ouellet-copie-1.jpgDans une allocution (A LIRE INTEGRALEMENT - PDF) prononcée dimanche dernier à Montréal, le Cardinal Marc Ouellet dénonce avec force la décriminalisation de l'euthanasie et de l'avortement massif. « L’Occident chrétien risque de renier le fondement de la civilisation dont nous sommes héritiers […] Après l’amère expérience des totalitarismes du XXe siècle, nous glissons vers une dictature du relativisme, ce qui signifie en dernière analyse la manipulation des droits humains et l’imposition d’une pensée unique, politiquement correcte, avec l’appui du pouvoir médiatique. Ce diagnostic peut sembler alarmant, mais quand on voit évoluer l’Occident vers une « culture de mort » de plus en plus envahissante, on ne peut s’empêcher de tirer la sonnette d’alarme. Avortements massifs, suicides décuplés, euthanasie en progression géométrique, foyers détruits, couples éphémères, conjoints non-mariés, enfants non désirés ou instrumentalisés, techniques raffinées d’eugénisme et de régulation des naissances, manipulations génétiques, etc., etc. Tous ces faits mettent en évidence le désarroi d’une humanité déboussolée et aspirée par le néant ». Face à la Fédération canadienne des sociétés de médecins catholiques (FCSMC), ce dernier a décrié le concept émergent de la dignité de la personne. Le débat en cours au Québec, où la vie ne serait plus digne d'être vécue à un certain degré de souffrance, est réducteur et dangereux. Par conséquent, toute personne qui voudrait en finir plus rapidement avec l'appui de ses proches et un support médical adéquat fait fausse route. Cette perception ne tient pas compte de la loi profonde du respect de la vie, dit-il. « Le respect de la vie à toutes les phases de son développement apparaît comme le principe et le fondement de l'ordre moral de la société. [...] Le Créateur de l'homme est l'unique maître de la vie. Agir autrement sans égard pour l'ordre établi par Dieu introduit un désordre aux conséquences graves et imprévisibles, comme il appert déjà de la décriminalisation de l'avortement et de l'euthanasie dans certains pays occidentaux » [...] « Là où la personne humaine n’est plus respectée dans sa dignité ontologique, c'est-à-dire dans son être même indépendamment de sa race, de sa couleur, de son statut social, de son état de santé, de son sexe, de sa dimension microscopique de zygote, la porte est ouverte à tous les abus, à toutes les manipulations. Le rempart de la vie civilisée est abattu et la démocratie elle-même est menacée. […] Dans une société où on abhorre la discrimination sous toutes ses formes, on instaure la discrimination à l’égard des êtres les plus faibles, les plus incapables de se défendre. Et pour se donner bonne conscience, on argumente le déni de la dignité de personne qui mettrait à l’abri ces êtres fragiles. On les réduit au niveau d’une excroissance organique à éliminer, s’il faut assurer la santé de la mère qui se sent agressée, menacée ou simplement, en certains cas, importunée dans son plan de carrière. Non seulement cet être humain est incapable de se défendre, mais on prive ceux et celles qui voudraient le défendre des moyens légaux pour le faire. En d’autres termes, on érige l’iniquité en système et on façonne l’opinion publique à grand renfort de pression médiatique avec la valeur suprême de l’affirmation de soi et de la liberté de choix, sans égard pour la dignité de la personne humaine ».

 

En exposant ainsi la conception de l'être humain, Mgr Marc Ouellet réclame des soins palliatifs de qualité au lieu d'éliminer les patients qui souffrent, « car ils peuvent continuer à grandir jusque dans l'extrême faiblesse ». Son diagnostic évoque également d'autres sujets comme la hausse des suicides, les foyers détruits ou les conjoints non-mariés. « L'Église catholique rappelle à notre époque [son message] contre les courants destructeurs. [...] Ces courants imposent des valeurs particulières (autonomie absolue de la femme, élimination de la souffrance, contrôle de la population, expériences scientifiques, manipulations génétiques, etc.), mais au détriment du bien commun de tous les humains et de chaque personne humaine ». Le cardinal Ouellet termine en affirmant que la tendance actuelle sera difficile à renverser. Il critique aussi l'opposition médiatique qui « se déchaîne périodiquement contre l'autorité morale et doctrinale » du Pape Benoît XVI. « Soyons fiers de lutter avec lui au service de la vérité, pour le respect de chaque personne humaine et pour le bien commun de l'humanité ».

commentaires

Simon 04/05/2010 17:45



Des hommes d'Église éclairés comme Mgr Ouellet et Benoît XVI sont des phares dans une société plongée dans l'obscurité de l'athéisme et du matérialisme.



Admin 04/05/2010 21:48



Nous sommes d'accord cher Simon. C'est pour cela que l'Eglise du Christ existe. Comme un phare au milieu de la nuit, l'Eglise ne cesse d'éclairer le monde depuis plus de 2000 ans par la lumière
salvatrice du Christ. Le catholiques sont invités à témoigner de cette lumière de Vérité autour d'eux.



Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg