Attribuée au Pape St Grégoire le Grand (540-604), cette hymne est utilisée à Matines pendant le Temps du Carême. Elle exprime les sentiments dans lesquels nous devons aborder ce saint temps, et les actions auxquelles nous devrons nous appliquer pendant ce temps “favorable” : pénitence corporelle, recueillement, contrition…

 

 

 

1. Ex more docti mýstico * Servémus abstinentiam ¹, 
Deno diérum círculo * Ducto quater notíssimo.

Instruits par une tradition mystérieuse, * gardons avec soin ce jeûne 
célèbre qui parcourt le cercle * de quarante journées.

 

2. Lex et prophétæ prímitus * Hoc prætulérunt, póstmodum 
3853198700.jpegChristus sacrávit, ómnium * Rex atque factor témporum.

La Loi, d’avance, et les Prophètes * en ont jadis montré le sens ; 
le Christ enfin l’a consacré, * lui, des temps le Maître et le Roi.

 

3. Utámur ergo párcius * Verbis, cibis et pótibus, 
Somno, iocis, et árctius * Perstémus in custódia.

Servons-nous plus discrètement * du parler, du manger, du boire, 
du sommeil, des jeux, et restons * en éveil contre le péché.

 

4. Vitémus autem pessima ², * Quæ súbruunt mentes vagas : 
Nullúmque demus cállido * Hosti locum tyránnidis ³.

Apprenons à parer les coups * qui guettent l’homme inattentif ; 
ne donnons pas prise à la ruse * de notre mortel ennemi.

 

5. Precemur omnes cernui * clamemus atque singuli, 
Ploremus ante iudicem * flectamus iram vindicem : 4

Apaisons par notre regret * la juste colère du Juge, 
prions comme des suppliants, * disons avec humilité :

 

6. Nostris malis offéndimus * Tuam, Deus, cleméntiam : 
Effúnde nobis désuper, * Remíssor, indulgéntiam.

Seigneur, nous avons insulté * votre bonté par nos offenses ; 
du ciel faites venir sur nous * votre indulgence et vos pardons.

 

7. Meménto quod sumus tui, * Licet cadúci, plásmatis : 
Ne des honórem nóminis * Tui, precámur, álteri.

Souvenez-vous de vos travaux. * Car, tombés nous restons votre œuvre. 
Veuillez ne pas céder à l’Autre * la gloire due à votre Nom.

 

8. Laxa malum, quod fécimus, * Auge bonum, quod póscimus : 
Placére quo tandem tibi * Possímus hic, et pérpetim.

Ôtez le mal que nous faisons, * aidez au bien que nous voulons, 
pour que nous plaisions à vos yeux * aujourd’hui et dans tous les temps.

 

9 Præsta, beáta Trínitas, * Concéde, simplex Unitas, 
Ut fructuósa sint tuis * haec parcitatis munera 5. Amen.

Exaucez-nous, Trinité bienheureuse, * accordez-nous, Unité simple, 
que soit profitable à vos fidèles * le bienfait du jeûne. Ainsi soit-il.

 

 

NDLR : Nous n'avons pas eu le temps de re-traduire en français les révisions urbaniennes de 1632.

Changement fait par le Pape Urbain VIII en 1632 : 1. hoc ieiunium ; 2. Noxia ; 3. nullumque demus callidi/ hostis locum tyrannidi ;

4. Flectamus iram vindicem,/ploremus ante Iudicem,/ clamemus ore supplici,/ dicamus omnes cernui ; 5. ieiuniorum munera.

1. Excélsam Pauli glóriam * concélebret Ecclésia, 
quem mire sibi apóstolum  * ex hoste fecit Dóminus.

2. Quibus succénsus æstibus * in Christi nomen sæviit, 
exársit his impénsius * amórem Christi prædicans.

3. O magnum Pauli méritum ! * Cælum conscéndit tértium,
audit verba mystérii * quæ nullus audet éloqui.

4. Dum verbi spargit sémina, * seges surgit ubérrima;
sic cæli replent hórre um * bonórum fruges óperum.

5. Micántis more lámpadis * perfúndit orbem rádiis;
fugat errórum ténebras, * ut sola regnet véritas.

6. Christo sit omnis glória, * cum Patre et almo Spíritu, 
qui dedit vas tam fúlgidum * electiónis géntibus. Amen.

 

(Enregistré à St-Paul-hors-les-murs
Conversion de St Paul , le 25/01/13)

Cette prose du XVII° ou XVIII° s., selon U. Chevalier, était présente dans de nombreux Missels diocésains français avant la réintroduction de la liturgie romaine, à partir de 1850. Les Diocèses de Lyon [Missel de 1956] et Versailles [Propre de 1929], et sans doute d’autres (Amiens ?), ont gardé la faculté de la chanter à sa place originelle, à savoir durant la sainte Messe. 

 

 

 


epiphanie-mages.jpeg1. Ad Jesum accúrrite, * Corda vestra súbdite * Regi novo géntium.

Près de Jésus accourez, * Et soumettez votre cœur * Au nouveau Roi des Gentils.

 

2. Stella foris prǽdicat, * Intus fides índicat * Redemptórem ómnium.

Au-dehors l'étoile annonce, * Au-dedans la foi désigne, * Notre Rédempteur à tous.

 

3. Huc afférte múnera * Voluntáte líbera, * Sed múnera córdium.

Le présent qu'il faut offrir * En un élan spontané, * C'est l'offrande de vos cœurs.

 

4. Hæc erit gratísima * Salvatóri víctima, * Mentis sacrifícium.

Voilà bien le sacrifice * Qui plaît le plus au Sauveur, * Le sacrifice de l'âme.

 

5. Aurum promat cáritas, * Myrrham vitæ sánctitas; * Thus sint vota córdium.

L'or est don de charité, * La myrrhe, de sainteté, * L'encens est don de prière.

 

6. Auro Rex agnóscitur, * Homo myrrha cólitur, * Thure Deus géntium.

L'or est un hommage au Roi, * La myrrhe un hommage à l'homme, * L'encens au Dieu des Gentils.

 

7. Judǽa, gaudéntibus * Non invíde géntibus * Retéctum mystérium.

Judée, aux Gentils, joyeux * De connaître le mystère, * Ah, ne porte pas envie!

 

8. Post custódes óvium, * Se Magi fidélium * Jungunt in consórtium.

Après les humbles bergers, * Les mages viennent s'unir * Aux rangs des foules fidèles.

 

9. Qui Judǽos ádvocat * Christus, gentes cónvocat * In unum tugúrium.

Ayant appelé les Juifs, * Le Christ, sous un même toit, * Convoque aussi les Gentils.

 

10. Béthlehem fit hódie * Totíus Ecclésiæ * Nascéntis exórdíum.

Bethléem est le berceau * De l'Église tout entière * Qui prend naissance en ce jour.

 

11. Regnet Christus córdibus, * Et victis rebéllibus * Próferat impérium. Amen.

Sur les cœurs, que le Christ règne, * Qu'il écrase les rebelles * Et propage son empire. Amen.

 

 


Source : Missel vespéral lyonnais, présenté, traduit et commenté par

dom Gaspar Lefebvre, Bruges, Paris, Lyon, 1957, pp. 164-165.

1. Hostis Heródes ímpie,
Christum veníre quid times?
Non éripit mortália
qui regna dat cæléstia.

 

2. Ibant magi, qua vénerant
stellam sequéntes præviam,
lumen requírunt lúmine,
Deum faténtur múnere.

 

3. Lavácra puri gúrgitis
cæléstis Agnus áttigit;
peccáta quæ non détulit
nos abluéndo sústulit.

 

4. Novum genus poténtiæ:
aquæ rubéscunt hýdriæ,
vinúmque iussa fúndere
mutávit unda oríginem.

 

5. Iesu, tibi sit glória,
qui te revélas géntibus,
cum Patre et almo Spíritu,
in sempitérna sæcula. Amen.

1. Candor aeternae Deitatis alme, 
Christe, tu lumen, venia atque vita 
advenis, morbis hominum medela, 
porta salutis. 

 

2. Intonat terrae chorus angelorum
caelicum carmen, nova saecla dicens, 
gloriam Patri, generique nostro
gaudia pacis. 

 

3. Qui iaces parvus dominans et orbi, 
Virginis fructus sine labe sanctae, 
Christe, iam mundo potiaris omni, 
semper amandus. 

 

4. Nasceris caelos patriam daturus, 
unus e nobis, caro nostra factus; 
innova mentes, trahe caritatis
pectora vinclis. 

 

5. Cœtus exsultans canit ecce noster,
angelis læto sociatus ore,
et Patri tecum parilique Amori
cantica laudis.

 

 

 

Pueri Hebræorum, portantes ramos olivarum, obviaverunt Domino,

clamantes et dicentes : "Hosanna in excelsis."

Les enfants des Hébreux portant des Rameaux d'olivier allèrent à la rencontre

du Seigneur en s'écriant : " Hosanna dans les hauteurs. "

 

     grego3.gif
Enregistré sur la Place St-Pierre
Messe des Rameaux du 13/04/14

 

pueri-hebraeorum

 


Pueri Hebræorum vestimenta prosternébant in via,

et clamabant dicentes : "Hosanna filio David :

benedictus qui venit in nomine Domini."
Les enfants des Hébreux étendaient leurs vêtements sur le chemin et s'écriaient :

" Hosanna au fils de David ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. "

 

     grego3.gif
ange-85.jpg

 

 

En France, depuis le XVIème siècle, on intercale traditionnellement un couplet

propre pour la Patrie (strophe composée et ajoutée par le Roi Louis XII en

l'année 1512 à la suite d'un vœu fait au cours des guerres d'Italie :

 

 

 

hostia2O salutaris Hostia,

Quæ cæli pandis ostium:

Bella premunt hostilia,

Da robur, fer auxilium.

O Victime salutaire,

qui nous ouvre les portes du ciel,

les armées ennemies nous poursuivent,

donne-nous la force, porte-nous secours.

 

O vere digna Hostia,

Spes unica fidelium:

In te confidit Francia;

Da pacem, serva lilium

O vraiment digne Hostie,

unique espoir des fidèles,

en toi se confie la France,

donne-lui la paix, conserve le lys.

 

Uni trinoque Domino

Sit sempiterna gloria,

Qui vitam sine termino

Nobis donet in patria. Amen.

Au Seigneur unique en trois personnes

soit la gloire éternelle ;

qu'il nous donne en sa Patrie

la vie qui n'aura pas de fin. Amen.

 

 

  

(Adaptation sur un Cherouvikon, VERSION KASTORSKY

(Enregistrée lors des JUVENTUTEM, année 2011)

    

(Enregistré à Paris, Paroisse St-Eugène-Ste-Cécile,

Fête-Dieu 2016) - VERSION DUGUET

  

Proses médiévales de la Dédicace pour le Diocèse de Paris (D'Adam de Saint-Victoir, 1112-1192, préchantre de la cathédrale de Paris). Plain-chant recomposé au XVIIIème siècle par l'Abbé d'Haudimont, maître de chapelle de la cathédrale de Châlons-sur-Saône puis de Notre-Dame de Paris et de Saint Germain l'Auxerrois (avant 1790)    

 

 

1. Jerúsalem et Sion fíliæ, 
Cœtus omnis fidélis cúriæ, 
Melos pangant jugis lætítiæ. 
Allelúia.
1. Filles de Jérusalem et de Sion, 
saints habitants des demeures célestes, 
chantez de concert un cantique de joie. 
Alléluia.
2. Christus enim norma justítiæ 
Matrem nostram despónsat hódie, 
Quam de lacu traxit misériæ 
Ecclésiam.
2. Le Christ, le modèle de toute justice, 
prend aujourd’hui pour épouse notre mère, 
qu’il a tirée de l’abîme de misère : 
l’Église.
3. Hanc sánguinis et aquæ múnere, 
Dum pénderet in crucis árbore, 
De próprio prodúxit látere 
Deus homo.
3. Du don du sang et de l’eau, 
quand il était attaché à l’arbre de la croix, 
il la tira de son propre côté ouvert, 
lui, l’Homme-Dieu.
4. Formarétur ut sic Ecclésia, 
Figurátur in prima fémina, 
Quæ de costis Adæ est édita 
Mater Eva.
4. Ainsi fut formée l’Eglise, 
figurée par la première femme, 
qui fut tirée d’une des côtes d’Adam 
Ève, mère du genre humain.
5. Eva fuit novérca pósteris ; 
Hæc est mater elécti géneris, 
Vitæ portus, ásylum míseris, 
Et tutéla.
5. Ève fut marâtre pour sa descendance, 
l’Eglise est mère de la race élue, 
le port du salut, l’asile des malheureux, 
et leur protectrice.
6. Hæc est cymba qua tuti véhimur ; 
Hoc ovíle quo tecti cóndimur ; 
Hæc cólumna, qua firmi nítimur 
Veritátis.
6. Elle est la barque où nous naviguons en sureté, 
la bergerie où nous sommes rassemblés protégés, 
la colonne sur laquelle nous sommes appuyés fermement 
la colonne de la Vérité.
7. O sólemnis festum lætítiæ, 
Quo únitur Christus Ecclésiæ, 
In quo nostræ salútis núptiæ 
Celebrántur.
7. O fête solennelle de liesse, 
où le Christ s’unit à l’Église, 
où les noces de notre salut 
sont célébrées.
8. Justis inde solvúntur prǽmia, 
Lapsis autem donátur vénia, 
Et sanctórum augéntur gáudia 
Angelórum.
8. Par ces noces aux justes sont données les récompenses, 
aux pécheurs concédé le pardon, 
et même sont augmentées les joies 
des saints Anges.
9. Ab ætérno fons sapiéntiæ, 
Intúitu solíus grátiæ, 
Sic prævídit in rerum série 
Hæc futúra.
9. De toute éternité la source de la sagesse, 
par le seul motif de sa grâce, 
ainsi a predestiné le cours des choses : 
les biens futurs.
10. Christus jungens nos suis núptiis, 
Recréatos veris delíciis, 
Intéresse fáciat gáudiis 
Electórum. Amen.
10. Que le Christ nous accueille à ses noces, 
rassasiés des vraies délices, 
qu’il nous fasse participer aux joies 
des Élus. Amen.

 

 

Organiste : Pierre Cochereau
Choeur de Notre-Dame de Paris

 

1. Vírginis virgo veneránde custos, præco qui Verbi cóleris fidélis,

terge servórum fácinus tuórum, sancte Ioánnes.

1. Vénérable protecteur vierge de la Vierge, nous te fêtons, héraut fidèle du Verbe;

lave le crime de tes serviteurs, bienheureux Jean.

 

2. Fonte prorúmpens flúvius perénni curris, aréntis satiátor orbis;

hausit ex pleno, modo quod propínat, péctore pectus.

2. Fleuve jaillissant de la source éternelle, tu cours, abreuvant l’univers altéré;

ton sein a puisé au sein débordant du Christ les eaux qu’il déverse à présent.


3. Tu, decus mundi iubar atque cæli, 
ímpetra nostris véniam ruínis;

da sacraméntum penetráre summum, quod docuísti.

3. Toi, honneur du monde et astre du ciel, obtiens le pardon pour nos chutes,

donne-nous de pénétrer le mystère suprême que tu as enseigné.

 

4. Patris arcánum speculándo Verbum grátiam fundis fídei per orbem;

nos ad ætérnam spéciem fruéndam, dux bone, transfer.

4. En contemplant le Verbe caché du Père, tu répands la grâce de la foi sur la terre;

fais-nous goûter la beauté éternelle, guide plein de bonté.

 

5. Sit decus summo sine fine Christo, sancta quem virgo génuit María,

qui Patri compar Flaminíque Sancto regnat in ævum.

5. Gloire sans fin au Christ souverain, né de la sainte vierge Marie, lui qui règne

à jamais dans l’égalité avec le Père et le Souffle divin.

Chant Grégorien entonné aux Vêpres de Noël pour l'Antienne du Magnificat…

 

 

Hodie Christus natus est ; Hodie Salvator apparuit.

Aujourd'hui le Christ est né ; Aujourd'hui le Sauveur est apparu ;

Hodie in terra canunt Angeli, laetantur Archangeli

Aujourd'hui sur la Terre chantent les Anges, les Archanges se réjouissent,

Hodie exsultant justi, dicentes : Gloria in excelsis Deo,

Aujourd'hui les justes exultent en disant : Gloire à Dieu au plus haut des cieux

Et in terra pax hominibus bonae voluntatis. Alleluia.

et paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté. Alléluia.

1. Vexílla Christus ínclita late triúmphans éxplicat : gentes, adéste súpplices, Regíque regum pláudite.
1. Le Christ triomphant déploie largement son glorieux étendard; nations, venez, suppliantes, applaudissez au Roi des rois.

2. Non ílle regna cládibus, non vi metúque súbdidit : alto levátus slípíte, amóre traxit ómnia.
2. Ce n’est ni par les combats, ni par la force ou la crainte qu’il a soumis les royaumes; élevé sur un haut gibet, il a tout attiré par l’amour.

3. O ter beáta cívitas cui rite Christus ímperat quæ iussa pergit éxsequi edícta mundo cǽlitus !
3. O trois fois heureuse la cité où règne pleinement le Christ, et qui s’empresse d’obéir aux lois que le ciel dicte au monde.

4. Non arma flagrant ímpia, pax usque firmat foédera, arrídet et concórdia, tutus stat ordo cívicus.
4. Les guerres impies ne s’y allument pas, la paix confirme toujours les traités, la concorde y sourit, l’ordre public s’y maintient en sûreté.

5. Servat fides connúbia, iuvénta pubet íntegra, pudíca florent límina domésticis virtútibus.
5. La fidélité garde les mariages, la jeunesse grandit dans l’innocence, et les foyers sans tache font rayonner la fleur des vertus familiales.

6. Optáta nobis spléndeat lux ista, Rex dulcíssime: te, pace adépta cándida, adóret orbis súbditus.
6. Cette lumière désirée, qu’elle brille pour nous, Roi très doux; que, jouissant d’une paix radieuse, le monde soumis t’adore.

7. Iesu tibi sit gloria, Qui sceptra mundi temperas, Cum Patre et almo Spiritu, In sempiterna sæcula. Amen.
7. O Jésus à vous soit la gloire, qui gouvernez les sceptres du monde, Comme au Père et à l'Esprit Saint, dans les siècles éternels. Ainsi soit-il.
1. Ætérna Imágo Altíssimi, Lumen, Deus, de Lúmine, tibi, Redémptor, glória, honor, potéstas régia.
1. Du Très-Haut Image éternelle, Dieu, Lumière de Lumière, à toi, Rédempteur, soit la gloire, l’honneur, la puissance royale.

2. Tu solus ante sǽcula spes atque centrum témporum,
 cui iure sceptrum géntium Pater suprémum crédidit.
2. A toi seul, avant tous les siècles espoir et centre des temps, à toi, par droit, le Père a confié le sceptre de toutes les nations;
 
3. Tu flos pudícæ Virginis, nostræ caput propáginis, lapis cadúcus vértice ac mole terras óccupans.
3. Toi, fleur d’une chaste Vierge, toi, le chef de notre lignée, toi, la pierre tombée du sommet qui de ta masse emplis les terres.
 
4. Diro tyránno súbdita, damnáta stirps mortálium per te refrégit víncula sibíque cælum víndicat.
4. Soumise à un cruel tyran, la race des mortels condamnée par toi a brisé ses liens et pour elle réclame le ciel.

5. Doctor, Sacérdos, Légifer, præfers notátum sánguine
in veste : « Princeps príncipum regúmque Rex Altíssimus ».
5. Docteur, prêtre, législateur, tu portes, marqué de ton sang, sur ton habit : « Prince des princes, Roi Très-Haut de tous les rois ».
 
6. Tibi voléntes súbdimur, qui iure cunctis ímperas : hæc cívium beátitas tuis subésse légibus.
6. A toi, nous nous soumettons de plein cœur, à toi qui, par droit, commandes à tous; que le bonheur des citoyens soit d’être soumis à tes lois.
 
7. Iesu, tibi sit glória, qui sceptra mundi témperas, cum Patre, et almo Spíritu, in sempitérna sǽcula. Amen.
7. A toi soit la gloire, Jésus, qui gouvernes les sceptres du monde. Ainsi-soit-il.

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







 

 

 

 

Intentions de prières

 

Actualité du livre

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg