L’Ave Maris Stella est une hymne datée du IXe siècle. Elle est toujours employée dans l'Office divin et le petit office de la Sainte Vierge, ainsi qu'aux vêpres et dans le bréviaire romain lors des fêtes à la Vierge Marie. Le chant demande en outre à Marie de se montrer notre Mère, de donner la lumière aux aveugles, de chasser nos maux, de nous établir dans la paix, de nous accorder une vie innocente, de nous rendre doux et chastes et d'accueillir nos prières. Il commence par une salutation et se termine par une louange à Dieu et à la Trinité. Il est conseillé de dire la première strophe en s'agenouillant. C'était l'hymne préférée de Sainte Brigitte de Suède…

 

 

 
      

 

http://img.over-blog.com/335x600/0/21/41/34/r-pertoire-2/stellamaris.jpg1. Ave Maris Stella, Dei Mater alma, 
Atque semper virgo, felix coeli porta.

Salut, étoile des mers, Auguste Mère de Dieu, salut, 
ô toujours Vierge, heureuse porte du Ciel.

 
        
2. Sumens illud Ave Gabrielis ore, 
Funda nos in pace, mutans Evae nomen.

Vous qui avez agréé le salut de Gabriel, 
daignez en changeant le nom d'Ève nous donner l'Ave de la paix.

      
 

3. Solve, vincla reis, profer lumen caecis, 
Mala nostra pelle, bona cuncta posce.

Délivrez les captifs, éclairez les aveugles, 
chassez loin tous nos maux, demandez pour nous tous les biens.

 

 

4. Monstra te esse matrem. Sumat per te preces. 
Qui pro nobis natus tulit esse tuus.

Montrez que vous êtes notre Mère, et que par vous reçoive nos prières 
Celui qui, né pour nous, a bien voulu être votre Fils.

 
 

5. Virgo singularis, inter omnes mitis, 
Nos culpis solutos, mites fac et castos.

O Vierge incomparable, douce entre toutes, obtenez-nous, 
avec le pardon de nos fautes, la douceur et la chasteté.

 
 

6. Vitam praesta puram iter para tutum, 
Ut videntes Iesum, semper collaetemur.

Obtenez-nous une vie pure. Écartez le danger de notre chemin, 
afin qu'admis à contempler Jésus, nous goûtions l'éternelle joie.

 

 

7. Sit laus Deo Patri, summo Christo decus. 
Spiritui Sancto, tribus honor unus. Amen.

Louange à Dieu le Père ! Gloire au Christ souverain ! 
Louange au Saint-Esprit ! Aux trois, un seul et même hommage. Amen.

 

 

 

 

 

Traditionnellement, on chante cette hymne lors de la Messe Chrismale avec l'Evêque du Diocèse.

 

 

R. O Redémptor súme cármen

 Témet concinéntium.

R. Ô Rédempteur, accepte l'hymne de

 ceux qui chantent Ta victoire.

 

1. Árbor foéta álma lúce 
Hoc sacrándum prótulit, 
Fert hoc prona praésens túrba 
Salvatóri saéculi.

 

 

 

2. Consecráre tu dignáre, 
Rex perénnis pátriae, 
Hoc olívum, sígnum vívum, 
Iúra cóntra daémonum. 

 

3. Ut novétur séxus ómnis 
Unctióne Chrísmatis: 
Ut sanétur sauciáta

 Dignitátis glória.

 

 

 

4. Lóta ménte sácro fónte 
Aufugántur crímina, 
Úncta frónte sacrosáncta 
Ínfluunt charís mata.

 

5. Corde nátus ex Paréntis 
Alvum ímplens Vírginis, 
Praésta lúcem, cláude mórtem 
Chrísmatis consórtibus.

 

 

(Enregistré en la Cathédrale de Cologne
Kölner Dom, Chrisammesse, 3/4/12)
 

6. Sit haec díes fésta nóbis, 
Saeculórum saéculis 
Sit sacráta dígna láude, 
Nec senescat témpore.

 

 

(Enregistré en la Cathédrale de Cologne
Kölner Dom, Chrisammesse, 27/3/13)
 

L'origine du Regina Cœli remonte au VIème siècle par l'intermédiaire du Pape Saint Grégoire le Grand. 
Il remplace l'Angélus durant le Temps Pascal (du Samedi Saint à Complies à Vêpres du Dimanche de la Trinité) :

      

 

 

Regína cœli, lǽtáre, allelúia

Reine du Ciel, réjouis-toi, alleluia

Quia quem meruísti portáre, allelúia

Car celui que tu as mérité de porter, alleluia
Resurréxit sicut dixit, allelúia

Est ressuscité comme il l’a dit, alleluia
Ora pro nobis Deum, allelúia.

Prie Dieu pour nous, alleluia

 

 

V. Gáude et lǽtáre, Virgo María, allelúia.

V. Sois heureuse et réjouis-toi, Vierge Marie, alleluia
R. Quia surréxit Dóminus vere, allelúia

R. Car le Seigneur est vraiment ressuscité, alleluia

 

 

Oremus : Deus qui per resurrectiónem Fílii tui, Dómini nostri Iesu Christi, mundum
lǽtificáre dignátus es, concede, quǽsumus, ut per eius Genetricem Vírginem Mariam,
perpétuae capiámus gaudia vitae. Per Christum Dóminum nostrum. Amen.

Dieu, qui avez donné la joie au monde en ressuscitant Jésus, Votre Fils, accordez-nous,
par sa Mère, la Vierge Marie, de parvenir au bonheur de la vie éternelle. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

 

 

Extrait des 4 dernières strophes de la Séquence liturgique du "Lauda Sion Salvatorem" :

 

 
1. Ecce panis angelorum * factus cibus viatorum, * vere Panis filiorum * non mittendis canibus.
Voici le pain des anges devenu l’aliment de ceux qui sont en chemin, vrai Pain des enfants à ne pas jeter aux chiens.
 
2. In figuris præsignatur, * cum Isaac immolatur, * Agnus paschæ deputatur * datur manna patribus.
D’avance il est annoncé en figures, lorsqu’Isaac est immolé, l’Agneau pascal, sacrifié la manne, donnée à nos pères.
 
3. Bone pastor, Panis vere, * Jesu, nostri miserere, * Tu nos pasce, nos tuere, * Tu nos bona fac videre * in terra viventium.
Ô bon Pasteur, notre vrai Pain, Jésus, aie pitié de nous. nourris-nous, protège-nous, fais-nous voir le bonheur dans la terre des vivants.
 
4. Tu qui cuncta scis et vales, * qui nos pascis hic mortales * tuos ibi commensales, * Coheredes et sociales * Fac sanctorum civium. Amen. Alleluia.
Toi qui sais tout et qui peux tout, Toi qui sur terre nous nourris, fais que, là-haut, invités à ta table, nous soyons les cohéritiers et les compagnons des saints de la cité céleste. Amen. Alléluia.

 

 

Kyrie (XIIème)

Kyrie (XIIème)

Gloria (XIIème)

Gloria (XIIème)

Sanctus (XIIIème)

Sanctus (XIIIème)

Agnus Dei (XIème)
 
 
Enregistré en la Cathédrale de Cologne
(Messe en ut # mineur - Année 1901)

Agnus Dei (XIème)

 
Enregistré en la Cathédrale N-D de Paris
(Messe en ut # mineur - Année 1901)

« Languentibus in Purgatorio » est une prose à la Vierge Marie pour les défunts, composée par Jean de Langoueznou,

abbé de Landevenec au XIVème siècle (plain-chant en usage dans le diocèse de Coutances) 

 

 

 

http://img.over-blog.com/401x599/0/21/41/34/2009/Purgatoroy__2.jpg1. Languéntibus in purgatório,

Qui purgántur ardóre nímio,

Et torquéntur gravi supplício,

Subvéniat tua compássio :

O María !

1. Qu’aux âmes qui languissent dans le

Purgatoire, qui sont purifiées par un feu

très ardent, et subissent les tourments

d’un grave supplice, vienne en aide votre

compassion : O Marie !

 

2. Fons es patens qui culpas ábluis,

Omnes juvas et nullum réspuis :

Manum tuam exténde mórtuis,

Qui sub pœnis languent contínuis :

O María !

2. Vous êtes la source toujours ouverte

pour laver nos fautes, vous secourez

toutes les âmes n’en repoussant aucune :

étendez votre main vers les morts qui

languissent dans des tourments continuels : O Marie !

 

3. Ad te pie suspírant mórtui,

Cupiéntes de pœnis érui,

Et adésse tuo conspéctui,

Æternísque gáudiis pérfrui :

O María !

3. Vers vous pieusement soupirent les

morts, désirant être arrachés à leurs

peines, se trouver en votre présence, et

jouir des joies éternelles : O Marie !

 

4. Et cum fiet stricta discússio,

In treméndo Dei judício,

Judicánti súpplica Fílio,

Ut cum Sanctis sit nobis pórtio :

O María !

4. Et lorsque se fera la stricte discussion,

au redoutable jugement de Dieu, suppliez votre Fils qui sera notre Juge, afin

que notre partage soit avec les Saints :

O Marie !

P. Dominus vobiscum.

R. Et cum spiritu tuo.

 

Sit nomen Domini benedictum.

R. Ex hoc nunc et usque in sæculum.

 

Adiutorium nostrum in nomine Domini.

R. Qui fecit cælum et terram.

 

Benedicat vos omnipotens Deus, 

Pater, et Filius, et Spiritus Sanctus.

R. Amen.

 

(Bénédiction Apostolique de Mgr Aillet)

Le Gloria est une hymne dont les premières paroles reprennent le chant des saints anges à Bethléem (Luc 2, 14). Actuellement, le Gloria se dit aux messes pour les solennités et les fêtes (même pendant l'Avent et le Carême), ainsi qu'aux dimanches en dehors de l'Avent et du Carême. On peut aussi le chanter pour "solenniser" une célébration. Le Gloria exprime les quatre fins de la Messe : adoration de Dieu (adoremus Te), l'action de grâce (gratias agimus tibi propter magna gloriam tuam), le pardon des péchés et la remise des peines (qui tollis peccata mundi, miserere nobis) ainsi que la demande de nouvelles grâces (suscipe deprecationem nostram). Traditionnellement, il faut faire une inclinaison lorsque les mots sont en lettres majuscules.

 

 

 

Glória in excélsis Deo
et in terra pax homínibus bonae voluntátis.
Laudámus te,
benedícimus te,
ADORAMUS TE,
glorificámus te,
GRATIAS AGIMUS TIBI propter magnam glóriam tuam,

Dómine Deus, Rex cæléstis, Deus Pater omnípotens.
Dómine Fili Unigénite, IESU CHRISTE,
Dómine Deus, Agnus Dei, Fílius Patris,
qui tollis peccáta mundi, miserére nobis;
qui tollis peccáta mundi, SUSCIPE DEPRECATIONEM NOSTRAM.
Qui sedes ad déxteram Patris, miserére nobis.
Quóniam tu solus Sanctus, 
tu solus Dóminus, 

tu solus Altíssimus, IESU CHRISTE, 
cum Sancto + Spíritu : in glória Dei Patris. Amen.


Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté. Nous Vous louons, nous Vous bénissons, nous Vous adorons, nous Vous glorifions, nous Vous rendons grâces pour Votre immense gloire. Seigneur Dieu, Roi du ciel, Dieu le Père Tout-Puissant. Seigneur Fils Unique, Jésus-Christ, Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, le Fils du Père. Vous qui enlevez les péchés du monde, ayez pitié de nous. Vous qui enlevez les péchés du monde, recevez notre prière. Vous qui êtes assis à la droite du Père, ayez pitié de nous. Car Vous seul êtes Saint, Vous seul êtes Seigneur, Vous seul êtes le Très-Haut, Jésus-Christ, Avec le Saint-Esprit + dans la gloire de Dieu le Père. Ainsi-soit-il.

 

 

(Gloria XI - Orbis factor)

(Gloria de Dumont)

(Gloria VIII - De Angelis)

(Gloria XII - Pater cuncta)

(Gloria XI - Orbis factor)
   

L'hymne du Salutáris Hóstia est tirée du Verbum Supernum Prodiens écrite par

Saint Thomas d'Aquin (1225-1274) à la demande du Pape Urbain IV (1261-1264)

quand ce dernier a institué la fête du Corpus Christi (Fête-Dieu) en 1264. C'est

la prière qui est généralement utilisée à la Bénédiction du Très St-Sacrement :

 

 

 

 

O Salutáris Hóstia quæ cœli pandis óstium.

O Victime Salutaire qui ouvrez la porte du ciel.

Bella premunt hostília da robur, fer auxílium.

L'ennemi nous pousse au combat : donnez-nous la force, apportez nous le secours.

Uni trinóque Dómino sit sempitérna glória.

Au Seigneur un et trois soit la gloire éternelle,

Qui vitam sine término nobis donet in pátria.

Qu'il nous donne la vie sans fin dans notre éternelle patrie.

Amen.

Ainsi soit-il.

 

   grego3.gif

 

   grego3.gif

(Enregistré à Paris, Paroisse St-Eugène-Ste-Cécile,

avec couplet pour la France, Fête-Dieu 2016)

   

 

 

Sancta et Immaculata Virginitas

Quibus te laudibus efferam nescio

Quia quem coeli capere non poterant

Tuo gremio contulisti. 

 

Séquence médiévale obligatoirement chantée à la Messe du jour de Pentecôte :
 
 
 
1. Veni, Sancte Spíritus, et emítte cǽlitus lucis tuæ rádium.
1. Viens, Esprit-Saint, en nos cœurs, et envoie du haut du ciel un rayon de ta lumière.
 
2. Veni, pater páuperum, veni, dator múnerum, veni, lumen córdium.
2. Viens en nous, père des pauvres, viens, dispensateur des dons, viens, lumière de nos cœurs.
 
3. Consolátor óptime, dulcis hospes ánimæ, dulce refrigérium.
3. Consolateur souverain, hôte très doux de nos âmes adoucissante fraîcheur.

4. In labóre réquies, in æstu tempéries, in fletu solácium.
4. Dans le labeur, le repos, dans la fièvre, la fraîcheur, dans les pleurs, le réconfort.
 
5. O lux beatíssima, reple cordis íntima tuórum fidélium.
5. O lumière bienheureuse, viens remplir jusqu'à l'intime le cœur de tous tes fidèles.
 
6. Sine tuo númine, nihil est in hómine nihil est innóxium.
6. Sans ta puissance divine, il n'est rien en aucun homme, rien qui ne soit perverti.
 
7. Lava quod est sórdidum, riga quod est áridum, sana quod est sáucium.
7. Lave ce qui est souillé, baigne ce qui est aride, guéris ce qui est blessé.
 
8. Flecte quod est rígidum, fove quod est frígidum, rege quod est dévium.
8. Assouplis ce qui est raide, réchauffe ce qui est froid, rends droit ce qui est faussé.
 
9. Da tuis fidélibus, in te confidéntibus, sacrum septenárium.
9. A tous ceux qui ont la foi et qui en toi se confient donne tes sept dons sacrés.
 
10. Da virtútis méritum, da salútis éxitum, da perénne gáudium. Amen. (Alleluia).
10. Donne mérite et vertu, donne le salut final donne la joie éternelle. Amen. (Alleluia).

 

 

 

  grego3.gif

Enregistré en la Cathédrale de Cologne - 2014

(Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Allemagne)

  grego3.gif

Enregistré en la Cathédrale de Cologne - 2011

(Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Allemagne)

  

R. Lauda Jerusalem, Dominum ; Lauda Deum tuum, Sion.

Hosanna, Hosanna, Hosanna Filio David !

R. Jérusalem loue le Seigneur : loue ton Dieu, ô Sion

Hosanna, Hosanna, Hosanna, fils de David !

 

 

1. Quoniam confortavit seras portarum tuarum : * benedixit filiis tuis in te.

1. Car il a fortifié (contre le péché) les serrures de nos portes ; il bénit vos fils (d’adoption) en votre personne

2. Qui posuit fines tuos pacem : * et adipe frumenti satiat te.

2. Il a placé la paix sur vos frontières ; il vous nourrit de la fleur de froment, (Jésus, le Pain de vie)

3. Qui emittit eloquium suum terrae : * velociter currit sermo ejus.

3. Il envoie (par vous) son Verbe à la terre ; sa Parole parcourt le monde avec rapidité.

4. Qui dat nivem sicut lanam : * nebulam sicut cinerem spargit.

4. Il fait tomber la neige comme de la laine ; il répand la gelée blanche comme de la cendre.

5. Mittit crystallum suam sicut buccellas : * ante faciem frigoris ejus quis sustinebit. 

5. Il lance sa glace, comme de légers morceaux de pain ; qui pourrait résister devant le froid que son souffle répand ?

6. Emittet verbum suum, et liquefaciet ea : * flabit spiritus ejus, et fluent aquae.

6. Mais bientôt il envoie (en Marie) son Verbe qui fond ces glaces ; l’Esprit de Dieu souffle et les eaux reprennent leur cours

7. Qui annunciat verbum suum Jacob : * justitias et judicia sua Israel.

7. Il annonce son Verbe à Jacob, ses lois et ses jugements à Israel.

8. Non fecit taliter omni nationi : * et judicia sua non manifestavit eis.

8. (Jusqu’aux jours où nous sommes) il n’avait pas agi de même pour toutes les nations, et il ne leur avait pas manifesté ses décrets

9. Gloria Patri, et Filio, * et Spiritui Sancto.

9. Gloire au Père, au Fils, et au Saint-Esprit

10. Sicut erat in principio, et nunc, et semper, * et in saecula saeculorum. Amen.

10. Comme Il était au commencement, maintenant et toujours, et pour les siècles des siècles. Ainsi-soit-il.

 

 

   grego3.gif

(Harmonisation du Chanoine Noël Darros,

maître de chapelle des Sanctuaires de Lourdes)

Cette hymne en l'honneur de la Bienheureuse Vierge Marie est chantée lors de la bénédiction du Saint-Sacrement.

Elle peut également être utilisée au cours de la Sainte Messe (comme à l'offertoire, communion, etc.)

 

 

 

genetrix.jpg1. Virgo Dei Genetrix, quem totus non capit orbis:

In tua se clausit viscera factus homo.

1. O Vierge, Mère de Dieu, vous avez renfermé dans votre sein

le Verbe Fils de Dieu fait homme, que le monde entier ne peut contenir.

 

2. Vera fides Geniti purgavit crimina mundi,

Et tibi virginitas inviolata manet.

2. Vous l'avez enfanté, sans cesser d'être vierge ;

et la foi vive qu'on a en Lui, a purifié le monde de ses péchés.

 

3. Te matrem pietatis, opem te clamitat orbis:

Subvenias famulis, O benedicta, tuis.

3. Nous implorons votre secours, ô Mère compatissante :

ô Vierge bénie, assistez vos serviteurs.

 

4. Gloria magna Patri, compar sit gloria Nato,

Spiritui Sancto gloria magna Deo. Amen.

4. Gloire soit au Père, au Fils, et au Saint-Esprit :

gloire soit à Dieu. Ainsi soit-il.

 

 

   grego3.gif

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







 

 

 

 

Intentions de prières

 

Actualité du livre

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg