A Fatima comme à Lourdes, la Très Sainte Vierge Marie nous recommande instamment la pénitence et la récitation quotidienne du Rosaire pour sauver les âmes des pauvres pécheurs de l'Enfer éternel. Soeur Lucie raconte : « Elle ouvrit de nouveau les mains comme lors des deux mois passés. Le reflet parut pénétrer la terre et nous vîmes quelque chose comme une mer de feu. Plongés dans ce feu, les démons et les âmes ressemblaient à des braises transparentes, noires ou bronzées, ayant forme humaine, qui flottaient dans le brasier, portées par les flammes qui sortaient d'elles, avec des nuages de fumée tombant de tous côtés, ressemblant à la chute des étincelles dans les grands incendies, sans poids ni équilibre, au milieu de cris et de gémissements de douleur et de désespoir, qui horrifiaient et faisaient trembler d'effroi. Les démons se distinguaient par des formes horribles et dégoûtantes, d'animaux effrayants et inconnus, mais transparents comme des braises de charbons noirs. Cette vision dura un moment, grâce à notre Bonne Mère du Ciel qui auparavant nous avait prévenus, nous promettant de nous emmener au Ciel. Autrement, je crois que nous serions morts d'épouvante et de peur » (Apparition du 13 juillet 1917).
 
 
 
 
 
« Priez, priez beaucoup et faites des sacrifices pour les pécheurs,
car 
beaucoup d'âmes vont en Enfer parce qu'elles n'ont personne
qui se sacrifie et prie pour elles
 » (Notre-Dame de Fatima, le 19 août 1917)

 
 
*** Mémoire facultative ce 13 mai pour l'Eglise Universelle
*** Fête propre pour le Portugal et pour Malte ce 13 mai
*** Mémoire facultative le 15 mai pour la Grèce

 
 
 

Aujourd'hui, « notre Sauveur est monté au Ciel : ne nous troublons donc pas sur la terre. Que notre esprit soit là où Il est, et ici sera le repos. Montons de cœur avec le Christ, en attendant que, son jour promis étant venu, nous le suivions aussi de corps. Cependant, il faut bien savoir que ni l'orgueil, ni l'avarice, ni la luxure ne montent avec notre médecin. Et c'est pourquoi, si nous nous voulons suivre le médecin dans Son Ascension, nous devons déposer le fardeau de nos vices et de nos péchés. Ils nous chargent tous, pour ainsi dire, de chaînes, ils s’efforcent de nous retenir captifs dans les filets de nos fautes... Montons avec Lui et tenons en haut nos cœurs, attachés au Seigneur. La Résurrection du Seigneur est notre espérance, l’Ascension du Seigneur, notre glorification. Si donc nous célébrons l’Ascension du Seigneur avec droiture, avec fidélité, avec dévotion, avec sainteté et avec piété, montons avec Lui et tenons en haut nos cœurs » (Saint Augustin, extrait de son "sermon 2" pour la fête de l’Ascension). Confiteor + Kyriale VIII (De Angelis) + Credo III

 
 
 

 



« Hommes de Galilée, pourquoi regardez-vous au ciel avec tant d'étonnement ?
Alleluia ! En la manière dont vous l'avez vu monter au ciel, ainsi Il reviendra,
Alleluia ! Alleluia ! Alleluia ! » (Introït de la Messe du jour)


 


 

« Aujourd’hui, bien-aimés, s’achèvent les jours de la sainte quarantaine qui ont suivi la Bienheureuse et Glorieuse Résurrection de Notre Seigneur Jésus-Christ quand il releva le troisième jour par la puissance divine, le vrai temple de Dieu que l’impiété judaïque avait détruit. Cette période, établie par une économie très sacrée, a servi utilement à notre instruction, car, en prolongeant durant tout ce temps sa présence corporelle, le Seigneur donnait ainsi les preuves nécessaires à la foi en Sa Résurrection. La mort du Christ, en effet, avait profondément troublé le cœur des disciples. Leurs esprits étaient appesantis de tristesse par le supplice de la croix, le dernier soupir, et la mise au tombeau du corps inanimé. Une sorte de torpeur née du manque de foi s’était insinuée en eux. Aussi les très saints Apôtres et tous les disciples que la mort sur la croix avait rendu tremblants et qui avaient hésité à croire à la Résurrection, furent à ce point fortifiés par l’évidence de la vérité qu’ils ne furent affectés d’aucune tristesse, lorsque le Seigneur partit pour les hauteurs des cieux, mais qu’ils furent même remplis d’une grande joie. Grande et ineffable était en vérité la cause de leur joie ! En présence d’une sainte multitude, la nature humaine accédait à une dignité plus haute que celle des créatures célestes. Elle allait dépasser les chœurs angéliques et s’élever au-delà de la sublimité des archanges, elle ne trouverait à aucun niveau, si haut fût-il, la mesure de son exaltation jusqu’à ce que, admise à siéger près du Père éternel, elle soit associée sur le trône à la gloire de Celui qui l’avait unie dans son Fils à sa propre nature. L’Ascension du Christ est donc notre propre élévation et là où a précédé la gloire de la tête, là aussi est appelée l’espérance du corps. Laissons éclater notre joie comme il convient, bien-aimés, et réjouissons-nous dans une sainte action de grâces. Aujourd’hui, en effet, non seulement nous sommes confirmés dans la possession du paradis, mais, en la personne du Christ, nous avons même pénétré les hauteurs des cieux; par la grâce ineffable du Christ, nous avons obtenu plus que nous n’avions perdu par la haine du diable. Car les hommes qu’un ennemi venimeux a exclu du bonheur de leur premier séjour, le Fils de Dieu se les est incorporés pour les placer ensuite à la droite du Père avec lequel il vit et règne, dans l’unité du Saint-Esprit, car il est Dieu pour les siècles des siècles. Amen ».
 

Sermon de Saint Léon, pape (Sermon 73, 1° sur l’Ascension, nn. 1 et 4: PL 54, 394-395 et CCL 138, 450. 453-454)

 

 

 

• TEXTES LITURGIQUES (IN ASCENSIONE DOMINI - AD MISSAM IN DIE)

 

- Actes 1, 1-11 : L'Ascension de Notre Seigneur Jésus-Christ

- Psaume 47, 2 : Dieu monte parmi l'acclamation

- Éphésiens 1, 17-23 : Domination universelle du Christ

ou Éphésiens 4, 1-13 : (ANNÉE B exclusivement)

ou - Hébreux 9, 24-28 ; 10, 19-23 : (ANNÉE C exclusivement)

- ANNÉE A - Matthieu 28, 16-20 : Allez vers toutes les nations

- ANNÉE B - Marc 16, 15-20 : Jésus donne ses dernières consignes aux Apôtres

- ANNÉE C - Luc 24, 46-53 : Les dernières paroles et l'Ascension de Jésus

 

 

 

 

Introït de la Messe : "Viri Galilæi"
 

    

Alleluia de la Messe : "Ascéndit Deus"
 

    

Alleluia de la Messe : "Dominus in Sina"
 

    

     

 

 


 

Liens (Pères de l'Église) : Sermons de Saint Bernard de Clairvaux sur l'Ascension du Seigneur (1) + (2) + (3) + (4) + (5) + Sermons de Saint Augustin sur l'Ascension du Seigneur (CCLXI) + (CCLXII) + (CCLXIII) + (CCLXIV) + (CCLXV) + (40ème) + (41ème) + « Le but de votre vie est en haut, et non pas sur la terre » (Saint Augustin) + « En transportant la nature humaine dans les cieux, il a montré que le ciel peut s’ouvrir aux croyants » (Saint Augustin) + « Entraînez-nous après vous; nous courrons à l’odeur de vos parfums » (Cantique des cantiques 1, 3) + Homélie de Saint Jean Chrysostome sur l'Ascension

 

 

Liens (divers) : Neuvaine à faire entre l'Ascension et la Pentecôte + Aeterne Rex, altissime (à Matines, 1962) + Iesu, nostra redémptio (à Laudes et à Vêpres, 1962) + Optátus votis ómnium Sacrátus illúxit dies (à Laudes, 1971) + Jésus est monté aux cieux, Il siège à la droite de Dieu, le Père Tout-Puissant (CEC N° 659-667) + Messe et Commentaires Liturgiques (forme extraordinaire) + L'Ascension, le dogme nié (débat théologique autour de certaines théories exégétiques modernes) + Articles librement consultables sur l'Ascension (Revue Résurrection, N°126-127) + Parabole d'un curé de campagne (abbé Pierre Trevet) sur l'Ascension + L'Ascension, par Pius Parsch

• Textes liturgiques (In Ascensione Domini - Ad Missam in Vigilia)

 

- Actes 17, 15. 22-34 à 18, 1 : Saint Paul à l'Aréopage

- Psaume 149, 1 : Le Ciel et la terre sont remplis de Ta Gloire

- Jean 16, 12-15 : L'Esprit vous guidera vers la Vérité tout entière

 

 

Introït de la Messe : "Regna terrae"

-

-

-

En ce 6ème Dimanche de Pâques, Notre Seigneur-Jésus est prêt à partir pour le Ciel (Ascension). L'Évangile de la Liturgie nous rappelle ses dernières recommandations et nous invite à ne pas être « bouleversés et effrayés » (Année C). Avant Son Divin départ, l'Église nous invite à Lui confier par la prière et les sacrifices nos besoins temporels pour qu'Il les présente à Son Père Céleste. Par les Rogations, nous Lui demanderons plus particulièrement des moissons abondantes, mais aussi, que la nature soit sainement respectée car elle est l'œuvre du Bon Dieu. Cette tradition liturgique, introduite par St Mamert en l'année 470 dans la vallée du Rhône, a été étendue à toute la Gaule  lors du 1er Concile d'Orléans.  Même si ce n'est plus une "obligation", on observera traditionnellement pendant les Rogations (c'est-à-dire le lundi, le mardi et le mercredi de cette semaine) l'abstinence pour se préparer à la célébration de l'Ascension du Seigneur. Dans les campagnes, les prêtres béniront les champs et les cultures. Vidi aquam + Kyriale I (Lux et origo) + Credo III

 

 



rogations-clocher.jpg

 

Dieu Tout-Puissant, qui avez béni la terre en la rendant fertile et productive de tout ce qui est

nécessaire à la vie humaine, et qui avez commandé de travailler paisiblement et de manger

notre propre pain, bénissez les travaux du laboureur, et accordez nous un temps favorable

pour que nous puissions recueillir les fruits de la terre, et ainsi nous réjouir de Votre Bonté,

à la louange de Votre Saint Nom. Par Jésus-Christ Notre Seigneur. Ainsi soit-il.

 

 

 

 

 

• ANNÉE A - TEXTES LITURGIQUES (HEBDOMADA SEXTA PASCHÆ DOMINICA)

 

- Actes 8, 5-17 : Évangélisation de la Samarie

- Psaume 66, 1 : Terre entière, acclame Dieu, chante le Seigneur

- 1 Pierre 3, 15-18 : Soyez les témoins de notre espérance au milieu des hommes

- Jean 14, 15-21 : Je ne vous laisserai pas orphelins

 

• ANNÉE B - TEXTES LITURGIQUES (HEBDOMADA SEXTA PASCHÆ DOMINICA)

 

- Actes 10, 25-26 ; 34-35 ; 44-48 : Les premiers païens baptisés

- Psaume 98, 1 : Dieu révèle Sa Puissance à toutes les nations

- 1 Jean 4, 7-10 : Tous ceux qui aiment sont des enfants de Dieu

- Jean 15, 9-17 : Aimez-vous les uns les autres comme Je vous ai aimés

 

• ANNÉE C - TEXTES LITURGIQUES (HEBDOMADA SEXTA PASCHÆ DOMINICA)

 

- Actes 15,1-2 ; 22-29 : L'Église décide d'accueillir les païens

- Psaume 67, 2 : Dieu, que les peuples t'acclament !

- Apocalypse 21, 10-14 ; 22-23 : L'Agneau est la lumière du peuple de Dieu

- Jean 14, 23-29 : La promesse de la venue de l'Esprit

 

  

 

 

Introït de la Messe : "Vocem iucunditátis"
 

   

  

 

*** Selon les coutumes locales, le Cæremoniale Episcoporum (§383) demande aux évêques

à ce que la Liturgie des Rogations, parfois appelée "Litanies Mineures", soit observée

 

 

 

• TEXTES LITURGIQUES (Ss. NEREI ET ACHILLEI, MARTYRUM)

 

- 2 Timothée 1, 13 à 2, 3 : Prends ta part de souffrance comme un bon soldat

- Psaume 124, 2 : Notre secours est dans le nom du Seigneur

- Matthieu 10, 28-33 : Proclamer ouvertement et sans crainte l'Evangile

 

• TEXTES LITURGIQUES (S. PANCRATII, MARTYRIS)

 

- Apocalypse 19, 1-9 : Les Noces de l'Agneau

- Psaume 31, 3 : Entre tes mains, je remets mon esprit

- Luc 21, 12-19 : Vous serez haïs à cause de mon Nom

La statue, couronnée par le nonce apostolique le 9 mai 1860 avec l'aval de Pie IX, se trouve au Collège jésuite Sainte Barbe (rue Savaanstraat à Gent, Belgique néerlandophone)En 1892, les jésuites du lieu ont obtenu de Rome que la fête soit célébrée le 9 mai chez eux (calendrier propre). Il y a normalement une Neuvaine à faire entre le 1er et le 9 mai en l'honneur de Notre-Dame de Flandres. Site officiel de "Onze-Lieve-Vrouw van Vlaanderen"

 

 

notre-dame-des-flandres.jpg

drapeau-argentine *** Solennité propre à l'Argentine

Un riche habitant de Siponte avait ses troupeaux sur les flancs du Mont-Gargano (San-Angelo). Un jour, se dérobant à l'œil des bouviers, un taureau disparut. Après bien des recherches, on le retrouva enfin sur la cime la plus escarpée de la montagne, à l'entrée d'une grotte, et les cornes embarrassées dans de fortes lianes. Furieux contre les obstacles qui le retenaient sur place, l'animal se débattait si violemment que personne ne put l'approcher. Alors on lança vers lui une flèche. Mais, chose étrange, cette flèche se retourna à mi-chemin de sa course, et alla frapper celui qui l'avait tirée. Ce fait extraordinaire remplit d'une telle crainte les bouviers, qu'ils s'éloignèrent immédiatement de la grotte. Cet évènement émut la ville de Siponte, et l'évêque ordonna des prières publiques. Trois jours après (le 8 mai 492), Saint Michel apparut au prélat et lui dit : « Je suis l'archange Michel, un de ceux qui se tiennent sans cesse devant le Seigneur. J'ai choisi ce lieu pour être vénéré sur la terre ; j'en serai le protecteur à jamais. » L'évêque et les habitants se rendirent processionnellement jusqu'à la grotte du mont Gargano, et prièrent en l'honneur de l'Archange. A quelque temps de là, Siponte vit ses ennemis dévaster ses campagnes et menacer la ville. La bataille s'engagea, et Siponte paraissait vaincue, quand, tout à coup, une formidable secousse ébranla le mont Gargano ; de son sommet, couvert d'une noire vapeur, jaillirent des éclairs et des foudres qui portèrent la terreur et la mort dans le camp ennemi. Triomphante par le secours miraculeux de Saint Michel, la ville de Siponte se montra reconnaissante à son puissant protecteur. Elle exécuta aussitôt des travaux gigantesques, afin de pouvoir accéder plus facilement sur le Mont-Gargano, et sur la grotte naturelle qu'elle fit revêtir intérieurement de marbres précieux, elle bâtit une belle église dont la dédicace solennelle eut lieu le 29 septembre 522, fête des Saints Archanges. Cette église est depuis le rendez-vous de nombreux pèlerinages, et de grands miracles s'y sont opérés par la puissante intercession de Saint Michel.

 

De ce promontoire, comme d'une forteresse d'où il protège l'Eglise, le Prince des milices angéliques semble dire à l'univers entier : le Sauveur Jésus, mon maître, est Roi des rois et Seigneur des seigneurs ; son Eglise a seule le pouvoir d'éclairer les intelligences, de gouverner les volontés et de sauver les âmes. Là encore, comme sur le Mont Saint-Michel, s'élevant au-dessus de la terre et de l'océan, il répète cette parole qui foudroya Lucifer : Quis ut Deus ? Qui est semblable à Dieu ? Glorieux Archange, vous que nos rois ont autrefois proclamé patron de la France, protégez-nous contre tous nos ennemis. Protégez toujours l'Eglise et la France !

 

 

*** Cette fête a été supprimée par la réforme liturgique du Bienheureux Pape Jean XXIII

Elle n'existe donc plus "officiellement" dans le calendrier liturgique depuis 1960

Confiteor Kyriale IV (cunctipotens genitor Deus)

 

• TEXTES LITURGIQUES (SS. PHILIPPI ET IACOBI, APOSTOLORUM)

 

- 1 Corinthiens 15, 1-8 : Apparition à Jacques du Seigneur

- Psaume 19, 2 : Les cieux racontent la gloire de Dieu

- Jean 14, 6-14 : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie »

 

*** Fête le 4 mai pour le calendrier propre au Chili

• TEXTES LITURGIQUES (SANCTI ATHANASII, EPISCOPI ET ECCLESIAE DOCTORIS)

 

- 1 Jean 5, 1-5 : Nous aimons les enfants de Dieu

- Psaume 37, 3 : Compte sur le Seigneur et agis bien

- Matthieu 10, 22-25 : Vous serez hais de tous à cause de mon Nom

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







 

 

 

 

Intentions de prières

 

Actualité du livre

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg