1. Par tous pays, de bon matin, Que le ciel soit joyeux ou triste,
Les routiers, leur fourche à la main, S’en vont par la lande ou la piste.
Nous franchissons coteaux et monts ; Au loin notre chant nous devance ;
Et nous marchons en criant : « Montjoie ! » Sur les routes de France.
 
2. Dans les fossés et les taillis, Bien souvent nous trouvons brisée
La croix sainte aux bras tout raidis Couverts d’une fraîche rosée.
Nous rassemblons les lourds tronçons, Le Christ nous sourit en silence.
Nous l’élevons en criant : « Montjoie ! » Sur les routes de France.
 
3. Quand nos cadets, demain, viendront, Ils verront à leurs yeux surgie,
Sur les flots des lourds épis blonds, La croix, messagère de vie.
Ils courberont leurs jeunes fronts Devant la Divine Souffrance ;
Ils salueront en criant : « Montjoie ! » Sur les routes de France.
 
4. Nous mènerons au pied des croix Les errants, les souffrants, nos frères,
Par amour, nous joindrons leurs doigts Pour une commune prière.
Aux vagabonds nous prêcherons Le Dieu qui donna l’espérance.
Ils nous suivrons en criant : « Montjoie ! » Sur les routes de France.
 
5. S’il faut verser tout notre sang Pour sceller tant de croix rustiques,
Nous saurons le faire en chantant, Vrais fils de martyrs héroïques.
Nous acclamons pour seuls Patrons Les forts dont servit la souffrance,
Et nous mourrons en criant : « Montjoie ! » Pour le Christ et la France.

 

 

 

1. Ô Saint Michel, patron des paras

Trempe nos cœurs de hardiesse

x1pvbu1psflf-mf-jd4awlk21akh40-0fsv5jct5ixgiw2dnd83ufl-84c7.jpgConduis nos pas joyeux

Pour le devoir tout près de Dieu

Guide-nous dans les durs sentiers

Et garde nous de nos détresses

O  Michel, patron des paras

Trempe nos cœurs de hardiesse.

 

 

 

2. O Michel, Ange chevalier

Lave nos cœurs dans l'onde pure

Fais-nous loyaux et droits

Et valeureux en tes tournois

Pour servir fais nous être prêt

Et défends-nous de tout parjure,

O Michel, Ange chevalier

Lave nos cœurs dans l'onde pure.

 

 

 

3. O Michel, Ange des guerriers

Arme nos cœurs de sainte audace

Ta main vengea les cieux

Arrache nous aux camps peureux

Laisse nous résolus et fiers

Sangle nos chairs dans les cuirasses

O Michel, Ange des guerriers

Arme nos cœurs de sainte audace.

 
      

 

1. Voyez, ô Notre-Dame,
Vos scouts sont devant vous,
IIs viennent vous prier, Gratia plena,
Vous les écouterez, Mater alma.

2. Ils voudraient que leur âme
Fût toujours belle pour vous
Et leur vie à vos yeux, Gratia plena,
Comme un reflet de Dieu, Mater alma.

3. O vous, l’amour immense,
Rendez leur cœur plus grand
Et d’amour débordant, Gratia plena,
Puis élevez-le vers nous, Mater alma.

4. Prenez les Scouts de France
Dans vos bras grands ouverts,
Pendant les durs hivers, gratia Plena,
Bercez-les sur vos genoux, Mater alma.

5. Accordez-leur la grâce
D’être prêt maintenant,
Pour, leur service achevé, Gratia plena,
Aimer éternellement, Mater alma.

R. Notre Dame, Mont-joie ! (bis),

Mont-joie ! (bis)

 

 

1. Calvaire saint, croix du chemin,


Que le cri des scouts de France


Tende vers toi nos cœurs chrétiens;


Vers toi, l’unique espérance.

 

2. Vallon riant, lointain fuyant,


Que le cri des scouts de France


Porte aux échos, lance à tous vents


Notre appel à la vaillance.

1. Maridon la dondaine, elle était amoureuse,

D'un jeune garçon de coeur qui portait une robe blanche

D'un jeune garçon de coeur qui portait une chemise à fleurs

Courant dans la prairie, Marie qu'elle était belle,

Les garçons l'appelaient Marie la belle en robe blanche

Les garçons l'appelaient Marie la belle fleur de dentelle

 

2. Que nénit disait elle le seul homme de mon coeur

Est celui qui est là assis au milieu de l'église

Est celui qui est là vêtu d'une chemise à fleurs

En revenant chez elle, elle parla à son père

De ce bel homme en blanc qui portait une croix sur son coeur

De ce bel homme en blanc devenu l'élu de son coeur

 

3. Depuis tous les samedis, elle va à la confesse

Pour voir ce beau jeune homme qui est revêtu d'une chemise

Parler de ses amours à un amoureux de l'Eglise

Depuis cette aventure Maridon la Dondaine

Se donna au Bon Dieu en entrant au couvent de Rennes

Soeur Marie la Dondaine c'était son nouveau nom de scène

 


Chanson évoquant les événements de Vendée et plus généralement les différents soulèvements qui eurent lieu en France au début de l'anticléricale révolution française…

 
 
 
 
1. Monsieur d'Charette a dit à ceux d'Anc'nis : (bis)
« Mes amis,
Le Roi va ramener la fleur de lys. »
 
 

R. Prends ton fusil, Grégoire,
Prends ta gourde pour boire,
Prends ta Vierge d'ivoire ;
Nos messieurs sont partis
Pour chasser la perdrix. (Final : Pour délivrer Paris)
 
 

2. Monsieur d'Charette a dit à ceux d'Louroux : (bis)
« Mes bijoux,
Pour mieux tirer, mettez-vous à genoux. »
 
3. Monsieur d'Charette a dit à ceux d'Montfort : (bis)
« Frappez fort,
Le drapeau blanc défend contre la mort ! »
 
4. Monsieur d'Charette a dit à ceux d'Clisson : (bis)
« Le canon,
Fait mieux danser que le son du violon ! »
 
5. Monsieur d'Charette a dit à ceux d'Conflans : (bis)
« Mes enfants,
Ralliez-vous à mon panache blanc... »
 
6. Monsieur d'Charette a mis sa plume au vent : (bis)
« En avant !
On parlera longtemps des vieux Chouans ! »

 

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







 

 

 

 

Intentions de prières

 

Actualité du livre

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg