Dr. Frank Rosenbloom
 


Cindy Brunk : I regret my abortion
 

journalisteobsede.jpeg






QUESTION : En tant que médecin catholique, vivant de ma foi, m'est-il permis sans faute grave de prescrire la "pilule" à but de contraception ? La plupart des médecins gynécologues et généralistes sont confrontés à cette demande de façon quotidienne. L'esprit contraceptif est le lit de l'avortement. Que devons-nous faire ?

 

 

Mgr Rey (Evêque de Fréjus-Toulon) : Dans les situations où l’exercice de notre profession nous place en difficulté avec nos convictions chrétiennes sur les points essentiels, en particulier le respect de la vie et de l’anthropologie chrétienne, nous devons appliquer le principe de l’objection de conscience. Il est reconnu par la loi civile. Il souligne que la société ne peut pas peser sur la liberté de conscience de chacun. La notion d’objection de conscience prend toute sa légitimité lorsque le citoyen ou le professionnel est confronté au divorce entre la loi civile et la morale chrétienne. Ce qui est légal n’est pas toujours moral. Dans un passé récent, nous savons bien que l’idéologie nazie s’est imposée par la voix des urnes. On peut même dire que contrairement au système tyrannique et totalitaire, le régime démocratique révèle sa grandeur lorsqu’il reconnaît le droit à l’objection de conscience, c’est-à-dire lorsqu’il reconnaît que les lois sociales ne peuvent en aucun cas violer la conscience individuelle. La recherche scientifique n’a pas tous les droits. Les hommes politiques ne peuvent décider de tout. On ne peut s’en remettre aux seuls médias pour se forger une opinion personnelle. On ne peut se prévaloir de critères économiques ou financiers pour justifier ou tolérer « l’intolérable ».

 

Le Forum Catholique

Extrait d’une homélie de Mgr Javier Martinez, évêque de Grenade (Espagne)

 



Vidéo originale : (…) Peu d'images de l'histoire sont plus tristes que celle qui nous a été offerte par nos parlementaires applaudissant ce qui a fini par se transformer en droit : tuer des enfants dans le sein de leur mère. Et on ose appeler cela un progrès ? On promulgue une loi qui va mettre des milliers de professionnels (médecins, infirmières...), surtout eux, dans des situations très voisines de celles que durent affronter les médecins ou les soldats sous le régime de Hitler ou de Staline, ou dans n'importe laquelle de ces dictatures qui existèrent au XXe siècle et qui ont réellement établi la légalité d'autres crimes, moins répugnants que le crime de l'avortement. (…) Chers frères, le monde est dans les ténèbres (...) Ce permis de tuer n'est qu'un premier pas vers la perte de la liberté dans notre société, le premier pas - gravissime - annonçant que nous sommes déjà dans une nouvelle et épouvantable dictature - épouvantable ! - et que la liberté est une parole creuse, puisque l'Etat a le pouvoir de décider pour quoi nous sommes libres et pour quoi non, de décider qui a le droit de vivre et qui non, ce qui doit se trouver dans nos consciences, comment il faut appeler les choses, comment doivent être nos relations humaines, y compris les plus intimes, ce qui est et ce qui n'est pas un mariage. (…) C'est l'humanité qui régresse avec ce génocide silencieux auquel nous sommes conviés, et qu'aujourd'hui on promeut, un génocide imposé à certains professionnels comme s'il s'agissait d'une obligation - je le répète, le même type d'obligation que celle imposée aux officiers dans les camps de concentration d'Auschwitz et Buchenwald et contre laquelle ils ne pouvaient se rebeller parce que les ordres venaient d'en haut (...).

 

 

Jeanne Smits

 

Lors d’un discours donné en avril 2008 devant l’Institut pontifical Jean-Paul II pour la famille, le pape Benoît XVI avait évoqué la « conspiration du silence » qui enveloppe « le drame de l’avortement » et « ses conséquences dévastatrices dans la famille et la société, notamment par la mentalité matérialiste de mépris de la vie qu’il entretient ». (…) Il n’est plus possible d’ignorer que les jeunes générations de professionnels de santé s’abritent de plus en plus derrière leur clause de conscience. Les jeunes médecins n’en font plus un principe idéologique militant comme certains de leurs aînés et savent parfaitement de par leurs études que pratiquer une IVG revient à infliger la mort à un enfant qui aurait dû naître. (…) L’objection de conscience est (…) devenue la nouvelle bête noire des plannings familiaux européens qui ne décolèrent pas contre l’augmentation sans précédent des soignants objecteurs dans plusieurs États européens comme l’Italie ou l’Espagne. Le danger d’une remise en question du « droit des femmes à disposer de leur corps » est d’ailleurs le prétexte que plusieurs parlementaires ont déniché pour déposer devant le Conseil de l’Europe une proposition de résolution visant à « exclure le droit à l’objection de conscience dans un cadre institutionnel en interdisant l’ensemble des cliniques et des hôpitaux publics à l’invoquer » (...).

 

 

→ Article à lire en son intégralité sur le site de La Nef

figure20.jpegfigure21

Mexico est devenue la première ville de l’Amérique Latine à légaliser les mariages homosexuels. La législation approuvée la veille de Noël va bien au-delà de celle de 2006, qui permettait les unions civiles entre couples du même sexe, accordant à ces derniers les mêmes bienfaits financiers qu’aux couples hétérosexuels. Avec le vote favorable du parlement, les couples homosexuels auront aussi la possibilité d’adopter des enfants. Devant le débat qui s’est ouvert au Mexique sur la reconnaissance des unions homosexuelles au même rang que le mariage, la Conférence épiscopale du Mexique a élevé la voix pour défendre le vrai mariage, entre un homme et une femme. Le Secrétaire général de l’épiscopat, Mgr Victor Rene Rodriguez, a affirmé que les évêques exprimaient leur soutien à l’Archevêque de Mexico, le Cardinal Norberto Rivera, et à « toute initiative que l’Archidiocèse de Mexico entreprendrait en lien avec ce thème, cause de polémiques dans la société et à l’intérieur de la famille ». L’institution de la famille est en effet responsable de la procréation et de présenter aux enfants un père et une mère, comme référence pour leur éducation et leur développement comme personnes. En ce sens, les évêques de différents états mexicains ont exprimé leur solidarité au Cardinal Rivera Carrera, pour s’être exprimé en défense des principes de la famille et des droits des mineurs. L’Archevêque de Guadalajara, le Cardinal Juan Sandoval Iñiguez, a dit que l’approbation des unions homosexuelles était déplorable. Concernant la possibilité d’adopter des enfants, il a souligné que « c’est la chose la plus absurde, car elle compromet gravement l’enfant adopté, car elle déforme totalement sa capacité d’identité ». L’Archidiocèse de Mexico a dénoncé publiquement les violentes critiques reçues de différents secteurs anti-catholiques pour avoir défendu la famille : « les insultes et les accusations contre l’Eglise catholique et ses ministres se sont multipliées pendant ces jours, non seulement de la part de certains hommes politiques du District fédéral, mais aussi parmi de nombreux analystes et commentateurs des médias, qui ont exprimé le degré d’intolérance auquel nous sommes arrivés au Mexique ».

En cette période de la paix de Noël, il faut hélas déplorer une nouvelle guerre terrible et insidieuse se déclarant contre le catholicisme, voire toute la chrétienté. L'idéologie du GENDER considère l'orientation sexuelle vers la féminité et la masculinité comme issue d'une culture judéo-chrétienne contraire à l'égalité. Il faut que tous les citoyens soient libres de s'orienter dans le sens désiré, et de choisir leur propre identité sexuelle. Ce qui va à l'encontre des plus élémentaires notions, à la fois génétiques, anatomiques, physiologiques, psychologiques, mentales et sociales. La promotion de l'homosexualité procède de l'idéologie du GENDER. En France, on a vu avant Noël des manifestants protester  avec violence contre la vente de poupées à des petites filles et de voitures aux petits garçons. Anecdotique ?

 

 

La Grande-Bretagne est à la pointe de cette idéologie. Pas une offre d'emploi ne faisant référence au GENDER. Un pasteur est en prison pour avoir dénoncé en chaire l'homosexualité. En 2007, les œuvres catholiques d'adoption, obligées par la loi à placer des enfants chez des couples homosexuels ont pour les deux tiers fermé leurs portes, le troisième tiers retirant le nom de catholique de leur appellation. Mais surtout, il a été créé un « Ministère de l'Egalité » confié à une dénommée Harriet Harman. Celle-ci vient d'annoncer un projet de loi sur « l'égalité des genres ». Il en résulterait que quiconque s'opposerait à ce que les prêtres soient mariés, homosexuels, concubinaires, serait lourdement condamné. Les clôtures des moines et des moniales sauteraient au nom de la discrimination liée au sexe. Ce qui ferait entrer l'Eglise catholique d'Angleterre en une guerre frontale avec l'Etat lui-même. L'épiscopat anglais, s'il s'opposait à cette loi au nom de la liberté de conscience et d'exercice de la religion, annonce qu'un « torrent » d'amendes diverses aboutira rapidement à la séquestration des biens de l'Eglise et à l'emprisonnement de ses représentants. Les évêques ont déclaré que ce clash visait une éradication délibérée du catholicisme dans le pays notamment par la suppression de la messe en public, la laïcisation des écoles catholiques par l'évacuation de l'enseignement religieux et de tous les  symboles catholiques, notamment des crucifix. Assertion démentie par le gouvernement ; lequel précise que les prêtres refusant d'appliquer le projet de loi ne seraient pas poursuivis à la condition suivante : plus de 51 % de leur activité doit être réservé au culte et aux prêches... Ce qui est évidemment strictement illusoire précisent les évêques. Un amendement au projet de loi visant à protéger l'Eglise vient d'être repoussée par 314 voix contre 170. Le roi Henri VIII d'Angleterre faisait écarteler les prêtres catholiques. Celui de M. Gordon Brown les condamnera à l'exil. (Info Catholic Herald 11 et 25 décembre 2009) (...).

 

Dr Jean-Pierre DICKES, Président de l'ACIMPS

Pour la troisième année consécutive (cf : 2007 et 2008), l’Église catholique espagnole a organisé dimanche 27 décembre 2009 à Madrid un rassemblement monstre (700.000 personnes) - bien évidemment complètement occulté des médias francophones - en défense de l'Evangile de la vie, au premier rang duquel figure la famille et le mariage naturel composé d’un homme et d’une femme. Cette année, ce rassemblement a pris la forme d’un avertissement particulier au gouvernement socialiste qui s’apprête à prendre la Présidence tournante de l’Union européenne pour une période de six mois (1er janvier au 30 juin 2010) :

 

 cw.jpg


« Le futur de l’Europe, son futur moral, spirituel et même biologique passe par la famille, par vous autres, chères familles chrétiennes »
, a proclamé hier le cardinal-archevêque madrilène Mgr Rouco Varela dans une homélie prononcée lors de la messe pour la défense de la famille devant des dizaines de milliers de personnes sur la place de Lima. Le rassemblement comportait la présence très visible de délégations venues d’autres pays européens : 14 évêques européens siégeaient aux côtés des 40 évêques espagnols (10 cardinaux, 1 200 prêtres) et des groupes dans le public agitaient des drapeaux français, hollandais, polonais, italiens, tchèques, portugais et hongrois… Mgr Rouco a encore estimé dans son homélie que la situation de la famille traditionnelle en Europe « se dégrade » à cause du mariage des couples homosexuels, de l’avortement (« on ne peut jamais justifier le meurtre d'un innocent »), de l’euthanasie et du divorce, que sa facilité « assimile à la répudiation ». Sans la famille chrétienne, « l’Europe se retrouverait pratiquement sans enfants, soit sans vie future ». Sa Sainteté le Pape Benoît XVI a bien sûr manifesté son soutien enthousiaste à cette grand-messe en s’exprimant par connexion vidéo en direct de Rome sur écran géant. Le souverain pontife a parlé de « l’importance suprême pour le présent et l’avenir de l’humanité » de « la famille fondée sur le mariage entre un homme et une femme ».

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







 

 

 

 

Intentions de prières

 

Actualité du livre

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg