tes enfants, ô clémente, ô pleine de pitié, ô douce Vierge Marie !

O très amoureux Cœur de mon unique amour, ne pouvant vous aimer et glorifier selon l'étendue du désir que vous m'en donnez, j'invite le ciel et la terre à le faire pour moi, et je m'unis à ces ardents séraphins pour vous aimer. O Cœur tout brûlant d'amour ! Que n'enflammez-vous le ciel et la terre de vos pures flammes, pour consumer tout ce qu'ils renferment, afin que toutes les créatures ne respirent que votre amour ! Ou faites-moi souffrir ou mourir, ou du moins changez-moi tout en cœur, pour vous aimer en me consumant dans vos plus vives ardeurs. O feu divin, ô flammes toutes pures du Cœur de mon unique amour, brûlez-moi sans pitié, consumez-moi sans résistance. Hélas ! pourquoi m'épargnez-vous, puisque je ne suis propre qu'à brûler, et que je ne mérite que le feu ? O amour, ô amours du ciel et de la terre, venez tous dans mon cœur pour me réduire en cendre. O feu dévorant de la divinité, venez fondre sur moi : brûlez-moi, consumez-moi au milieu de vos pures flammes, qui font vivre ceux qui y meurent.

 

Extrait des Ecrits de dévotion recueillis par Mgr Jean-Joseph Languet, 1729

Auguste Vierge Marie, ô vous qui êtes, après Dieu, mon unique espérance pendant la vie et à la mort. O tendre Mère du Perpétuel-Secours, je vous consacre mon corps, mon âme ; mon corps avec tous ses sens, mon âme avec toutes ses facultés. Soyez la perpétuelle protection de tout mon être, mon perpétuel refuge contre les assauts de l'enfer, la perpétuelle gardienne de mon innocence, le perpétuel soutien de ma ferveur. Daignez me recevoir au nombre de vos enfants, et me faire toujours ressentir les effets de votre maternel secours. Je veux désormais vous servir fidèlement, vous invoquer sans cesse, renouveler chaque mois cette consécration, et travailler à vous gagner des cœurs. Aidez-moi, ô bonne Mère ! Faites que je ne vous oublie jamais, et que je vous redise toujours : O ma Souveraine, ô ma Mère, souvenez-vous que je vous appartiens ; gardez-moi, défendez-moi comme votre propriété. Ainsi soit-il !

Très douce Vierge Marie, Fille bien-aimée du Père éternel qui nous a donné de participer à l’oeuvre de sa création, Mère du Fils de Dieu qui nous a rachetés par sa mort sur la Croix et par Son Sacrifice Rédempteur, Épouse virginale du Saint-Esprit qui habite l’âme de cet enfant que Dieu nous a confié, nous venons vous le présenter et vous le consacrer. Prenez-le sous la protection de votre amour maternel, dirigez-le dans la voie de la Vérité et de la vertu, fortifiez-le dans les combats de cette vie pour que, restant sans cesse fidèle aux grâces et aux promesses de son Baptême, il triomphe du péché et de l’esprit du monde.

 

Aidez-nous aussi, ô Notre-Dame, à accomplir notre devoir envers lui. Qu’avec votre assistance miséricordieuse, nous lui transmettions l’enseignement de la Sainte Foi Catholique, nous lui donnions l’exemple de la prière et de la fidélité, nous lui apprenions à vivre selon la loi de Jésus-Christ, afin qu’un jour nous soyons tous réunis dans la gloire éternelle de notre Père, dans l’Église triomphante de votre Fils, et dans la charité bienheureuse du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.

Je, [.........], me donne et consacre au Sacré-Cœur de Notre Seigneur Jésus-Christ, ma personne et ma vie, mes actions, peines et souffrances, pour ne plus vouloir me servir d'aucune partie de mon être que pour l'honorer, l'aimer et glorifier. C'est ici ma volonté irrévocable que d'être toute à Lui et faire tout pour son amour, en renonçant de tout mon cœur à ce qui pourrait lui déplaire. Je vous prends donc, ô Sacré-Cœur, pour l'unique objet de mon amour, le protecteur de ma vie, l'assurance de mon salut, le remède de ma fragilité et de mon inconstance, le réparateur de tous les défauts de ma vie et mon asile assuré à l'heure de ma mort.

Soyez donc, ô Cœur de bonté, ma justification envers Dieu le Père, en détournant de moi les traits de sa juste colère. O Cœur d'amour ! Je mets toute ma confiance en vous, car je crains tout de ma malice et de ma faiblesse, mais j'espère tout de votre bonté. Consommez donc en moi tout ce qui peut vous déplaire ou résister ! Que votre pur amour vous imprime si avant dans mon cœur que jamais je ne puisse vous oublier, ni être séparée de vous, que je conjure, par toutes vos bontés, que mon nom soit écrit en vous, puisque je veux faire consister tout mon bonheur et toute ma gloire à vivre et à mourir en qualité de votre esclave.

 
 
 
300 jours d'indulgence applicables aux âmes du Purgatoire, Léon XIII, 1er avril 1897
Indulgence plénière applicable aux âmes du Purgatoire, à gagner une fois par mois par tous ceux qui réciteront cette consécration tous les jours, Pie X, 21 avril 1908

O Marie, Vierge puissante et Mère de miséricorde, Reine du Ciel et refuge des pécheurs, nous nous consacrons à votre Cœur immaculé. Nous vous consacrons notre être et notre vie tout entière; tout ce que nous avons, tout ce que nous aimons, tout ce que nous sommes. A vous nos corps, nos âmes. A vous nos foyers, nos familles, notre patrie. Nous voulons que tout en nous, tout autour de nous vous appartienne et participe aux bienfaits de vos bénédictions maternelles. Et pour que cette consécration soit vraiment efficace et durable, nous renouvelons aujourd'hui à vos pieds, o Marie, les promesses de notre baptême et de notre première Communion. Nous nous engageons à professer courageusement et toujours les vérités de la Foi, à vivre en catholiques pleinement soumis à toutes les directions du Pape et des Evêques en communion avec lui. Nous nous engageons à observer les commandements de Dieu et de l'Eglise, et particulièrement la sanctification du Dimanche. Nous nous engageons à faire entrer dans notre vie - autant qu'il nous sera possible - les consolantes pratiques de la Religion chrétienne et surtout la sainte Communion. Nous vous promettons enfin, ô glorieuse Mère de Dieu et tendre Mère des hommes, de mettre tout notre cœur au service de votre culte béni, afin de hâter, d'assurer, par le règne de votre Cœur immaculé, le règne du Cœur de votre adorable Fils dans nos âmes et dans toutes les âmes, dans notre cher pays et dans tout l'univers, sur la terre comme au ciel. Ainsi soit-il.

O Saint-Esprit, divin Esprit de lumière et d’amour, je vous consacre mon intelligence, mon cœur et ma volonté, tout mon être, pour le temps et l’éternité. Que mon intelligence soit toujours docile à vos célestes inspirations et à l’enseignement de la Sainte Eglise catholique, dont vous êtes le guide infaillible ; que mon cœur soit toujours enflammé de l’amour de Dieu et du prochain ; que ma volonté soit toujours conforme à la volonté divine, et que toute ma vie soit une imitation fidèle de la vie et des vertus de Notre-Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, à qui, avec le Père et vous, soient honneur et gloire à jamais. Ainsi soit-il.

 

Indulgence de 300 jours une fois le jour - Pie X, 1er juin 1908

En présence du ciel et de la terre remplis de Votre gloire et à genoux devant Votre majesté divine, je m'offre corps et âme à vous éternel Esprit de Dieu. J'adore l'éclat de votre pureté, l'intégrité inaltérable de votre justice et la puissance de Votre amour. Vous êtes la force et la lumière de mon âme ; par Vous, je vis, je pense et j'agis. Puissé-je ne jamais pécher contre Vous, ni Vous contrister en résistant à la grâce ! Guidez mes pensées ; faites que j'entende toujours Votre voix et que j'obéisse à vos suaves inspirations. Je m'attache à Vous, je me donne à Vous et je supplie Votre miséricorde de veiller sur ma faiblesse.

 
Prosterné aux pieds de Notre-Seigneur Jésus-Christ, crucifié, contemplant ses plaies, plein de confiance dans son sang précieux, adorant son côté ouvert et son cœur brisé, je vous supplie, Esprit adorable, soutien de ma fragilité, de me préserver de toute faute, et si je tombe, de m'accorder le pardon. Faites-moi la grâce, ô Esprit-Saint, Esprit du Père et du Fils de Vous dire toujours et partout : "Parlez Seigneur, votre serviteur écoute !''
 
Esprit de sagesse, présidez à toutes mes pensées, paroles et actions, depuis l'heure présente jusqu'à celle de ma mort.
Esprit d'intelligence, éclairez-moi, enseignez-moi.
Esprit de conseil, dirigez mon inexpérience.
Esprit de force, fortifiez ma faiblesse.
Esprit de science, dissipez mon ignorance.
Esprit de piété, faites-moi persévérer dans la bonne voie.
Esprit de crainte, délivrez-moi de tout mal.
Esprit de paix, donnez-moi Votre paix.
 
Divin Esprit, rendez-moi fidèle dans le service de Dieu, donnez-moi la force d'agir, dans toutes les occasions, avec bonté et bienveillance, douceur et fidélité, patience et charité, joie et longanimité. Amen.

Dieu tout puissant qui avez voulu vous incarner

Sous forme de l'une de vos créatures par amour pour moi,

Afin de supporter l'insupportable,

Je vous consacre ma vie et mon éternité.

     

  
  

O Saintes Plaies des mains de Jésus-Christ,

Je vous consacre mes mains,

Afin de travailler toujours à votre gloire.

  

     
  

O Saintes Plaies des pieds de Jésus-Christ,

Je vous consacre mes pieds,

Afin de marcher toujours à votre suite.

  
  

  

O Saintes Plaies du dos de Jésus-Christ,

Je vous consacre ma chair,

Afin qu'elle soit toujours soumise

A Votre Très Sainte Volonté.

  
  

  

O Saintes Plaies de la tête de Jésus-Christ,

Je vous consacre mon esprit,

Afin que mon intelligence

Ne soit pas un obstacle à ma sanctification.

  

  
  

O Saintes Plaies du Cœur de Jésus-Christ,

Je vous consacre mon cœur,

Afin que, désormais uni au votre,

Il déborde d'amour pour les hommes, mes frères.

 

   
  

O Très Précieux Sang de Jésus-Christ,

Je vous consacre tout mon sang,

Afin que désormais ne coule dans mes veines,

Que Foi, Espérance et Charité.

O Jésus ! Victime d'amour, qui vous donnez si libéralement à nous dans ce Mystère, je veux aussi me donner totalement à vous. Je vous offre et vous consacre mon corps et mon âme, mes pensées, mes paroles et mes actions. Je ne voudrais vivre que pour vous aimer, vous adorer, vous glorifier. Je veux que tout en moi vous appartienne sans la moindre réserve. Il est vrai, mon Sauveur, que mon offrande est peu digne de vous : je ne suis qu'un serviteur inutile ; mais si je vous donne peu, je vous donne au moins tout ce que je puis vous donner, et je sais que vous aurez égard aux désirs de mon cœur. Je voudrais vous rendre sans cesse des adorations dignes de vous, mais, incapable de le faire, je vous offre, pour suppléer à mon impuissance, les hommages que vous recevez des Anges, des Saints et des âmes justes qui font ici-bas les délices de votre Cœur. O Jésus, je vous en conjure par les prières et les mérites de tous les adorateurs de votre Sacrement, faites que tout mon bonheur soit de vous adorer dans la Sainte Eucharistie comme mon Dieu, de vous obéir comme à mon Roi, de vous imiter comme mon Modèle, de vous suivre comme mon Pasteur, de vous aimer et de vous respecter comme mon Père, de m'unir inséparablement à vous comme au souverain bien de mon âme. Amen.

Divin Cœur de Jésus, qui aimes si tendrement les enfants, qui les attires à Toi et qui continues à les bénir, comme Tu le faisais dans l’Evangile, je veux me consacrer à Toi, sans réserve et sans retour. Par amour pour Toi, ô Jésus, je veux renoncer à tout ce qui peut m’éloigner de Toi pour T’aimer librement. Je renonce à mon orgueil et pour Te faire plaisir, je veux marcher toujours sur le chemin de la Vérité. Cœur Adorable de Jésus, Maître et modèle des cœurs, Crée en moi un cœur pur, qui redoute jusqu’à l’apparence même du mal, un cœur fidèle, qui n’ait jamais le malheur de Te trahir, un cœur généreux, qui ne compte pas les sacrifices mais qui Te rende le tout pour le tout. Oui, c’est là mon désir Et la prière que je ne cesserai de T’adresser, mettant tout mon bonheur à devenir la propriété de Ton Cœur Sacré. Amen.

Après 22 ans de mariage avec la reine Anne-d'Autriche, Louis XIII, en reconnaissance à Marie pour la naissance miraculeuse de Louis XIV, lui consacra la France. Il déclare, le 10 février 1638, qu'il prend la Très Sainte Vierge comme Protectrice et Patronne du Royaume de France. Il demande que tous les ans, le jour de la fête de l'Assomption, on fasse, dans toutes les églises, commémoraison de sa déclaration à la Grande Messe et qu'après les vêpres on fasse une procession solennelle en son honneur…
 
 
 
 
Louis, par la grâce de Dieu,
Roi de France et de Navarre,
A tous ceux qui ces présentes lettres verront, Salut.
 
 
 
« Dieu, qui élève les rois au trône de leur grandeur, non content de nous avoir donné l'esprit qu'il départ à tous les princes de la terre pour la conduite de leurs peuples, a voulu prendre un soin si spécial et de notre personne et de notre Etat, que nous ne pouvons considérer le bonheur du cours de notre règne sans y voir autant d'effets merveilleux de sa bonté que d'accidents qui nous menaçaient. Lorsque nous sommes entré au gouvernement de cette couronne, la faiblesse de notre âge donna sujet à quelques mauvais esprits d'en troubler la tranquillité ; mais cette main divine soutint avec tant de force la justice de notre cause que l'on vit en même temps la naissance et la fin de ces pernicieux desseins. En divers autres temps, l'artifice des hommes et la malice du démon ayant suscité et fomenté des divisions non moins dangereuses pour notre couronne que préjudiciables à notre maison, il lui a plu en détourner le mal avec autant de douceur que de justice ; la rébellion de l'hérésie ayant aussi formé un parti dans l'Etat, qui n'avait d'autre but que de partager notre autorité, il s'est servi de nous pour en abattre l'orgueil, et a permis que nous ayons relevé ses saints autels, en tous les lieux où la violence de cet injuste parti en avait ôté les marques. Si nous avons entrepris la protection de nos alliés, il a donné des succès si heureux à nos armes qu'à la vue de toute l'Europe, contre l'espérance de tout le monde, nous les avons rétablis en la possession de leurs Etats dont ils avaient été dépouillés. Si les plus grandes forces des ennemis de cette couronne se sont ralliées pour conspirer sa ruine, il a confondu leurs ambitieux desseins, pour faire voir à toutes les nations que, comme sa Providence a fondé cet Etat, sa bonté le conserve, et sa puissance le défend. Tant de grâces si évidentes font que pour n'en différer pas la reconnaissance, sans attendre la paix, qui nous viendra de la même main dont nous les avons reçues, et que nous désirons avec ardeur pour en faire sentir les fruits aux peuples qui nous sont commis, nous avons cru être obligés, nous prosternant aux pieds de sa Majesté Divine que nous adorons en trois personnes, à ceux de la Sainte Vierge et de la sacrée croix, où nous vénérons l'accomplissement des mystères de notre Rédemption par la vie et la mort du Fils de Dieu en notre chair, de "nous consacrer à la grandeur de Dieu" par son Fils rabaissé jusqu'à nous et à ce Fils par sa mère élevée jusqu'à lui ; en la protection de laquelle nous mettons particulièrement notre personne, notre état, notre couronne et tous nos sujets pour obtenir par ce moyen celle de la Sainte Trinité, par son intercession et de toute la cour céleste par son autorité et exemple, nos mains n'étant pas assez pures pour présenter nos offrandes à la pureté même, nous croyons que celles qui ont été dignes de le porter, les rendront hosties agréables, et c'est chose bien raisonnable qu'ayant été médiatrice de ces bienfaits, elle le soit de nos actions de grâces. A ces causes, nous avons déclaré et déclarons que, prenant la Très Sainte et Très Glorieuse Vierge pour protectrice spéciale de notre royaume, nous lui consacrons particulièrement notre personne, notre état, notre couronne et nos sujets, la suppliant de nous vouloir inspirer une sainte conduite et défendre avec tant de soin ce royaume contre l'effort de tous ses ennemis, que, soit qu'il souffre le fléau de la guerre, ou jouisse de la douceur de la paix que nous demandons à Dieu de tout notre cœur, il ne sorte point des voies de la grâce qui conduisent à celles de la gloire. Et afin que la postérité ne puisse manquer à suivre nos volontés à ce sujet, pour monument et marque immortelle de la consécration présente que nous faisons, nous ferons construire de nouveau le grand autel de l'église cathédrale de Paris, avec une image de la Vierge qui tienne entre ses bras celle de son précieux Fils descendu de la croix ; nous serons représenté aux pieds du Fils et de la Mère, comme leur offrant notre couronne et notre sceptre.

Nous admonestons le sieur Archevêque de Paris, et néanmoins lui enjoignons, que tous les ans, le jour et fête de l'Assomption, il fasse faire commémoration de notre présente Déclaration à la Grande Messe qui se dira en son église cathédrale, et qu'après les Vêpres dudit jour il soit fait une procession en ladite église, à laquelle assisteront toutes les compagnies souveraines, et le corps de la ville, avec pareille cérémonie que celle qui s'observe aux processions générales plus solennelles. Ce que nous voulons aussi être fait en toutes les églises tant paroissiales, que celles des monastères de ladite ville et faubourgs ; et en toutes les villes, bourgs et villages dudit diocèse de Paris. Exhortons pareillement tous les Archevêques et Evêques de notre royaume, et néanmoins leur enjoignons de faire célébrer la même solennité en leurs églises épiscopales, et autres églises de leurs diocèses ; entendant qu'à ladite cérémonie les cours de parlement, et autres compagnies souveraines, et les principaux officiers des villes y soient présents. Et d'autant qu'il y a plusieurs églises épiscopales qui ne sont point dédiées à la Vierge, nous exhortons lesdits archevêques et évêques en ce cas, de lui dédier la principale chapelle desdites églises, pour y être faite ladite cérémonie ; et d'y élever un autel avec un ornement convenable à une action si célèbre, et d'admonester tous nos peuples d'avoir une dévotion toute particulière à la Vierge, d'implorer en ce jour sa protection, afin que, sous une si puissante patronne, notre royaume soit à couvert de toutes les entreprises de ses ennemis, qu'il jouisse longuement d'une bonne paix ; que Dieu y soit servi et révéré si saintement que nous et nos sujets puissions arriver heureusement à la dernière fin pour laquelle nous avons tous été créés ; car tel est notre bon plaisir. »



Donné à Saint-Germain-en-Laye, le dixième jour de février,
l'an de grâce mil-six-cent-trente-huit, et de notre règne le vingt-huitième. Louis
Illustration : Jean Auguste Dominique Ingres, « Le Voeu de Louis XIII »

Ô Marie conçue sans péché, Mère de Dieu et Mère des hommes, disciple de Jésus-Christ, Vous êtes bénie entre toutes les femmes, et toutes les générations Vous proclament bienheureuse. Modèle de consécration à Dieu que Sainte Catherine Labouré, qui venait de perdre sa maman, a choisi pour Mère, à mon tour je Vous choisis pour Mère, afin de me consacrer à Dieu notre Père. Debout au pied de la Croix, Votre Cœur Immaculé a été transpercé de douleur comme d’un glaive, et Votre Cœur est uni au Cœur de Votre Fils. Puisque la grâce jaillit du Cœur Sacré de Jésus sur nous tous en passant par Vos mains, acceptez mon être tout entier, disposez de moi corps et âme pour marcher à la suite du Christ et recevoir la lumière et la force de l’Esprit-Saint. En signe de cette consécration, je porterai la sainte Médaille avec confiance pour que le Dieu d’Amour, Père, Fils et Saint-Esprit, règne dans mon cœur de baptisé et dans tous les cœurs. À Lui la gloire pour les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

 
Imprimatur du Vicaire Épiscopal de Paris 27 juin 2005

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







 

 

 

 

Intentions de prières

 

Actualité du livre

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg