Kyrie (XXème siècle)

Sanctus (XXème siècle)

Agnus Dei (XXème siècle)

 

(Enregistré en l'église St Saturnin -
Cazouls-lès-Béziers, le 07/07/13)

1. Inter ætérnas Súperum corónas, quas sacro partas rétinent agóne, émicas celsis méritis corúscus, o Benedícte.

1. Parmi les Élus dont les couronnes éternelles récompensent les saints combats, de quelle splendeur l’éclat de vos mérites vous entoure, ô Benoît.

 

2. Sancta te compsit púerum senéctus, nil sibi de te rápuit volúptas, áruit mundi tibi flos, ad alta mente leváto.

2. Enfant, la sainteté vous égale aux vieillards; vous ne voulez rien livrer au plaisir; du monde à vos yeux les fleurs sont fanées: votre cœur habite plus haut.

 

3. Hinc fuga lapsus pátriam, paréntes déseris, fervens némorum colónus; édomas carnem, subigísque Christo tortor acérbus.

3. Bientôt, délaissant parents et patrie, vous cultivez avec amour la solitude; vous domptez votre chair, et la soumettez au Christ; vous la châtiez sans pitié.

 

4. Ne diu tutus látebras fovéres, signa te produnt óperum piórum: spárgitur felix céleri per orbem fama volátu.

4. Mais vous jouirez peu de ces calmes retraites, trahi par l’éclat de votre sainte vie: l’heureuse nouvelle à travers le monde d’un vol rapide se répand.

 

5. Glória Patri, genitǽque Proli, et tibi, comprar utriúsque semper Spíritus alme, Deus unus, omni témpore sæcli. Amen.

5. Gloire au Père, au Fils qu’il engendre, gloire éternelle à vous, leur égal à tous deux, Esprit Créateur ô Dieu unique, au cours de tous les siècles. Amen.

1. Láudibus cives résonent canóris, templa solémnes moduléntur hymnos:

(en carême :) hac die summi Benedíctus arcem scandit olympi.

(au temps pascal :) aureas summi Benedíctus arce gaudet olýmpi.

1. Que tous les frères fassent entendre un hymne de louange, que de chants solennels les temples retentissent

(en carême:) en ce jour où Benoît s’élève au plus haut des cieux.

(au temps pascal:) Benoît se réjouit dans la gloire, au plus haut des cieux.


2. Ille floréntes peragébat annos, cum puer dulcis pátriæ penátes liquit, et solus látuit silénti cónditus antro.

2. Il était encore à la fleur de l’âge, quand, quittant sa demeure et sa chère patrie, il alla se cacher dans la solitude d’une grotte silencieuse.

 

3. Inter urtícas rigidósque sentes vicit altrícem scélerum iuvéntam: inde conscrípsit documénta vitæ pulchra beáta:.

3. Parmi les orties et les âpres halliers, il triompha du mal qu’entretient la jeunesse; plus tard il écrivit les règles admirables de la vie parfaite.

 

4. Æream turpis Clárii figúram et nemus stravit Véneri dicátum, atque Baptístæ pósuit sacráto monte sacéllum.

4. De l’infâme Apollon il brisa la statue, il détruisit le bois à Vénus consacré, et construisit à Jean-Baptiste un sanctuaire sur la montagne sainte.


5. Iamque felíci résidens olýmpo, inter ardéntes Séraphim catérvas spectat, et dulci réficit cliéntum corda liquóre.

5. Et maintenant, dans le bonheur du ciel, parmi les chœurs des ardents Séraphins, il contemple et répand au cœur de ses clients un breuvage délicieux.


6. Glória Patri, genitǽque Proli, et tibi, comprar utriúsque semper Spíritus alme, Deus unus, omni témpore sæcli. Amen.

6. Gloire au Père, au Fils qu’il engendre, gloire éternelle à vous, leur égal à tous deux, Esprit Créateur, ô Dieu unique, au cours de tous les siècles. Amen.

1. Quidquid antíqui cecinére vates, quidquid ætérnæ moniménta legis, cóntinet nobis celebránda summi vita Monárchæ.

1. Tout ce qu’ont chanté les anciens prophètes, tous les exemples de la loi éternelle, sont renfermés pour nous dans la vie du fondateur que nous fêtons.

 

2. Extulit Móysen píetas benígnum, inclitum proles Abraham decórat, Isaac sponsæ decus et sevéri iussa paréntis.

2. Le doux Moïse brilla par sa bonté, Abraham est célèbre par sa descendance, Isaac par la beauté de son épouse et la cruelle résolution de son père.

 

3. Ipse virtútum cúmulis onústus, célsior nostri Patriárcha cœtus, Isaac, Móysen, Abraham sub uno péctore clausit.

3. Mais parvenu au comble des vertus, le patriarche qui nous réunit est plus élevé encore, lui qui réunit en son cœur Isaac, Moïse et Abraham.


4. Ipse, quos mundi rápuit procéllis, hic pius flatu státuat secúndo: pax ubi nullo, requiésque gliscit mista pavóre.

4. Ceux qu’il a fait échapper aux tempêtes du monde, qu’il les établisse, par un vent favorable, là où paix et repos fleurissent à l’abri de toute crainte.

 

5. Gloria Patri, genitǽque Proli, Et tibi, compar utriúsque semper Spíritus alme, Deus unus, omni témpore sæcli. Amen.

5. Gloire au Père, au Fils qu’il engendre, gloire éternelle à vous, leur égal à tous deux, Esprit Créateur ô Dieu unique, au cours de tous les siècles. Amen.

C’est la plus ancienne prière adressée directement à la Vierge Marie,

trouvée sur un papyrus égyptien du IIIe siècle. Une indulgence

partielle est accordée aux fidèles récitant cette prière : 

 

  

Sub tuum præsidium confugimus, sancta Dei Genitrix.

Nostras deprecationes ne despicias in necessitatibus,

sed a periculis cunctis libera nos semper,

Virgo gloriosa et benedicta.

Nous avons recours à votre protection, sainte Mère de Dieu.

Ne rejetez pas les prières que nous vous adressons dans nos besoins,

mais délivrez-nous toujours de tous les dangers,

ô Vierge glorieuse et bénie.

 

   grego3.gif

V. Tu es Petrus.

R. Et super hanc petram ædificábo Ecclésiam meam.

 

V. Orémus pro Pontífice nostro (........)

R. Dóminus consérvet eum, et vivíficet eum, et beátum fáciat eum in terra, et non tradat eum in ánimam inimicórum eius.

 

Orémus : Omnípotens sempitérne Deus, miserére fámulo tuo Pontífici nostro (........) : et dírige eum secúndum tuam cleméntiam in viam salútis ætérnæ : ut, te donánte, tibi plácita cúpiat, et tota virtúte perfíciat. Per Christum Dóminum nostrum. R. Amen.

 


1. Cor, arca legem cóntinens, non servitútis véteris, sed grátiæ, sed véniæ, sed et misericórdiæ.
1. Cœur, arche contenant la Loi, non de l’antique servitude, mais la loi de grâce, mais celle du pardon, mais celle de la miséricorde.

 
2. Cor sanctuárium novi Intemerátum féderis, templum vetústo sánctius, velúmque scisso utílius.
2. Cœur, sanctuaire inviolé de la nouvelle alliance, temple plus saint que l’ancien, voile plus utile que celui qui fut déchiré.
      
 
3. Te vulnerátum cáritas ictu paténti vóluit, amoris invisíbilis ut venerémur vúlnera.
3. Ton amour a voulu que tu fusses blessé par un coup visible, pour que d’un amour invisible nous vénérions les blessures.
 
        
4. Hoc sub amóris sýmbolo passus cruénta et mýstica, utrúmque sacrifícium Christus Sacérdos óbtulit.
4. Sous ce symbole de l’amour, le Christ Prêtre, ayant souffert de façon sanglante et mystique, offrit un double sacrifice.
 
 
5. Quis non amántem redámet ? Quis non redémptus díligat, et Corde in isto séligat ætérna tabernácula ?
5. A Celui qui nous aime qui ne rendrait son amour ? Quel racheté ne le chérirait pas et dans ce Cœur ne se choisirait pas une demeure éternelle ?
 
 
6. Jesu, tibi sit glória, Qui Corde fundis grátiam, cum Patre et almo Spíritu in sempitérna sǽcula. Amen.
6. A toi soit la gloire, Jésus, qui par ton Cœur répands la grâce, ainsi qu’au Père et à l’auguste Esprit, dans les siècles éternels. Amen.
1. En ut supérba críminum et sæva nostrórum cohors Cor sauciávit ínnocens meréntis haud tale Dei !
1. Voici comment la cohorte orgueilleuse et cruelle de nos crimes a blessé le Cœur innocent d’un Dieu qui ne méritait rien de tel!
     
 
2. Vibrántis hastam mílitis peccáta nostra dírigunt, ferrúmque diræ cúspidis mortále crimen ácuit.
2. La lance brandie par le soldat, ce sont nos péchés qui la dirigent, et le fer de la pointe cruelle, la faute mortelle l’aiguise.
 

3. Ex Corde scisso Ecclésia, Christo iugáta, náscitur : hoc óstium arcæ in látere est genti ad salútem pósitum.
3. Du Cœur percé naît l’Église, unie au Christ : c’est la porte placée sur le côté de l’arche pour le salut du genre humain.
     
 
4. Ex hoc perénnis grátia, ceu septifórmis flúvius, stolas ut illic sórdidas lavémus Agni in sanguine.
4. De lui découle une grâce sans fin, comme un fleuve septiforme, pour que nous y lavions nos robes dans le sang de l’Agneau.
 
 
5. Turpe est redíre ad crímina, quæ Cor beátum lácerent : sed æmulémur córdibus flammas amóris índices.
5. C’est une honte de revenir aux crimes qui blesseraient ce Cœur bienheureux : attisons plutôt dans nos cœurs les flammes, indice de l’amour.
     
 
6. Iesu, tibi sit glória, Qui Corde fundis grátiam, cum Patre et almo Spíritu, in sempitérna sǽcula. Amen.
6. Jésus, dont le Cœur répand l’amour, à toi soit la gloire, ainsi qu’au Père et à l’auguste Esprit, dans les siècles éternels. Amen.

1. Auctor beáte sǽculi, Christe, Redémptor ómnium, lumen Patris de lúmine, Deúsque verus de Deo.

1. Bienheureux créateur du Inonde, Christ, universel Rédempteur, lumière jaillie de la lumière du Père, Dieu vrai sorti de Dieu.  
 
 
2. Amor coégit te tuus mortále corpus súmere, ut, novus Adam, rédderes, quod vetus ille abstúlerat.
2. C’est ton amour qui t’a contraint à prendre un corps mortel, pour nous rendre, nouvel Adam, ce que l’ancien nous avait pris.
   
 
3. Ille amor, almus ártifex terræ marísque et síderum, erráta patrum míserans et nostra rumpens víncula.
3. Cet amour, auguste artisan de la terre, de la mer et des astres, prit en pitié les égarements de nos pères et rompit nos liens.  
 
 
4. Non Corde discédat tuo vis illa amóris íncliti : hoc fonte gentes háuriant remissiónis grátiam.
4. Que de ton Cœur ne se retire pas la force de ce merveilleux amour; qu’à cette source les nations puisent la grâce du pardon.
   
 
5. Percússum ad hoc est láncea passúmque ad hoc est vúlnera, ut nos laváret sórdibus, unda fluénte et sánguine.
Si la lance le frappa, s’il endura ses blessures, c’était pour nous laver de nos taches par l’eau et le sang répandu.
 
   
6. Iesu, tibi sit glória, qui Corde fundis grátiam cum Patre et almo Spíritu in sempitérna sǽcula. Amen.
A toi soit la gloire, Jésus, qui de ton Cœur répands la grâce, avec le Père et l’Auguste Esprit, dans les siècles éternels. Amen.

 

Allelúia, allelúia. V/. Ps. 103, 30. Emítte Spíritum tuum,

et creabúntur, et renovábis fáciem terræ. Allelúia.

Allelúia, allelúia. V/. Vous enverrez votre souffle

et ils seront créés, et vous renouvellerez la face de la terre. Alléluia.

 

   grego3.gif

 

 

 

Allelúia. (Hic genuflectitur) V/. Veni, Sancte Spíritus,

reple tuórum corda fidélium : et tui amóris in eis ignem accénde.

Allelúia. (On se met à genoux) V/. Venez, Esprit-Saint,

remplissez les cœurs de vos fidèles ; et allumez en eux le feu de votre amour.

 

   grego3.gif

1. O gloriósa vírginum,

sublímis inter sídera,

Qui te creávit párvulum

lacténte nutris úbere.

 

2. Quod Eva tristis ábstulit,

tu reddis almo gérmine,

Intrent ut astra flébiles,

caeli reclúdis cárdines.

 

3. Tu Regis alti jánua

et aula lucis fúlgida,

Vitam datam per Vírginem,

gentes redémptae pláudite.

 

4. Jesu Tibi sit glória,

Qui natus es de Vírgine,

Cum Patre et Almo Spíritu,

in sempitérna saécula.

Amen.

 

1. Iam Christus astra ascénderat, Revérsus unde vénerat, Promíssum Patris múnere Sanctum datúrus Spíritum.
1. Déjà le Christ était monté au ciel, retourné d’où il était venu, pour nous envoyer le don promis par le Père, le Saint-Esprit.
 
2. Solémnis urgébat dies, Quo mýstico septémplici Orbis volútus sépties Signat beáta témpora.
2. Le cycle mystérieux des sept jours sept fois révolu, arrivait le jour solennel inaugurant une ère bienheureuse.
 
3. Cum lucis hora tértia Repénte mundus íntonat, Orántibus Apóstolis Deum venísse núntiat.
3. Quand à la troisième heure du jour le monde retentit tout à coup d’un bruit éclatant annonçant aux Apôtres en prière la venue de Dieu.
 
4. De Patris ergo lúmine Decórus ignis almus est, Qui fida Christi péctora Calóre Verbi cómpleat.
4. Car c’est de la lumière du Père qu'est issu ce beau feu divin pour remplir les cœurs croyants au Christ de l’ardeur de sa parole.
 
5. Impléta gaudent víscera, Affláta Sancto Spíritu, Voces divérsas íntonant, Fantur Dei magnália.
5. Au souffle de l’Esprit-Saint, ils sont intérieurement comblés de joie: ils parlent des langues diverses, et ils annoncent les merveilles de Dieu.
 
6. Ex omni gente cógniti, Græcis, Latínis, Bárbaris, Cunctísque admirántibus, Linguis loquúntur ómnium.
6. Compris des hommes de toutes nations, Grecs, Latins et Barbares, à l’étonnement de tous, ils parlent la langue de chacun.
 
7. Iudǽa tunc incrédula, Vesána torvo spíritu, Ructáre musti crápulam Alúmnos Christi cóncrepat.
7. La Judée se montre alors incrédule, et, dans l’égarement de sa haine insensée, elle accuse d’ébriété les sobres disciples du Christ.
 
8. Sed signis et virtútibus Occúrrit et docet Petrus, Falsa profári pérfidos, Ioéle teste cómprobans.
8. Mais Pierre leur répond par les miracles qui s’accomplissent, et montre, en prenant Joël pour témoin, que les perfides Juifs ont menti.

9. Glória Patri Dómino, Natóque, qui a mortuis Surréxit, ac Paráclito, In sæculórum sǽcula. Amen.
9. Gloire au Père qui est Seigneur, au Fils, ressuscité des morts, et au Saint-Esprit consolateur, dans les siècles des siècles. Amen.

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







 

 

 

 

Intentions de prières

 

Actualité du livre

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg