Sous la responsabilité d'une poignée d'évêques influents mais viscéralement anti-romain et dont la désunion avec le Successeur de Pierre est de plus en plus manifeste, les fidèles de nombreuses paroisses de France sont en train de glisser de la religion catholique à la religion protestante, de passer de l'appartenance à l'Eglise catholique à l'affiliation à des communautés de type évangélique dans lesquelles la foi se résume à quelques bons sentiments et la vie sacramentelle à la pratique d'usages dont le sens n'est que subjectif. C'est évident quand on voit le nombre effarant de célébrations dominicales qui n'ont plus grand-chose à voir avec la liturgie de l'Eglise. C'est évident quand on voit le nombre de prêtres qui utilisent la célébration "face au peuple" pour instrumentaliser la liturgie comme pour compenser des manques affectifs. C'est évident quand on voit le nombre de grandissant de laïcs nommés pour remplacer les prêtres et ainsi habituer les fidèles à l'idée d'une prochaine abrogation du ministère sacerdotal. C'est évident quand on voit que la tâche principale des évêques consiste désormais à aller d'une réunion à une autre pour créer de nouvelles "structures" à la tête desquelles il faudra nommer des responsables asservis au système et qui passeront le plus clair de leur temps à brasser de l'air. La dernière illustration de ces dysfonctionnements qui conduisent à des situations alarmantes dans des secteurs paroissiaux entiers nous vient du diocèse d'Auch (Gers). Là, une "responsable" dûment nommée par l'Evêque est chargée de former les membres des équipes assurant la célébration des funérailles en cas d'absence de prêtre. Un fidèle qui souhaitait bénéficier de cette formation a entendu "Mme la responsable" annoncer qu' "il est normal de passer des chansons ou de la musique profane dans l'église, car il s'agit de montrer qu'on a de la compassion pour la famille et les amis du défunt." On glisse ainsi de "l'église lieu réservé à la prière de l'Eglise" à l' "église salle d'expression des sentiments humains".

 

Comme partout, au cours de ces funérailles sans prêtre, il y a ce que les "équipes" en place appellent un "rite de la Lumière" et un "rite de la Croix". Les "équipes" ne savent pas qu'un rite ne s'invente pas mais se reçoit. Mais passons : en France, on n'a pas encore compris que le bénévolat et la bonne volonté ne peuvent suppléer au manque de formation solide. A Auch, donc, le simili-rite de la Lumière et le pseudo-rite de la Croix ne suffisent pas : ce n'est pas assez kitsch. Alors "Mme la responsable diocésaine" a suggéré d'ajouter un signe profane : on pourra, par exemple, apporter un rabot si le défunt était menuisier, une louche s'il était cuistot... Un truc en plumes si l'on enterre une ex-danseuse de cabaret ? Enfin, le laïc ou la laïque chargée d' "animer les funérailles" pourra faire une homélie. Exactement comme un pasteur protestant. En France, la fin de l'Eglise catholique semble proche : beaucoup s'emploient d'ailleurs à hâter son achèvement.

 

Pro Liturgia

commentaires

Maillet-Contoz Gisèle 15/06/2013 09:10


Bonjour, je suis membre d'une équipe  funérailles et je viens de lire votre article sur les "dérives" de nos équipes. Nous n'avons pas été lançés dans "la nature" mais avons fait une
formation de plusieurs années avec des prêtres avant de recevoir les familles en deuil. Visiblement, vous et nous ne vivons pas dans le même monde, ni la même église : vous n'êtes peut être pas
au courant mais les églises se vident et les prêtres vieillissent et manquent, en tout cas chez nous. Si rien n'est organisé, plus rien ne fonctionnera et les communautés disparaitront, sauf peut
être les votres, bien ritualisées et fermées. Je vous souhaite le bonjour.

Admin 15/06/2013 09:37



Vous êtes vous déjà posé la question du "pourquoi" les églises se vident ? Je ne critique pas la bonne volonté des laïcs ; que des laïcs fassent vivre une paroisse,
c'est très positif. Par contre, si les laïcs en question - même après une "formation" - font n'importe quoi au niveau liturgique et doctrinal, c'est contre-productif. L'église est un lieu sacré.
Les chansonettes profanes n'ont rien à faire dans l'église. Normalement, si le prêtre est là (et il devrait être là), la messe de Requiem doit ressembler à
ça. Si le prêtre est absent, vous devez appeler - en tant que responsable de l'équipe funéraille - les personnes à prier pour le salut de l'âme du défunt (se
trouvant normalement au Purgatoire), pas à lui rendre un "hommage" profane comme si la personne était déjà canonisée. Idem, des textes qui ne sont pas strictement liturgiques n'ont rien à faire
dans l'église (conte, poême, etc). Ce n'est pas tomber dans un "ritualisme" malsain que de rappeler cela.



Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg