[Ce dimanche, il est possible de prendre la messe pour l'évangélisation des peuples]

 

Aujourd'hui, l'Église nous invite plus spécialement à intensifier nos prières pour les importantes missions. "Malheur à moi si je n'annonce pas l'Évangile" (1 Corinthiens 9, 16). A l'exemple de Saint Paul et des Apôtres, nous devons à notre tour témoigner "usque ad effusionem sanguinis" (Décret "Ad Gentes" §24) notre Foi au Christ car "Dieu veut que tous les hommes soient sauvés" (1 Timothée 2, 4). L'Occident, aujourd'hui retombé dans le paganisme et la décadence morale est une terre de mission. Introït de la Messe : « Ego clámavi, quóniam exaudísti me, Deus; inclína aurem tuam, et exáudi verba mea. Custódi me, Dómine, ut pupíllam óculi; sub umbra alárum tuárum prótege me. Ps. : Exaudi Domine iustitiam meam : intende deprecationem meam. Gloria Patri... Ego clámavi... » (« Vous m’avez toujours exaucé, ô mon Dieu, je vous ai appelé à mon secours ; Inclinez vers moi Votre oreille, exaucez ma prière. Gardez-moi, Seigneur, comme la prunelle de l’œil, sous l’ombre de Vos ailes, protègez-moi. Ps. : Seigneur, écoutez la justice : entendez ma plainte, accueillez ma prière. Gloire au Père... Vous m'avez toujours exaucé... ») Asperges me Kyriale XI (orbis factor) + Credo I

 

 

 

 

• ANNÉE A - TEXTES LITURGIQUES (DOMINICA XXIX "PER ANNUM")

 

- Isaïe 45,1 ; 4-6 : Les empires sont dans la main de Dieu

- Psaume 96,1 : Au Seigneur notre Dieu, tout honneur et toute gloire

- 1 Thessaloniciens 1,1-5 : La foi, l'espérance et la charité de la communauté

- Matthieu 22, 15-21 : A César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu

 

• ANNÉE B - TEXTES LITURGIQUES (DOMINICA XXIX "PER ANNUM")

 

- Isaïe 53, 10-11 : Broyé par la souffrance, il a fait de sa vie un sacrifice d'expiation

- Psaume 33, 4 : Seigneur, Ton Amour soit sur nous, comme notre espoir est en Toi 

- Hébreux 4, 14-16 : Le Grand-Prêtre compatissant qui a pénétré au-delà des cieux

- Marc 10, 35-45 ou Marc 10, 42-45 : Le Fils de l'Homme est venu pour servir

 

• ANNÉE C - TEXTES LITURGIQUES (DOMINICA XXIX "PER ANNUM")

 

- Exode 17, 8-13 : La prière persévérante de Moise obtient la victoire

- Psaume 121, 1 : Notre secours, c'est Dieu, le Maître du monde !

- 2 Timothée 3, 14 à 4, 2 : Méditer l'Écriture pour proclamer la Parole

- Luc 18, 1-8 : Parabole de la veuve qui demandait justice

 

 

Introït de la Messe : "Ego clámavi"

 


 

 


Liens (Magistère de l'Église sur la MISSION) : Journées Mondiales des Missions (Pape François de 2013 à 2017) + (Pape Benoît XVI de 2006 à 2012) + (Pape Jean-Paul II de 1979 à 2005) + Décret du Concile Vatican II sur l'activité missionnaire de l'Eglise : "AD GENTES" + Exhortation Apostolique de Sa Sainteté le Pape Paul VI sur l'Evangélisation dans le monde moderne : "Evangelii Nuntiandi" (8 décembre 1975) + Encyclique de Sa Sainteté le Pape Jean-Paul II sur la valeur permanente du précepte missionnaire : "Redemptoris Missio" (7 décembre 1990)

 

Liens (divers) : CATÉGORIE d'articles sur la Nouvelle Évangélisation + Chapelet des Missions + Soyons des "Alléluias vivants" ! + Messe votive pour la Propagation de la Foi (forme extraordinaire) + Propre de la Messe (forme ordinaire) + Commentaire du 29ème Dimanche per annum (forme ordinaire) + Commentaire de la Parole de Dieu, par la bibliste Marie-Noëlle Thabut (ANNÉE A) + (ANNÉE B) + (ANNÉE C) + Les Missionnaires Serviteurs des Pauvres (FILM)

• TEXTES LITURGIQUES (S. MARGARITAE MARIAE ALACOQUE, VIRGINIS)

 

- Ephésiens 3, 14-19 : Prières et doxologies

- Psaume 23, 1 : Le Seigneur est mon Berger

- Jean 19, 31-37 : Le coup de lance sur Jésus

 

• TEXTES LITURGIQUES (S. HEDVIGIS, RELIGIOSAE)

 

- Siracide 26, 1-16 : La grâce d'une femme fait la joie de son mari

- Psaume 131, 1 : Seigneur, mon coeur ne s'est pas enflé d'orgueil

- Marc 3, 31-35 : La vraie parenté de Jésus

 

 

*** Fête propre de Sainte Edwige exclusivement pour l'Archidiocèse de Berlin ;

Mémoires facultatives des deux saintes pour l'Eglise universelle

Saint Aubert était évêque d'Avranches lorsque, vers 708, l'Archange Saint Michel lui apparut, un 16 octobre, pour lui donner de bâtir sur le Mont Tombe (Mont Saint Michel) une église en son honneur. Ce rocher escarpé s'élevait, aride et solitaire, dans une baie formée par la réunion des côtes de la Normandie et de la Bretagne. Le Prince de la Milice Céleste dit à l'évêque : « Je suis Michel, l'Archange qui assiste en la présence de Dieu ; je suis résolu d'habiter dans ce pays, de le prendre sous ma protection et d'en avoir soin ». Saint Aubert, voulant s'assurer de la vérité de cette vision, n'obéit pas aussitôt ; l’Archange Saint Michel se montra une seconde fois à l’évêque, et bien qu’il se fît plus sévère et plus pressant, il n’eut pas davantage de succès ; à la troisième apparition, après avoir fait de nouveau reproches et réitéré les ordres du ciel, l'Archange appuya fortement le doigt sur le front de saint Aubert et y laissa une empreinte qui se voit encore sur le crâne du Saint conservé dans l'église Saint-Gervais d'Avranches. Saint Aubert connaissait désormais avec assurance la volonté du Seigneur ; il se rendit donc sur le rocher que l'Archange lui avait indiqué où des signes célestes marquèrent le lieu choisi pour la construction de l'église. Une source jaillit pour fournir l'eau qui manquait à cette solitude aride.  Ce rocher, que les flots de l'océan séparent de la terre ferme, porta, depuis la dédicace de l'église, le nom de Mont Saint-Michel. A dater de ce jour mémorable, les pèlerins accoururent de toutes parts et obtinrent en ce lieu de nombreuses guérisons. Charlemagne y vint même l'année de son couronnement pour garder le royaume sous la protection du puissant Archange.

• TEXTES LITURGIQUES (S) (S. TERESIÆ A IESU, VIRGINIS ET ECCLESIÆ DOCTORIS)

 

- Sagesse 7, 7-14 : L'Esprit de Sagesse est venu en moi

- Psaume 83, 2-13 : Ô Dieu, ne reste pas dans l'inaction

- Romains 8, 14-17 et 26-27 : Vous avez reçu un esprit d'adoption

- Jean 7, 14-18 et 37-39 OU Jean 4, 5-15 : Si quelqu'un à soif, qu'il vienne à Moi ou Jésus et la Samaritaine

 

(ou pour "mémoire obligatoire")


- Romains 8, 22-27 : C'est dans l'Espérance que nous sommes sauvés

- Psaume 19, 8 : La Loi du Seigneur est parfaite

- Luc 6, 43-45 : Le zèle évangélique

 

*** Solennité dans l'Ordre du Carmel ; Fête en Espagne ; Mémoire obligatoire ailleurs

• TEXTES LITURGIQUES (S. CALLISTI I, PAPAE ET MARTYRIS)

 

- 2 Corinthiens 3, 1-6 : LVous êtes une lettre du Christ

- Psaume 40, 2 : J'ai mis dans le Seigneur toute mon espérance

- Jean 21, 15-17 : Simon, fils de Jean, m'aimes-tu plus que ceux-ci ?

Le 13 octobre 1917, eut lieu la dernière apparition de Notre Dame du Rosaire aux enfants de Fatima. Pendant que les enfants conversent avec la Vierge Marie, la foule, elle, voit "danser" le soleil. Ce jour-là, tout le Portugal était représenté à la Cova da Iria, une foule de croyants, des curieux, mais aussi des incroyants, des médecins et des scientifiques. Sous une pluie torrentielle, 70 000 personnes attendaient l'heure du miracle annoncé. Quand les trois petits voyants parurent, Lucie demanda à la foule de fermer les parapluies pour réciter le chapelet. A midi, la Sainte Vierge était là. Lorsqu'elle eut donné son message, ouvrant les mains, Elle les fit réfléchir sur le soleil et, tandis qu'Elle s'élevait, le reflet de sa propre lumière continuait à se projeter sur le soleil. A ce moment, selon la promesse de la Sainte Vierge et conformément à l'annonce de Lucie, Dieu, le Tout-Puissant, Roi du Ciel, appose sa signature, en un prodige grandiose. Le soleil commence à bouger et durant 12 minutes, à trois reprises, le soleil tourne comme une roue de feu, lançant des faisceaux multicolores de lumière, peignant tout, le sol, les arbres, les gens, de différentes couleurs. Il semble devoir s'écraser sur la terre. La foule est frappée de terreur. La chaleur devient de plus en plus intense et les assistants sont épouvantés et ont l'impression que la fin du monde prédite dans l'Evangile où le soleil et les astres se précipiteront en désordre sur la terre est arrivée. Beaucoup tombent à genoux, en sanglots, et des cris s'élèvent : « Miracle !  Miracle !  Ô mon Dieu de Miséricorde ! Pardon !  Je crois, mon Dieu ! ». On récite en larmes l'acte de contrition, puis on chante le Credo. En même temps, le soleil arrête sa chute vertigineuse, remonte en zigzaguant comme il était descendu et reprend sa place dans le firmament, retrouvant son éclat normal. La foule s'est relevée, revenue de sa stupeur, pour constater que les habits tout trempés de pluie dix minutes plus tôt, sont maintenant absolument secs. Le phénomène solaire a été constaté à des kilomètres de la Cova da Iria, par des gens qui ignoraient tout de ce qui s'y passait. Les trois visions de 13 octobre 1917 sont les suivantes :

 

• 1. La vision de la Sainte Famille : Saint Joseph apparut avec l'Enfant-Jésus et Notre-Dame vêtue de blanc avec un manteau bleu. Saint Joseph et l'Enfant-Jésus semblaient bénir le monde avec des gestes qu'ils faisaient de la main en forme de croix. • 2. La vision de Notre Seigneur Jésus-Christ et de Notre-Dame des Douleurs : Peu après, Notre-Seigneur apparut, ensuite rejoint par Notre-Dame. Lucie n'aperçut que le buste de Notre-Seigneur. Il bénissait le monde. Il paraissait exténué et était vêtu de rouge, comme lors du couronnement d'épines. Notre-Dame, vêtue de violet, semblait être Notre-Dame des Douleurs. • 3. La vision de Notre-Dame du Mont-Carmel : Puis vint Notre-Dame sous l'aspect de Notre-Dame du Carmel avec un scapulaire pendant à sa main. Soeur Lucie dira plus tard que le port du scapulaire est le complément indispensable au Rosaire.

espagne.gif *** Fête propre pour l'Espagne (Video sur le Sanctuaire)

 

drapeau-argentine *** Mémoire facultative propre à l'Argentine

drapeau francais *** Mémoire facultative propre à la France

 

flags of Chile *** Mémoire facultative propre au Chili

drapeaupays-bas *** Depuis 2005, Fête propre à la ville de Maastricht ; Mémoire obligatoire pour le Diocèse de Roermond (Province de Limbourg)

Notre-Dame de Maastricht est la Sainte Patronne (avec Saint Servais de Maastricht) de la superbe ville de Maastricht (Pays-Bas).

Du 9 au 10 octobre, un pèlerinage existe en l'honneur de Marie (de la chapelle de Voerendaal via Epen et Houthem St-Gerlach).

La statue miraculeuse a été couronnée par S.S. le Pape Saint Pie X en 1912 et fut invoquée par le Pape Pie XII le 5/09/1947.

Le 20 février 1933, l'église N-D de Maastricht est élevée par Sa Sainteté le Pape Pie XI au rang de "Basilique mineure".

Le Bienheureux Pape Jean-Paul II, lors d'un voyage apostolique aux Pays-Bas, visita le sanctuaire le 14/05/1985.

C'est dans cette Basilique que le compositeur de musique Henry du Mont a été organiste dès l'âge de 19 ans.

C'est l'occasion de chanter l'Ave Maris Stella ou bien le célèbre cantique hollandais O Sterre der Zee.

Aujourd'hui, environ 1000 personnes par jour vont se recueillir au pied de N-D, Etoile de la Mer.

 

 

maastricht.jpg

 

    Prière à la Sainte Vierge, "Etoile de la Mer"

 

O Sainte Vierge Marie, "Etoile de la Mer", me voici prosterné(e) à vos pieds, dans ce saint lieu

 où Vous prodiguez Vos grâces, où les dévots sans nombre de Votre Cœur maternel ont reçu,

par Votre intercession, les plus grandes faveurs, – où Vous êtes la consolation des affligés,

le soutien des malheureux, où Vous obtenez pour les malades la guérison et le pardon pour les pécheurs.

O tendre Mère, je viens me réfugier à Vos pieds avec la plus grande confiance. Les nombreux miracles,

accomplis ici même par Votre intercession, me remplissent, moi, pauvre pécheur, du plus doux espoir

que Vous, Mère miséricordieuse, exaucerez mes prières aussi. Oui, je Vous supplie et je Vous prie,

ô très tendre Mère, ô Etoile de la Mer, pleine de grâces, ne me laissez pas m'en aller sans m'exaucer.

Vous pouvez m'aider, puisque Vous êtes la plus puissante après Dieu.

Vous voulez m'aider, puisque Vous aimez tant Vos enfants.

 

Souvenez-vous, ô très miséricordieuse Vierge Marie, qu'on n'a jamais entendu dire

qu'aucun de ceux qui, pleins de confiance, ont eu recours à Vous, ait été abandonné.

Serais-je le premier malheureux (la première malheureuse) que Vous laissiez s'en aller sans l'exaucer ?

O non, tendre Mère, dans ce saint lieu, Vous serez, par Votre intercession toute-puissante,

mon soutien dans mes misères et ma consolation dans mes souffrances. Ainsi soit-il.

  

 

• ANNÉE A - TEXTES LITURGIQUES (DOMINICA XXVIII "PER ANNUM")

 

- Isaïe 25, 6-10a : Le festin messianique

- Psaume 23,1 : Près de toi, Seigneur, sans fin nous vivrons

- Philippiens 4,12-20 : La vraie richesse dans le Christ

- Matthieu 22, 1-14 : Parabole des invités au festin

 

• ANNÉE B - TEXTES LITURGIQUES (DOMINICA XXVIII "PER ANNUM")

 

- Sagesse 7, 7-11 : Les nombreux trésors de la Sagesse

- Psaume 90, 12 : Rassasie-nous de Ton Amour : nous serons dans la joie

- Hébreux 4, 12-13 : La Parole de Dieu est plus coupante qu'une épée à deux tranchants

- Marc 10, 17-30 ou Marc 10, 17-27 : Tout abandonner pour suivre la Vérité du Christ-Seigneur

 

• ANNÉE C - TEXTES LITURGIQUES (DOMINICA XXVIII "PER ANNUM")

 

- 2 Roi 5, 14-17 : Guéri de sa lèpre, Naaman le Syrien croit au Dieu d'Israël

- Psaume 98, 1 : Dieu révèle sa puissance à toutes les nations

- 2 Timothée 2, 8-13 : Etre fidèles au Christ toujours fidèle

- Luc 17, 11-19 : Guéri de sa lèpre, un Samaritain rend gloire à Dieu

 

 

 

Introït de la Messe : "Si iniquitátes observáveris"

 

   grego3.gif

 

 

 

 

Liens : Propre de la Messe (forme ordinaire) + Commentaire de la Parole de Dieu, par la bibliste Marie-Noëlle Thabut (ANNÉE A) + (ANNÉE B) + (ANNÉE C)Commentaire du 28ème Dimanche per annum (forme ordinaire)

• TEXTES LITURGIQUES (S. DIONYSII, EPISCOPI ET SOCIORUM MARTYRUM)

 

- Actes 17, 22-24 : Saint Paul annonce le vrai Dieu aux païens

- Psaume 126, 1 : Quand le Seigneur ramène les captifs de Sion

- Matthieu 5, 13-16 : Vous êtes e sel de la terre et la lumière du monde

 

 

• TEXTES LITURGIQUES (S. IOANNIS LEONARDI, PRESBYTERI)

 

- Lévitique 19, 1-18 : Prescriptions religieuses, morales et culturelles

- Psaume 15, 2 : Marcher dans l'innocence et pratiquer la justice

- Luc 5, 1-11 : Appel des quatres premiers disciples

 

 

*** Fête de Saint Denis pour l'Archidiocèse de Paris (1er évêque et patron de la ville) ; Mémoires facultatives ailleurs

En octobre 1649, une jeune religieuse du couvent des Capucines de Mons, Sœur Claire-Françoise (Louise de Lorraine, princesse de Ligne), fut instantanément guérie d'un mal réputé incurable par les médecins, en récitant le Salve Regina devant un tableau de la Vierge, Notre-Dame de Belle Dilection. C'est aux mots «  0 notre avocate, tournez vers nous vos regards miséricordieux » que le miracle se produit.
L'évêque de Cambrai reconnut l'authenticité du miracle et ordonna que la Sainte Image fût exposée à la dévotion des fidèles sous cette appellation. En 1808, le tableau fut confié aux Religieuses Ursulines qui, en 1870, le rendirent aux frères mineurs capucins établis depuis 1863 dans l'ancien couvent des Capucines. Les ex-voto qui tapissent les murs de la chapelle disent hautement que Notre-Dame de Belle Dilection protège et exauce tout ceux qui l'invoquent avec confiance.

 

Les nombreux ex-voto (partiellement repeints) qui tapissent l'église expriment la générosité de Notre Mère à l'égard de notre monde : lorsque tout semble perdu, lorsque
rien ne se déroule comme nous le désirons et que nous nous croyons abandonnés, Marie est à nos côtés et, par ses prières, elle obtient que nous réclamions son aide, et par elle, la présence de son Fils, notre Libérateur.

Elle veille pour nous signifier que nous ne sommes pas seuls : 
Tout eut possible à Dieu et toute situation, aussi dramatique qu'elle puisse nous paraître, demeure solvable si nous acceptons de réclamer l'assistance de nos parents célestes, et si nous voulons sincèrement en bénéficier.

 

Si le culte de la Sainte Vierge sous le vocable de Notre-Dame de Belle Dilection » est permis, c'est en raison de l’existence préalable d'un accord avec l'Écriture et la Tradition Catholique.

Il est bon de remarquer que le titre de Belle Dilection est emprunté à l'Ancien Testament 
(Livre de l'Ecclésiastique, 24, 18) dans lequel on peut lire :

« Je suis la Mère du Bel Amour
de la Délicatesse, de la Connaissance
et de la Sainte Espérance.
Je suis donnée à tous mes enfants,
de toute éternité à ceux qu'Il m'a désignés ». Comme en latin, « mère du bel amour » se dit « mater pulchrae dilectionis », la vieille traduction française dit « mère de belle dilection ». Voilà donc l'origine biblique (scripturaire) du vocable en question.

 

*** Dans le calendrier liturgique franciscain

« Par le Rosaire, on peut tout obtenir. Selon une gracieuse comparaison, c'est une longue chaîne qui relie le Ciel et la terre : une des extrémités est entre nos mains et l'autre dans celles de la Sainte Vierge » (Petite Thérèse). Tant que le Rosaire sera récité, Dieu ne pourra abandonner le monde, car cette prière est puissante sur son cœur. Elle est comme le levain qui peut régénérer la terre. La douce Reine du Ciel ne peut oublier ses enfants qui, sans cesse, chantent ses louanges. Il n'y a pas de prière qui soit plus agréable à Dieu que le Rosaire. Aussi l'Eglise nous invite-t-elle à aller le réciter chaque soir, en ce mois d'octobre, devant Jésus réellement présent et exposé sur l'autel. Le mois d'octobre est là. Avec lui l'Eglise appelle ses enfants pour qu'ils récitent en commun les belles prières du Rosaire. Le soir, au moment où la nature fatiguée va s'endormir, les cœurs semblent reprendre une nouvelle énergie pour célébrer les louanges de la Reine du Ciel.

 

 

 


 

 

La fête de Notre-Dame du Rosaire fut instituée par Sa Sainteté le Pape Saint Pie V en la fête de "Notre-Dame de la Victoire" (1572) au Premier Dimanche d'Octobre, en action de grâces pour la Victoire de Lépante où, à l'entrée du golfe de Corinthe, la flotte chrétienne fournie par le Saint-Siège, l'Espagne, Venise, la Savoie, Mantoue, Ferrare, Gênes et Lucques, sous le commandement de Don Juan d'Autriche, avait écrasé la flotte turque d'Ali Pacha (7 octobre 1571). C'est à cette occasion qu'on ajouta aux litanies de la Sainte Vierge l'invocation "Secours des Chrétiens, priez pour nous !". Grégoire XIII qui attribuait la victoire de Lépante aux processions faites à Rome par les confréries du Saint-Rosaire, changea la fête de "Notre-Dame de la Victoire" en celle du "Saint Rosaire" et la fixa au Premier Dimanche d'Octobre (1573) ; elle ne fut alors obligatoire que pour les églises romaines qui possédaient une chapelle ou une confrérie du Saint-Rosaire. Clément X concéda cette fête à l'Espagne (1671) avant que Clément XI l'étendît à l'Eglise universelle et l'élevât au rit double-majeur (1716), célébrée le jour de l'octave de la Solennité de l'Assomption, à la suite de la victoire de Peterwaradein que le prince Eugène de Savoie avait remportée sur les Turcs (5 août 1716). Léon XIII en fit une fête de seconde classe et adopta l'office et le propre de la messe en usage chez les Dominicains (1887). Il ajouta aux Litanies de Lorette l'invocation "Reine du Très Saint Rosaire". Saint Pie X fixa la fête au 7 octobre (1913).
 
 
 
 

• TEXTES LITURGIQUES (Beatæ Mariæ Virginis a Rosario)

 

- Actes 1, 12-14 : Persévérer tous ensemble dans la prière avec la Vierge Marie

- Luc 1, 46 : Mon âme exalte le Seigneur ! Exulte mon esprit en Dieu mon Sauveur

- Luc 1, 26-38 : Annonciation de l’Archange Gabriel à la Vierge Marie

 

 

*** Fête dans le calendrier propre à Malte ; Mémoire obligatoire le 8 octobre en Finlande

Mémoire obligatoire le 7 octobre au calendrier de l'Église universelle



 
 
 
 
 
 
 

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







 

 

 

 

Intentions de prières

 

Actualité du livre

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg