« Des rêves trop grands pour notre carrure pèsent parfois sur nos épaules, rêves de conquérant, de saint ou de découvreur de monde, rêves qui furent ceux réalisés d’un Mermoz, d’un Gengis Khan ou d’un François d’Assise. Il ne faut pas nous désoler d’être seulement ce que nous sommes. L’aventure la plus prodigieuse est celle de notre propre vie et celle-là est notre taille. Aventure brève : trente, cinquante, quatre-vingt ans peut-être qu’il faut franchir durement, gréé comme un voilier cinglant vers cette étoile au grand large qui est notre unique repaire et notre unique espérance. Qu’importent coup de chien, tempête ou calme plat, puisqu’il y a cette étoile. Sans elle, il n’y aurait plus qu’à cracher son âme et à se détruire de désespérance. Mais sa lumière est là et sa recherche et sa poursuite font d’une vie humaine une aventure plus merveilleuse que la conquête d’un monde ou la course d’une nébuleuse. Cette aventure-là ne dépasse pas notre carrure. Il nous suffit de marcher vers notre Dieu pour être à la taille de l’Infini, et cela légitime tous nos rêves. »

« L’Eglise voit dans la jeunesse la rénovation constante de la vie de l’humanité, et découvre en elle un signe d’elle-même : « L’Eglise est la vraie jeunesse du monde*** ». En effet, elle voit dans la jeunesse le commencement renouvelé et la persistance de la vie, ou encore une forme de victoire sur la mort. Cela n’a pas un sens biologique seulement, mais également socioculturel, psychologique et spirituel. En effet, face aux cultures qui montrent des signes de vieillesse et de caducité, la jeunesse est appelée à apporter une revitalisation, à maintenir une « foi en la vie*** », à conserver sa « capacité de se réjouir de ce qui commence*** ». Elle a la tâche de réintroduire de façon permanente le « sens de la vie*** ». Renouveler les cultures et l’esprit signifie apporter et maintenir vifs des sens nouveaux de l’existence. La jeunesse, par conséquent, est appelée à être comme une « réactualisation de la vie*** ». Dans la jeunesse comprise ainsi, l’Eglise découvre également un signe d’elle-même. Un signe de sa foi, puisque la foi est l’interprétation eschatologique de l’existence, son sens pascal, et pour cela la « nouveauté » que contient l’Evangile. La foi, annonce du sens nouveau des choses, est le renouvellement et le rajeunissement de l’humanité. À partir de cette perspective, l’Eglise invite les jeunes « à se plonger dans les clartés de la foi*** » et à porter de cette manière la foi dans le monde afin de vaincre les forces spirituelles de la mort, c’est-à-dire « les philosophies de l’égoïsme, du plaisir, de la désespérance et du rien*** », philosophies qui implantent dans la culture des formes vieilles et caduques. La jeunesse est un symbole de l’Eglise, appelée à un constant renouvellement d’elle-même, c’est-à-dire à un rajeunissement incessant ».

 

*** Message du Concile à la jeunesse du 8/12/1965

Discours de Paul VI : 2ème assemblée générale

de l’Episcopat latino-américain à Medellin

Sept mille jeunes de l'Archidiocèse de Madrid (Espagne) venus à Rome pour le départ de la Croix de la Journée mondiale de la jeunesse 2011 ont été reçus ce matin en audience par le Pape. Leur parlant de la Croix, le Saint-Père les a encouragés à découvrir en elle « la mesure infinie de l'Amour du Christ. Répondez à l'Amour du Christ - a-t-il dit - en lui offrant votre vie avec amour ! De cette façon, les travaux préparatifs à la Journée mondiale de la jeunesse faits avec beaucoup d'illusions et d'enthousiasme seront récompensés par le fruit que portera cette journée : renouveler et fortifier l'expérience de la rencontre avec le Christ mort et ressuscité pour nous ». « Marchez dans les pas du Christ. Il est votre but, votre chemin et aussi votre récompense. Dans le thème choisi pour la Journée de Madrid, l'apôtre Paul invite à cheminer « enracinés et édifiés en Christ, fermes dans la foi ». Il a ensuite invité les jeunes à « se former dans la foi qui donne un sens à votre vie et à fortifier vos convictions pour pouvoir ainsi rester forts face aux difficultés quotidiennes. Je vous encourage aussi à ce que sur votre chemin vers le Christ, vous sachiez attirer avec vous vos jeunes amis, vos compagnons d'étude et de travail pour qu'eux aussi le connaissent et le reconnaissent comme Seigneur de leurs vies. Pour cela, laissez la force d'En Haut qui est en vous, l'Esprit Saint, se manifester par son immense attraction. Les jeunes d'aujourd'hui doivent découvrir la vie nouvelle qui vient de Dieu, se nourrir de la Vérité qui a sa source dans le Christ mort et ressuscité et que l'Eglise a reçu comme un trésor pour tous les hommes ». En évoquant les Journées mondiales de la jeunesse, le Pape a souligné qu'elles « exprimaient le dynamisme de l'Eglise et son éternelle jeunesse. Qui aime le Christ, aime l'Eglise d'une même passion puisqu'elle nous permet de vivre en relation étroite avec le Seigneur. Pour cela multipliez les initiatives qui permettent aux jeunes de se sentir membres de l'Eglise, en pleine communion avec leurs pasteurs et avec le successeur de Pierre. Priez ensemble en ouvrant les portes de vos paroisses, associations et mouvements pour que tous se sentent dans l'Eglise comme chez eux, qu'ils se sentent aimés du même amour de Dieu. Célébrez et vivez votre foi avec une immense joie qui est le don de l'Esprit ». Le Saint-Père a expliqué que dans la Croix, « le Christ vainc le péché et la mort par un total don de lui-même. Ainsi, nous devons embrasser et adorer la Croix du Seigneur, la faire nôtre, en accepter la charge comme Simon de Cyrène pour participer avec celui, seul, qui peut racheter toute l'humanité. Soyons toujours plus dignes d'elle et ne nous éloignons jamais de ce signe suprême d'amour ».

Extrait de l’Homélie de Benoît XVI, le 2 avril 2009 :

 

 

 

« Dès sa jeunesse, il démontra être un courageux

et ardent défenseur du Christ :

il n'hésita pas à consacrer toutes ses énergies

à en diffuser partout la lumière ;

il n'acceptait aucun compromis lorsqu'il s'agissait

de proclamer et de défendre Sa Vérité ;

il ne se lassa jamais de diffuser Son Amour »

Benoît XVI s'est adressé aux jeunes, le 29 mars dernier, les invitant à être les « témoins » du Christ dans la société et à se tenir prêts à lui consacrer leur vie. Le pape s'est rendu en visite à la paroisse de la Sainte Face, dans le quartier romain de la Magliana, où il a célébré la messe dans la toute nouvelle église inaugurée il y a 3 ans. Dans son homélie, Benoît XVI a invité les jeunes à s'adresser à Jésus et à lui demander : « Jésus, que veux-tu que je fasse avec toi et pour toi ? »

 

 

« Restez donc à l'écoute et, guidés par l'Esprit Saint, découvrez le dessein qu'Il a sur vous », a ajouté le pape. « Préparez vous sérieusement à construire des familles unies et fidèles à l'Evangile, et à être ses témoins dans la société ; si ensuite il vous appelle, soyez prêts à consacrer totalement votre existence à son service dans l'Eglise comme prêtres ou comme religieux ou religieuses ». Le pape a aussi invité les jeunes à venir participer à la messe de préparation à la Journée mondiale de la Jeunesse qui sera célébrée le 2 avril dans la basilique Saint-Pierre. Ce jour-là, « nous nous souviendrons ensemble de Jean-Paul II, pour le 4e anniversaire de sa mort ». « Dans beaucoup de circonstances, il a encouragé les jeunes à rencontrer le Christ et à le suivre avec enthousiasme et générosité », a-t-il ajouté. Au cours de son homélie, le pape a également rappelé le « chemin exigeant de la croix que Jésus indique à tous ses disciples ». « Il n'y a pas d'alternative pour le chrétien qui veut réaliser sa propre vocation », a-t-il affirmé ou soulignant l'importance de « la prière, personnelle et liturgique » qui doit toujours occuper « la première place dans notre vie ». Le pape a enfin remercié la communauté paroissiale, « à notre époque, marquée par une crise générale sociale et économique », d'aller à la rencontre des « attentes des plus pauvres ». De manière improvisée, le pape avait salué la communauté paroissiale à son arrivée. « Malheureusement il pleut, mais le soleil va arriver. Peut-être est-ce le signe de cette période qui précède Pâques, où nous ressentons les douleurs du Seigneur et tous les problèmes de notre monde d'aujourd'hui, chacun à sa manière ». « Mais nous savons aussi que le soleil, bien que souvent caché, existe ; que Dieu est proche, qu'il nous aide et nous accompagne », avait-il aussi affirmé. « En ce sens, mettons nous en route vers Pâques, sachant que des souffrances et des difficultés appartiennent à notre vie, mais sachant aussi qu'il y a derrière le soleil de la bonté divine ».

Reine du monde, force et soutien de la milice chrétienne, ô Marie, cette jeunesse en fleurs que vous voyez aujourd'hui à vos pieds, pleine d'ardeur pour les combats de la vie, vous salue comme son soutient et son guide. Sous votre puissante protection, nous nous engageons à ne pas manquer d'honneur envers les hommes et envers Dieu. Haut est le but auquel les scouts aspirent, mais hélas, des forces hostiles travaillent en nous et autour de nous. Difficile est la lutte pour nous maintenir purs et forts. Pour cela, nous vous offrons, ô Mère, notre cœur, afin que vous nous encouragiez et nous souteniez avec la grâce du Christ. Soutenus par vous, ô Marie, élevés sous votre maternelle protection dans les sentiments de l'honneur et de la responsabilité, nous serons chacun dans notre patrouille, un levain salutaire, un miroir de pureté, de piété sincère, de fidélité au devoir, d'estime au travail, de fraternelle charité par un don de soi prompt, humble et désintéressé.

 

Exaucez, ô Mère, l'ardente prière qu'aujourd'hui, de tous les coins de France, la grande famille des scouts catholiques élève à votre trône. Qu'elle soit par votre intercession une légion pacifique d'âmes vouées à Jésus-Christ et aux intérêts de son règne, ainsi qu'une vaillante armée de cœurs sans peur et sans reproche. Qu'ici bas leur salaire soit de lutter par l'exemple en vue d'une jeunesse pure et forte, jalouse de cette foi qui a fait si grande sa patrie. Que leur ambition soit de servir Dieu, l'Eglise et leurs frères. Qu'une foi inébranlable dans votre divin fils, une ferme espérance de le glorifier un jour avec vous, ô Marie, dans l'éternité bienheureuse soit leur réconfort dans la peine et le sacrifice. Amen.

 

Sa Sainteté le Pape Pie XII, le 11 octobre 1954

« Chers amis, comme Paul, témoignez du Ressuscité ! Faites-le connaître à tous ceux qui, parmi les jeunes et les adultes, sont en recherche de la « grande espérance » qui donne sens à leur existence. Si Jésus est devenu votre espérance, dites-le aussi aux autres avec votre joie et votre engagement spirituel, apostolique et social. Habités par le Christ, après Lui avoir répondu avec votre foi et lui avoir donné toute votre confiance, diffusez cette espérance autour de vous. Faites des choix qui manifestent votre foi : montrez que vous avez compris les pièges de l’idolâtrie de l’argent, des biens matériels, de la carrière et du succès, et ne vous laissez pas attirer par ces fausses chimères. Ne cédez pas à la logique de l’intérêt égoïste, mais cultivez l’amour du prochain et efforcez-vous de vous mettre vous-mêmes et vos capacités humaines et professionnelles au service du bien commun et de la Vérité, toujours prêts à répondre « à qui vous demande raison de l’Espérance qui est en vous » (1 Pierre 3, 15). Le chrétien authentique n’est jamais triste, même s’il se trouve à devoir affronter diverses épreuves, parce que la présence de Jésus est le secret de sa joie et de sa paix. »

 

 

>>> Message de la JMJ 2009 à lire intégralement <<<

« Les nouvelles technologies digitales déterminent des changements fondamentaux dans les modèles de communication et dans les rapports humains. Ces changements sont particulièrement évidents chez les jeunes dont la croissance est étroitement liée à ces nouvelles techniques de communication. Dans le message de cette année, j’ai donc pensé m’adresser en particulier à ceux qui font partie de cette génération digitale ». C’est en ces termes que commence le Message du Pape Benoît XVI pour la XLIII° Journée Mondiale des Communications Sociales, qui se tiendra dans de nombreux Pays le 24 mai, Solennité de l’Ascension, sur le thème suivant : « Nouvelles technologies, nouvelles relations. Promouvoir une culture de respect, de dialogue, d’amitié » :

 

 

 

Le Saint-Père déclare à leur sujet: « Ces technologies sont un véritable don pour l'humanité : par conséquent, nous devons faire en sorte que les avantages qu'elles offrent soient mis au service de tous les êtres humains, surtout de ceux qui sont dans le besoin et sont vulnérables, et de toutes les communautés ». « La multiplicité de canaux à travers lesquels il est possible d’envoyer, de manière instantanée, des mots et des images aux angles les plus éloignés et les plus isolés du monde : c’est bien sûr une possibilité qui, pour les générations précédentes, était impensable. Les jeunes, en particulier, ont compris l’énorme capacité des nouveaux médias de favoriser la connexion, la communication et la compréhension entre les individus et les communautés, et ils les utilisent pour communiquer avec leurs propres amis, pour en rencontrer de nouveaux, pour créer des communautés et des réseaux, pour chercher des informations et des nouvelles, pour partager leurs idées et leurs opinions ». Tels sont les nombreux bienfaits qui découlent de cette nouvelle culture de la communication, déclare le Saint-Père, pour les familles, pour les étudiants, pour les chercheurs, et aussi pour le progrès social. La popularité et la diffusion rapide des nouvelles technologies « répondent au désir fondamental des personnes d'entrer en relation les unes avec les autres. Ce désir de communication et d'amitié est enraciné dans notre propre nature d'êtres humains et ne peut être compris de façon adéquate uniquement comme une réponse aux innovations technologiques. À la lumière du message biblique, ce désir doit plutôt être considéré comme un reflet de notre participation à l’amour communicatif et unifiant de Dieu, qui veut faire de l'humanité entière une seule famille. En réalité, lorsque nous nous ouvrons aux autres, nous accomplissons entièrement nos besoins les plus profonds et nous devenons plus pleinement humains. Aimer c’est, en effet, ce pour quoi nous avons été engendrés par le Créateur. Naturellement, il ne s’agit pas de relations passagères, superficielles, mais du véritable amour, qui constitue le centre de l'enseignement moral de Jésus ». Le Saint-Père rappelle alors l’attention sur la qualité des contenus que les nouvelles technologies diffusent, en encourageant toutes les personnes de bonne, qui sont actives dans le monde de la communication digitale, « afin qu'elles s'engagent à promouvoir une culture du respect, du dialogue, de l'amitié ». Pour ce qui concerne ces trois thèmes, le Saint-Père déclare : « Si les nouvelles technologies doivent servir au bien des individus et de la société, ceux qui les utilisent doivent éviter l’emploi de mots et d’images dégradants pour l'être humain, et donc exclure ce qui alimente la haine et l'intolérance, avilit la beauté et l'intimité de la sexualité humaine, exploite les personnes faibles et sans défenses ». « Le dialogue doit s’enraciner dans une recherche sincère et réciproque de la Vérité, afin de promouvoir le développement dans la compréhension et la tolérance. La vie n'est pas une simple succession de faits et d'expériences : elle est plutôt la recherche du vrai, du bien et du beau. C’est précisément dans ce but que nous faisons nos choix, exerçons notre liberté et en eux, c'est-à-dire dans la Vérité, dans le bien et dans le beau, nous trouvons bonheur et joie. Encore faut-il ne pas se laisser duper par ceux qui cherchent tout bonnement des consommateurs sur un marché de possibilités indifférenciées, où le choix en lui-même devient le bien, la nouveauté se fait passer pour beauté, l'expérience subjective remplace la Vérité ». « … La véritable amitié a été considérée depuis toujours comme l’une des plus grandes richesses dont puisse jouir l'être humain. C’est pourquoi il faut être attentif à ne pas banaliser le concept et l'expérience de l'amitié. Il serait regrettable que notre désir de consolider et développer des amitiés on-line se réalise au détriment de notre disponibilité envers la famille, envers les voisins et envers ceux que nous rencontrons dans notre existence quotidienne, sur notre lieu de travail, à l’école, pendant nos loisirs. En effet, lorsque le désir de connexion virtuelle devient obsessif, la conséquence en est que la personne s’isole, interrompant ainsi l’interaction sociale réelle ».

 

Dans son Message, le Souverain Pontife déclare : « Dans ce contexte, il est gratifiant de voir émerger de nouveaux réseaux digitaux qui s’efforcent de promouvoir la solidarité humaine, la paix et la justice, les droits de l’homme et le respect de la vie et le bien de la création », en rappelant toutefois la nécessité que le monde digital soit véritablement accessible à tous. « Le futur de l'humanité subirait un grave préjudice, si les nouveaux instruments de la communication, qui permettent de partager connaissances et informations de manière plus rapide et efficace, n'étaient pas rendus accessibles à ceux qui sont déjà économiquement et socialement marginalisés ou s’ils ne contribuaient qu’à creuser l’écart qui sépare les pauvres des nouveaux réseaux qui se développent au service de l'information et de la socialisation humaine ». En conclusion de son Message, le Saint-Père s’adresse en particulier aux jeunes catholiques : « Je voudrais conclure ce message en m’adressant, en particulier, aux jeunes catholiques, pour les exhorter à apporter dans le monde digital le témoignage de leur foi… L'annonce du Christ dans le monde des nouvelles technologies suppose une connaissance approfondie pour une utilisation cohérente et adéquate. C’est à vous, jeunes, qui vous trouvez presque spontanément en syntonie avec ces nouveaux moyens de communication, qu’incombe, en particulier, la tâche de l’Évangélisation de ce ‘continent digital’ ».

Les Journées Mondiales de la Jeunesse ont été et seront un évènement à grand succès car elles réunissent « une profonde expérience de foi et de prière, la joie immense d’être ensemble, l’amour envers Dieu et envers l’autre ». C’est ce qu’a dit l’Archevêque Philip Wilson, président de la Conférence épiscopale de l’Australie, en parlant aux jeunes de langue anglaise (surtout américains et australiens) du Collège pontifical nord-américain à Rome, où il se trouve pour une série de rencontres...

 

 

Light-of-the-World.jpeg

 


Selon l’Archevêque, l’expérience des JMJ reste gravée dans les coeurs des jeunes précisément parce qu’elle réussit à toucher les coeurs au plus profond et au plus intime, les conduisant à une expérience de foi, de joie et d’amour. Pour mesurer le succès de l’évènement, a-t-il dit, on ne doit pas seulement regarder les vocations florissantes au sacerdoce ou à la vie religieuse, mais aussi le désir de former de nouvelles familles chrétiennes destinées à agir comme levain dans les Eglises locales. En outre, a noté Mgr Wilson, « les médias et la culture dominante, pénétrés d’individualisme et de consumérisme, font croire que si un jeune croit, il reste isolé. Les JMJ servent à démentir fortement ce message. Les jeunes ont besoin, à leur âge, de fortes expériences de joie et de partage », comme les JMJ, où ils reconnaissent ce qu’est la vraie vie, celle dans le Christ. L’Archevêque au aussi rappelé l’impact des JMJ à Sydney et dans les différents diocèses australiens : de nombreuses familles ont accueilli les jeunes, s’ouvrant à l’accueil, recevant beaucoup de cette expérience. Les JMJ ont été très importantes pour raviver la foi et l’enthousiasme dans toute l’Eglise australienne.

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Actualité du livre

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg