1. Beáta nobis gáudia Anni redúxit órbita, Cum Spíritus Paráclitus Effúlsit in discípulos.
1. Le cours de l’année nous ramène les saines joies du jour où l’Esprit consolateur s’est répandu sur les disciples.
 
2. Ignis vibránte lúmine Linguæ figúram détulit, Verbis ut essent próflui, Et caritate férvidi.
2. Le feu à la flamme vibrante a pris forme de langue pour qu’ils reçoivent le don de la parole et un amour ardent.
 
3. Linguis loquúntur ómnium; Turbæ pavent gentílium, Musto madére députant Quos Spíritus repléverat.
3. Ils parlent toutes les langues et les foules des nations s’étonnent ; elles jugent ivres de vin ceux qui sont pleins de l’Esprit.
 
4. Patráta sunt hæc mýstice, Paschæ perácto témpore, Sacro diérum número, Quo lege fit remíssio.
4. Ceci s’accomplit mystérieusement à la fin du temps de Pâques, quand ses jours atteignent le chiffre sacré où la loi accorde la libération.
 
5. Te nunc Deus piíssime, Vultu precámur cérnuo: Illápsa nobis cǽlitus Largíre dona Spíritus.
5. Aussi, Dieu très bon, nous te supplions humblement: envoyés du haut du ciel accorde-nous les dons de l’Esprit.
 
6. Dudum sacráta péctora Tua replésti grátia: Dimítte nostra crímina, Et da quiéta témpora.
6. Tu as rempli jadis de ta grâce les cœurs des saints ; pardonne maintenant nos péchés et donne-nous des jours paisibles.
 
7. Sit laus Patri cum Fílio Sancto simul Paráclito Nobísque mittat Fílius Charísma Sancti Spíritus. Amen.
7. Louange soit au Père avec le Fils ainsi qu’à l’Esprit consolateur et que le Fils nous envoie le charisme de l’Esprit saint. Amen.

1. Ardens eum fureret triste malum, lues

Tu patrum miserans, caelitus advolas

Fulget cereus almo.

Mundans corpora lumine.

1. Le fléau des Ardents, mal affreux, faisait rage ; 

par pitié pour nos pères, tu descends des cieux

et d’un cierge qui brille en tes mains, la lumière

rallume la santé des corps.

 

2. Queavis numque sacri guttula cerei

Potu mixta, fide sumitur ocius

Lethales fugat umbras

Ignes igne domans novo.

2. Du cierge sacré les gouttes de cire, 

se mêlant au breuvage et prises avec foi, 

dissipent aussitôt les ombres de la mort ; 

et le feu est vaincu par un feu plus puissant.

 

3. Heu ! nos multoties carbo velut furens

Urit saeva nimis flamma libidinum

Tu flamma meliori

Sana saucia pectora. 

3. Hélas ! combien souvent, tel un ardent charbon, 

la passion méchante et traîtesse

nous brûle d’une plus sainte flamme 

ah ! daigne consumer ce qui voudrait souiller nos cœurs.

 

4. Castas easta animis injiciens faces

Adsis, o iterum, fraudeque daemonum

Illusis benedictum

Mater, porrige cereum.

4. Jette un feu virginal, ô Vierge dans nos âmes ; 

Viens encore, il en est que le démon séduit, 

et pour les embraser, tends-leur, 

pieuse Mère, la flamme du cierge bénit.

 

5. Mundi blanditias saevaque verbera

Per te, Virgo potens, impavidi terant

Omnes, te duce, fiant

Regni participes tui.

5. Les caresses du monde et sa méchanceté 

sans peur, Vierge puissante,

ils sauront les dompter si tu les mènes tous.

Puis, partageant ton trône, ils s’en iront régner.

 

6. Sit laus summa Patri, summaque Filio ;

Sit par, Sancte, tibi gloria, Spiritus,

Si nos intus aduris

Puro corde litabimus. Amen

6. Au Père soit la plus grande louange, 

et la plus grande au Fils, 

la même soit à toi, Saint Esprit. 

Si ta flamme nous brûle, 

notre chant jaillira d’un cœur pur. Ainsi soit-il.

1. Ætérne Rex altíssime, Redémptor et fidélium, quo mors solúta déperit, datur triúmphus grátiæ.
Roi éternel des cieux, rédempteur de tous les croyants, vous avez détruit la mort et fait triompher la grâce.
 
2. Scandens tribúnal déxteræ Patris : potéstas ómnium colláta Jesu cǽlitus, quae non erat humánitus.
Montant siéger à la droite du Père, Jésus reçoit du ciel la toute-puissance qui ne lui appartenait pas comme homme.
 
3. Ut trina rerum máchina, cæléstium, terréstrium, et inferórum cóndita, flectat genu jam súbdita.
Les trois parties de l’univers créé, ciel, terre, enfers, à présent soumises, fléchissent le genou devant vous.
 
4. Tremunt vidéntes Angeli versam vicem mortálium : culpat caro, purgat caro, regnat Deus Dei caro.
Les Anges tremblent en voyant le rôle nouveau d’une chair mortelle : la chair blâme le péché, la chair justifie, la chair règne dans la Personne du Verbe.
 
5. Tu esto nostrum gáudium, manens olýmpo prǽditum : mundi regis qui fábricam, mundána vincens gáudia.
O Christ, soyez notre joie, notre récompense établie dans les cieux : vous régissez le cours du monde, et triomphez des attraits de la terre.
 
6. Hinc te precántes, quǽsumus, ignósce culpis ómnibus, et corda sursum súbleva ad te supérna grátia,
Aussi, nous vous en prions, pardonnez toutes nos fautes, et élevez nos cœurs vers vous par la grâce d’en-haut.
 
7. Ut, cum repénte cœperis clarére nube iúdicis, pœnas repéllas débitas, reddas corónas pérditas.
Lorsque soudain vous viendrez nous juger sur la nuée, remettez la peine de nos péchés, rendez-nous les couronnes perdues.

8. Glória tibi, Dómine, qui scandis supra sídera, cum Patre, et Sancto Spíritu, in sempitérna sǽcula. Amen.
Gloire à vous, Seigneur, qui vous élevez au-dessus des cieux, ainsi qu’au Père et au Saint-Esprit, dans les siècles éternels. Amen.
1. Iesu, nostra redémptio, amor et desidérium, Deus creátor ómnium, homo in fine témporum :
1. Jésus, notre rédemption, notre amour et notre désir, Dieu créateur de l’univers, Dieu fait homme à la fin des âges :
 
2. Quæ te vicit cleméntia, ut ferres nostra crímina, crudélem mortem pátiens, ut nos a morte tólleres ?
2. Quelle tendresse vous a vaincu pour que vous portiez nos péchés, vous fit souffrir cruellement pour qu’à la mort vous nous ravissiez ?
 
3. Inférni claustra pénetrans, tuos captívos rédimens, victor triúmpho nóbili ad dextram Patris résidens.
3. Forçant le verrou des enfers, vous avez racheté les captifs; très noble vainqueur, triomphant, vous êtes à la droite du Père.
 
4. Ipsa te cogat píetas, ut mala nostra súperes parcéndo, et voti cómpotes nos tuo vultu sáties.
4. Cédez encore à ce même amour: en pardonnant, détruisez le mal, et, pour exaucer tous nos vœux, rassasiez-nous de votre visage.
 
5. Tu esto nostrum gáudium, qui es futúrus prǽmium : sit nostra in te glória per cuncta semper sǽcula. Amen.
5. Puissiez-vous être notre joie, vous, la récompense à venir ! Que notre gloire soit en vous, sans cesse, à travers tous les siècles. Amen.
1. Optátus votis ómnium Sacrátus illúxit dies, Quo Christus, mundi spes, Deus, Conscéndit cælos árduos.
1. Nous l’appelions de tous nos vœux, ce jour rayonnant de lumière, où le Christ, Dieu, espoir du monde, s’élève jusqu’au sommet des cieux.
 
2. Magni triúmphum prǽlii, Mundi perémpto príncipe, Patris præséntans vúltibus Victrícis carnis glóriam.
2. Comme trophée du grand combat où il terrassa le prince de ce monde, il présente aux regards du Père la gloire de son corps victorieux.
 
3. In nube fertur lúcida Et spem facit credéntibus, Iam paradísum réserans, Quem protoplásti cláuserant.
3. Porté par la nuée lumineuse il devient l’espoir des croyants; il ouvre enfin le paradis fermé par nos premiers parents.
 
4. O grande cunctis gáudium, Quod partus nostræ Vírginis, Post sputa, flagra, post crucem Patérnæ sedi iúngitur.
4. Quelle immense joie pour tous: le Fils que la Vierge enfanta, après les crachats, les fouets, la croix, monte s’asseoir auprès du Père.
 
5. Agámus ergo grátias Nostræ salútis víndici, Nostrum quod corpus véxerit Sublíme ad cæli régiam.
5. Louange donc et gratitude au vainqueur qui nous sauve tous; notre corps fut porté bien haut jusqu’au palais du roi du ciel.
 
6. Sit nobis cum cæléstibus Commúne manens gáudium: Illis, quod semet óbtulit, Nobis, quod se non ábstulit.
6. Avec les habitants des cieux, exultons d’une même joie: il va se montrer à eux, il ne s’éloigne pas de nous.
 
7. Nunc, Christe, scandens ǽthera Ad te cor nostrum súbleva, Tuum Patrísque Spíritum Emíttens nobis cǽlitus.
7. Maintenant, Christ, en montant au ciel, élève jusqu’à toi notre cœur, et envoie-nous d’en-haut l’Esprit qui procède du Père et de toi.
Le « Panis Angelicus » est une hymne liturgique écrite par Saint Thomas d'Aquin pour la Solennité du Corps et du Sang du Christ...
 
 
 
Panis Angelicus fit panis hominum.
Le pain des Anges devient le pain des hommes.
Dat panis cælicus figuris terminum.
Le pain du ciel met un terme aux symboles.
O res mirabilis manducat Dominum
Ô chose admirable, il mange son Seigneur
Pauper servus et humilis.
Le pauvre, le serviteur, le petit.
 
Te trina deitas Unaque poscimus
Dieu Trinité et Un, nous te le demandons,
Ut nos tu visita sicut te colimus
Daigne par ta visite répondre à nos hommages.
Per tuas semitas Duc nos quo tendimus,
Par tes voies, conduis-nous au but où nous tendons,
Ad lucem quem inhabitas.
A la lumière où tu demeures.
 
 
 
 

L’"Adoro te devoto" est une des 5 hymnes de Saint Thomas d'Aquin (1225-1274),

composées à la demande du S.S. le Pape Urbain IV (1261-1264), à l'occasion de

l'établissement de la Fête du Corps et du Sang du Christ (Fête-Dieu) en 1264…

 


 

 

1. Adoro te devote, latens Deitas,

Quae sub his figuris vere latitas:

Tibi se cor meum totum subjicit,

Quia te contemplans totum deficit.

1. Je t'adore dévotement, Dieu caché

Qui sous ces apparences vraiment prends corps,

À Toi, mon cœur tout entier se soumet

Parce qu'à te contempler, tout entier il s'abandonne.

 

2. Visus, tactus, gustus in te fallitur,

Sed auditu solo tuto creditur;

Credo quidquid dixit Dei Filius:

Nil hoc verbo Veritatis verius.

2. La vue, le goût, le toucher, en toi font ici défaut,

Mais t'écouter seulement fonde la certitude de foi.

Je crois tout ce qu'a dit le Fils de Dieu,

Il n'est rien de plus vrai que cette Parole de vérité.

 

3. In cruce latebat sola Deitas,

At hic latet simul et humanitas;

Ambo tamen credens atque confitens,

Peto quod petivit latro poenitens.

3. Sur la croix, se cachait ta seule divinité,

Mais ici, en même temps, se cache aussi ton humanité.

Toutes les deux, cependant, je les crois et les confesse,

Je demande ce qu'a demandé le larron pénitent.

 

4. Plagas, sicut Thomas, non intueor;

Deum tamen meum te confiteor;

Fac me tibi semper magis credere,

In te spem habere, te diligere.

4. Tes plaies, tel Thomas, moi je ne les vois pas,

Mon Dieu, cependant, tu l'es, je le confesse,

Fais que, toujours davantage, en toi je croie,

Je place mon espérance, je t'aime.

 

5. O memoriale mortis Domini!

Panis vivus, vitam praestans homini!

Praesta meae menti de te vivere

Et te illi semper dulce sapere.

5. O mémorial de la mort du Seigneur,

Pain vivant qui procure la vie à l'homme,

Procure à mon esprit de vivre de toi

Et de toujours savourer ta douceur.

 

6. Pie pellicane, Jesu Domine,

Me immundum munda tuo sanguine;

Cujus una stilla salvum facere

Totum mundum quit ab omni scelere.

6. Pieux pélican, Jésus mon Seigneur,

Moi qui suis impur, purifie-moi par ton sang

Dont une seule goutte aurait suffi à sauver

Le monde entier de toute faute.

 

7. Jesu, quem velatum nunc aspicio,

Oro fiat illud quod tam sitio;

Ut te revelata cernens facie,

Visu sim beatus tuae gloriae.

7. Jésus, que sous un voile, à présent, je regarde,

Je t'en prie, que se réalise ce dont j'ai tant soif,

Te contempler, la face dévoilée,

Que je sois bienheureux, à la vue de ta gloire.



C’est l'hymne liturgique à chanter pendant le Temps Pascal.
Elle a été écrite par Jean Tisserand (o.f.m.) en 1494.
 

 

 
R. Alleluia ! Alleluia ! Alleluia !
R. Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !
 
 
1. O filii et filiæ,
1. O fils et filles,
Rex coelestis, Rex gloriae
Le Roi des cieux, le Roi de gloire
morte surrexit hodie. Alleluia !
A surgi de la mort aujourd'hui, alléluia !
 
2. Et mane prima sabbati
Et le matin du premier jour après le Sabbat,
Ad ostium monumenti
Jusqu’à la porte du monuement,
resurrectionduchrist.jpegAccessérunt discipuli. Alleluia !
S’approchèrent les disciples, alléluia !
 
3. Et Maria Magdalene,
3. Et Marie-Madeleine
et Iacobi, et Salome
Et Marie mère de Jacques
Venerunt corpus ungere. Alleluia !
Sont venues embaumer le Corps, alléluia !
 
4. In albis sedens angelus
4. Un ange, assis, vêtu de blanc,
praedixit mulieribus:
Dit aux femmes :
Quia surrexit Dominus. Alleluia !
"Le Seigneur est ressuscité." alléluia !
 
5. Et Ioannes apostolus
5. Et Jean l'Apôtre,
cucurrit Petro citius,
Court plus vite que Pierre,
Ad sepulcrum venit prius. Alleluia !
Et arrive le premier au tombeau. Alléluia !
 
6. Discipulis astantibus,
6. Les disciples étant présents,
in medio stetit Christus,
Jésus parut au milieu d'eux et leur dit :
dicens: Pax vobis omnibus. Alleluia !
"Que la paix soit au milieu de vous tous." Alléluia !
 
7. In intelléxit Didymus
7. Dès que Didyme apprit
Quia surrexerat Iesus,
Que Jésus était réssuscité,
Remansit fere dubius, Alleluia !
Il demeura presque dans le doute. Alléluia !
 
8. Vide Thoma, vide latus,
8. Thomas, vois mon côté, lui dit Jésus,
vide pedes, vide manus,
Vois mes pieds, vois mes mains,
Noli esse incredulus. Alleluia.
Et ne reste pas incrédule. Alléluia !
 
9. Quando Thomas vidit Christum,
9. Quand Thomas eut vu le côté du Christ,
Pedes, manus, latus suum,
Les pieds et ses mains,
Dixit, Tu es Deus meus. Alleluia.
Il s’écria : Vous êtes mon Dieu. Alléluia.
 
10. Beati qui non viderunt,
10. Heureux ceux qui sans avoir vu,
Et firmiter credidefunt,
Ont cru d’une ferme foi,
Vitam aeternam habebunt. Alleluia.
Ils posséderont la vie éternelle. Alléluia.
 
11. In hoc festo sanctissimo
11. Célébrons cette très sainte solennité
Sit laus et jubilatio!
Par des cantiques de louanges et d’allégresses !
Benedicamus Domino. Alleluia.
Bénissons le Seigneur. Alléluia !
 
12. De quibus nos humillimas
12. Rendons à Dieu avec le dévouement et la reconnaissance,
Devotas aeque debitas
Qui lui sont dus, de très humbles actions de grâces,
Deo dicamus gratias. Alleluia.
Pour tous ses bienfaits. Alléluia !

 
 

   grego3.gif

Choeur de Notre-Dame de Paris
 Organiste : Pierre Cochereau
 Strophes 1, 3, 2, 5, 11, 12.

VERSION EN ARABE. Enregistrée le 24/05/2014

au Stade International d'Amman (Jordanie),

lors du voyage du Pape François.

1. Aurora lucis rutilat,
Cælum laudibus intonat,
Mundus exultans iubilat,
Gemens infernus ululat,

L'aurore a du vrai jour ramené la lumière,
Le ciel fait des concerts charmants,
Le monde par les siens marque une joie entière,
Et l'enfer n'y répond que par des hurlements.

 


2. Cum rex ille fortissimus,
Mortis confractis viribus,
Pede conculcans tartara
Solvit a pœna miseros.

Aussi c'est en ce jour que l'auteur de leur être,
Brisant les chaînes de la mort,
Foulant aux pieds l'Averne et son orgueilleux maître,
Change des malheureux le déplorable sort.

 


3. Ille, qui clausus lapide
Custoditur sub milite,
Triumphans pompa nobili,
Victor surgit de funere.

Ce corps d'un froid tombeau renfermé sous la pierre,
Ce corps gardé par des soldats,
En pompe triomphante est revenu sur terre,
Réparateur du siècle, et vainqueur du trépas.

 


4. Solutis jam gemitibus
Et inferni doloribus,
Quia surrexit Dominus,
Resplendens clamat angelus.

Qu'on cesse de gémir, il n'est plus de misères,
Leur triste cours est arrêté :
De la prison du limbe un mort tire nos pères,
Et l'ange nous annonce un Dieu ressuscité.

5. Quæsumus, Auctor omnium,
In hoc Paschali gaudio,
Ab omni mortis impetu
Tuum defende populum.

Sauveur de tout le monde, en cette pleine joie
Dont la Pâque remplit nos cœurs,
Daigne si bien guider ton peuple dans ta voie,
Que d'une mort funeste il échappe aux rigueurs.

6. Gloria tibi, Domine,
Qui surrexisti a mortuis,
Cum Patre et Sancto Spiritu,
In sempiterna sæcula. Amen.

Gloire à toi, rédempteur et monarque suprême,
Par toi-même ressuscité !
Même gloire à ton père, au Saint-Esprit la même,
Et durant tous les temps et dans l'éternité !

Confírma hoc, Deus, quod operátus es in nobis :

a templo tuo, quod est in Ierúsalem, tibi ófferent reges múnera, allelúia.

Affermissez, ô Dieu, ce que vous avez fait parmi nous,

dans votre temple de Jérusalem, les rois vous offriront des présents, alléluia.

 

   grego3.gif

1. Te, pater Ioseph, ópifex colénde, Názaræ felix látitans in umbra,
vócibus magnis animísque plenis nocte canémus.
1. C’est vous, patriarche Joseph, travailleur digne de louanges, heureux de vous cacher dans l’ombre de
Nazareth, qu’à haute voix et à plein cœur, nous chanterons cette nuit.
 
 
 
2. Régiam stirpem tenuémque victum mente fers æqua tacitúsque portas,
sacra dum multo mánuum labóre pígnora nutris.
2. Vous portez en silence et d’une âme paisible votre origine royale et votre condition modeste, tandis
qu’en travaillant durement de vos mains vous nourrissez l’Enfant sacré.
 
 
 
3. O faber, sanctum spéculum fabrórum, quanta das plebi documénta vitæ,
ut labor sudans ut et officína sanctificétur.
3. O charpentier, saint miroir des charpentiers, quels exemples vous donnez au peuple par votre vie,
pour que le labeur épuisant et l’atelier soient sanctifiés.
 
 
 
4. Qui carent escis, míseros fovéto; témpera effrénos perimásque lites;
mýsticus Christus pátriæ sub umbræ tégmine crescat.
4. Protégez les malheureux qui manquent de pain; retenez les révoltés, apaisez les conflits; que le Christ
mystique grandisse sous la protection de l’ombre paternelle.
 
 
 
5. Tu Deus trinus paritérque et unus, qui pater cunctis opiféxque rerum,
fac patrem Ioseph imitémur actu, morte imitémur. Amen.
5. O vous Dieu trine en même temps qu’unique, qui êtes un père pour tous, et l’artisan du monde, faites
que nous imitions le patriarche Joseph par notre conduite, et que nous l’imitions par notre mort. Amen.
1. Auróra, solis núntia florúmque mensi prǽvia, fabri sonóram málleo domum salútat Názaræ.
L’aurore, annonciatrice du soleil et qui ouvre le mois des fleurs, salue la maison de Nazareth où résonne le marteau du charpentier.
 
2. Salve, caput domésticum, sub quo suprémus Artifex, sudóre salso róridus, exércet artem pátriam.
2. Salut, chef de famille, sous les ordres de qui l’Artisan suprême, baigné d’une sueur amère, s’exerce au métier paternel.
 
3. Altis locátus sédibus celsǽque Sponsæ próximus, adésto nunc cliéntibus, quos vexat indigéntia.
3. Résidant au séjour céleste, tout proche de l’Épouse sublime, assistez maintenant vos protégés que meurtrit l’indigence.
 
4. Absíntque vis et iúrgia, fraus omnis a mercédibus; victus cibíque cópiam mensúret una párcitas.
4. Que s’éloignent violence et conflits, et toute fraude, dans les salaires; que la frugalité seule limite l’abondance des biens et de la nourriture.
 
5. Trinitátis Unitas, Ioseph precánte, quǽsumus, in pace nostros ómnium gressus viámque dírige. Amen.
5. O Unité de la Trinité, à la prière de saint Joseph, dirigez dans la paix tous nos pas et notre voyage. Amen.

1. Cǽlitum, Ioseph, decus atque nostræ certa spes vitæ columénque mundi, quas tibi læti cánimus, benígnus súscipe laudes.

1. O Joseph, gloire des habitants des cieux et sûr espoir de notre vie, colonne du monde, reçois avec bienveillance les louanges que, joyeux, nous te chantons.


2
. Te Sator rerum státuit pudícæ Vírginis sponsum, voluítque Verbi te patrem dici, dedit et minístrum esse salútis.

2. C’est toi que l’Auteur du monde a choisi pour épouse de la Vierge très pure; il a voulu qu’on te nomme le père du Verbe et il t’a donné d’être le ministre du salut.

 

3. Tu Redemptórem stábulo iacéntem, quem chorus Vatum cécinit futúrum, áspicis gaudens, humilísque natum Numen adóras.

3. Le Rédempteur couché dans une étable, dont le chœur des Prophètes a chanté la venue, tu le contemples avec joie, et tu adores humblement ce Dieu qui vient de naître.

 

4. Rex Deus regum, Dominátor orbis, cuius ad nutum tremit inferórum turba, cui pronus famulátur æther, se tibi subdit.

4. Le Roi, Dieu des rois, Maître du monde, qui d’un signe fait trembler les légions infernales, et que le ciel sert en s’inclinant, se soumet à toi.

 

5. Laus sit excélsæ Tríadi perénnis, quæ tibi præbens súperos honóres, det tuis nobis méritis beátæ gáudia vitæ. Amen.

5. Louange éternelle soit à la très haute Trinité; qu’en te déférant de sublimes honneurs, elle nous donne par tes mérites les joies de la vie bienheureuse. Amen.

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







 

 

 

 

Intentions de prières

 

Actualité du livre

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg